Victime de violences conjugales, Aya Nakamura avoue qu’elle a eu "un peu honte"

par Jérôme VERMELIN
Publié le 28 décembre 2020 à 19h38
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

CONFIDENCES - Interrogée sur France Inter, la superstar du R’n’B français Aya Nakamura a confirmé avoir été victime de violences de la part d’un ancien compagnon. Et regrette de ne pas avoir porté plainte à l’époque des faits.

C’est l’icône de toute une génération. Invitée de Léa Salamé sur France Inter dans le podcast Femmes puissantes, Aya Nakamura a accepté d’évoquer les violences conjugales dont elle a été victime de la part d’un ancien compagnon. L’affaire avait été révélée au printemps 2019 par un blogueur et la chanteuse l’avait confirmée en postant sur Instagram une photo de son visage tuméfié… avant de l’effacer presque aussi vite. 

 

"Je l’ai publiée sans forcément attendre quoi que ce soit et quand j’ai vu tout ce qu’il se passait, les médias qui avaient tout repris, je me suis dit 'non je ne veux plus'", a-t-elle confié à la journaliste. "J'avais quand même un peu honte. Je ne pensais pas que ça pouvait m'arriver à moi. Je l’ai publiée pour montrer que moi aussi, ça m’était arrivé. Mon copain de l’époque m’avait tabassée."

Lire aussi

L’interprète de "Djadja" finira par quitter cet homme, dont elle a choisi de ne pas citer le nom à l’antenne. Mais elle ne portera pas plainte, ce qu’elle regrette aujourd’hui. "J’aurais pu faire comme tout le monde et raconter ce qu’il s’est passé clairement. Je pense que j’ai été un peu lâche (…) Si ça arrivait à une de mes proches, je serais révoltée, alors pourquoi pas moi-même ?".

Si elle était de nouveau victime de ce type de violences, Aya Nakamura, 25 ans, assure qu’elle ne se tairait plus. Et affirme qu’elle prendrait publiquement la parole. "J’essayerais de faire passer un message de compréhension en disant ce qu’il s’est passé", explique-t-elle, consciente d'être devenue une porte-parole pour de nombreuses jeunes femmes. 


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info