Avec 9 nominations, "Barbie" de Greta Gerwig sera l'attraction de la 81ᵉ cérémonie des Golden Globes dimanche soir.
Si tout le monde à Hollywood rêve d'une suite, sa vedette et productrice Margot Robbie ne l'entend pas de cette oreille.

Plus gros succès mondial de l’année au box-office avec plus de 1,4 milliard de dollars de recettes, Barbie fait la course en tête à quelques heures de la 81ᵉ cérémonie des Golden Globes. Avec neuf nominations, le film de Greta Gerwig est un phénomène de société et/ou marketing qui doit beaucoup à la détermination de Margot Robbie, sa vedette qui est en également la co-productrice avec Lucky Chap, la société qu’elle dirige avec son compagnon Tom Ackerley.

Dans un entretien accordé à Variety, le couple évoque ouvertement les rumeurs d’un deuxième volet, voire d’un spin-off consacré au personnage de Ken, interprété par Ryan Gosling. "C’est drôle, cette réaction impulsive de nos jours pour que tout le monde demande immédiatement une suite", réagit la star australienne. "Je ne pense pas que c’était comme ça il y a 20 ans. Nous n’avons pas pensé ce projet comme une trilogie", assure-t-elle.

Nous voulons faire plus de films qui ont l’effet de "Barbie". Mais je ne sais pas s’il faut que ce soit "Barbie 2"
Margot Robbie

Même son de cloche du côté de Tom Ackerley. "Nous nettoyons encore le rose de nos mains", ironise-t-il. "Et la vérité c’est que nous travaillons encore sur Barbie tous les jours. Nous pouvons définitivement dire que nous n’avons pas prévus de suite. Nous sommes toujours concentrés sur ce film."

Le duo est raccord avec sa réalisatrice qui écartait déjà l’idée d’un second film lors de la promo cet été. Aux dernières nouvelles, la présidente du prochain Festival de Cannes s’apprêterait à reprendre les commandes de la saga Narnia pour le compte de Netflix. "Tout est allé dans Barbie", insiste Margot Robbie.

"C’est ainsi que Greta fonctionne", souligne la comédienne qui est allée elle-même chercher la chouchou du cinéma indépendant pour mettre en scène cette superproduction au message féministe. "Elle termine chaque film sur une sensation de vide, comme si elle avait mis tout ce qu’elle a en elle sur celui-ci. Je ne sais donc pas ce qu’il faudrait pour remplir à nouveau cette tasse pour elle. Ou pour nous."

"Nous voulons faire plus de films qui ont l’effet de Barbie", observe la star. "Je ne sais pas s’il faut que ce soit Barbie 2. Pourquoi ce ne serait pas une autre grande idée originale et audacieuse où nous aurions un cinéaste extraordinaire, un gros budget, et la confiance d’un énorme conglomérat pour nous amuser ? Dans ce cas, je suis partante."


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info