Pourquoi Disney a décidé de priver les salles de cinéma françaises de son prochain film de Noël

Publié le 9 juin 2022 à 13h14

Source : Sujet TF1 Info

En France, "Avalonia, l’étrange voyage" sortira directement sur la plateforme Disney+ en décembre prochain.
Une manière pour la major de protester contre notre chronologie des médias qui privilégie la salle au streaming.
Du côté des exploitants, très impactés depuis la pandémie, on ne digère par la décision du géant américain.

Cette année, vous n’emmènerez pas vos enfants découvrir le Disney de Noël au cinéma. Sauf rebondissement hollywoodien, la filiale française de la célèbre major a en effet décidé de réserver le très attendu Avalonia, l’étrange voyage, aux abonnés de sa plateforme Disney+, provoquant une guerre ouverte avec les exploitants tricolores. "C'est la conséquence de la chronologie des médias telle que pratiquée en France que nous jugeons inéquitable, contraignante et inadaptée aux attentes de nos audiences", déclare aux Échos Hélène Etzi, la présidente de Disney France.

La chronologie des médias, si vous avez manqué un épisode, c’est l’accord qui organise le circuit de distribution des films chez nous, donnant historiquement la primeur des nouveaux films aux salles de cinéma sur tous les autres supports - DVD, télé, streaming, etc. Négocié en début d'année pour prendre en compte la montée en puissance des plateformes, un nouvel accord a réduit de 36 à 17 mois le délai entre une sortie sur grand écran et une mise à disposition sur une plateforme de streaming par abonnement.

"Inacceptable" pour les patrons de salles

En échange d’une contribution au financement du cinéma français à hauteur de plusieurs dizaines de millions d'euros, Netflix a obtenu 15 mois. Mais pour Disney, c’est encore beaucoup trop puisque dans la plupart des pays du monde, la firme aux grandes oreilles bénéficie d’une fenêtre de quelques semaines seulement. Et attendre plus longtemps, selon la major, c’est ouvrir la porte au piratage des films qui seront déjà disponibles hors de France.

La décision de Disney est d’ores et déjà dénoncée par la Fédération nationale des cinéma français, qui représente la majorité des exploitants. Dans un communiqué, son délégué général Marc-Olivier Sebbag dénonce "une décision totalement inacceptable" et "terriblement injuste". Appelant la major à revenir sur sa position, il en appelle aux pouvoirs publics pour trouver "une résolution rapide de ce problème majeur pour le secteur."

Un bras de fer inéquitable ?

Ce n’est pas la première fois que Disney zappe les salles françaises ces derniers mois. Des films d’animation comme Soul, Alerte Rouge ou Raya et le dernier dragon sont sortis directement sur Disney+, provoquant quelques grincements de dents au passage. En revanche, des blockbusters comme Black Widow, Shang-Chi et la légende des dix anneaux ou encore le récent Doctor Strange 2 ont eux été exploités dans les salles obscures. Aux dernières nouvelles, Buzz l’éclair doit toujours sortir le 22 juin. Tout comme le mastodonte Avatar 2 en décembre prochain.

La major est-elle prête au bras de fer pour obtenir un délai plus court ? D’un côté, la France est le seul pays au monde où elle se privera des recettes en salles de Avalonia, l’étrange voyage, presque une goutte d'eau dans un océan de dollars. Les exploitants, eux, font grise mine puisqu'avec une baisse de fréquentation de plus de 30% depuis le début de l’année, voire un gros film familial leur passer sous le nez représente un gros manque à gagner. Sans parler du pourcentage des recettes qui est reversé au CNC (Centre National de la Cinématographie) afin de financer la création française…


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info