Bob Marley, les Beatles, Amy Winehouse... Les chanteurs sont-ils les nouveaux superhéros du box-office ?

Publié le 28 février 2024 à 19h12

Source : JT 13h WE

En tête du box-office partout dans le monde, "Bob Marley : One Love" confirme le nouveau boom des biopics musicaux.
Dans les mois qui viennent, Hollywood nous prépare des films sur les Beatles, Michael Jackson et même les Bee Gees.
Alors que les superhéros tirent la langue, les majors ont peut-être trouvé la formule pour réunir plusieurs générations de spectateurs.

Bob Marley a beau avoir marqué des millions d’auditeurs, le succès de son biopic a surpris les plus fins experts du box-office. Avec plus de 120 millions de dollars de recettes dans le monde en moins de deux semaines, le film de Reinaldo Marcus Green distribué par la Paramount a littéralement "explosé" Madame Web, le dernier Marvel, assassiné par les fans comme la critique. Et si, après n’avoir juré que par les superhéros en collant pendant une décennie, Hollywood avait trouvé sa nouvelle poule aux œufs d’or ?

Hasard ou pas, Sony Pictures a officialisé il y a quelques jours la préparation de pas un mais quatre films consacrés aux Beatles, un pour chacun de leurs membres, tous mis en scène par Sam Mendes, le prestigieux réalisateur britannique de American Beauty, 1917 et Skyfall. Preuve que le studio y croit très fort : les quatre films sortiront tous en 2027. Une annonce spectaculaire, alors qu’une foule de biopics musicaux sont déjà dans les starting-blocks.

Une avalanche de sorties annoncées

Le 24 avril prochain, on découvrira Back to Black, le film de Sam Taylor-John consacré à Amy Winehouse, avec l’inconnue Marisa Abela dans le rôle de la diva décédée en 2011 à l’âge de 27 ans. Au moment où nous écrivons ces lignes, le réalisateur Antoine Fuqua finalise, lui, le casting de Michael, son long-métrage consacré au roi de la pop incarné par Jaafar Jackson, le neveu du King of Pop, en vue d’un tournage cet été et d’une sortie au printemps 2025.

Alors que l’incontournable Timothée Chalamet doit revêtir le costume de Bob Dylan dans un long-métrage de James Mangold, le réalisateur de Walk The Line avec Joaquin Phoenix en Johnny Cash, Ridley Scott serait en négociations avancées pour mettre en scène un film consacré à Barry, Robin et Maurice Gibb, alias The Bee Gees sur un scénario de John Logan, qui vient d’écrire celui de Michael.

Des cartons... et des échecs aussi

La passion du Septième art pour les icônes de la musique n’est bien sûr pas nouvelle. Elle a donné naissance à quelques classiques comme Amadeus de Miloš Forman, Ray de Taylor Hackford ou encore 8 Mile avec Eminem dans son propre rôle. Après une période d’accalmie, elle a repris de plus belle en 2015 avec le carton inattendu de Straight Outta Compton, consacré aux rappeurs de NWA.

Depuis le triomphe de Bohemian Rhapsody en 2017, couronné par l’Oscar de Rami Malek pour son interprétation de Freddie Mercury, le mythique chanteur de Queen, les projets s’enchainent avec des fortunes diverses. Joli succès pour Rocket Man avec Taron Egerton derrière les lunettes colorées d'Elton John, échec cuisant pour Whitney Houston : I Wanna Dance With Somebody et Respect sur Aretha Franklin…

Si vous parvenez à fédérer autour de la musique, du message et du personnage, vous avez des chances de faire mouche.
Marc Weinstock, le patron du marketing de la Paramount

D’un point de vue purement cinématographique, aucun de ces films récents n’a totalement fait l’unanimité auprès de la critique. Comment expliquer que certains comme Bob Marley : One Love fonctionnent mieux que d’autres auprès du public ? "Si vous parvenez à fédérer autour de la musique, du message et du personnage, vous avez des chances de faire mouche", explique au Hollywood Reporter Marc Weinstock, le patron du marketing de la Paramount.

À une époque où les grands studios rechignent à développer des films de niche, désormais destinés aux plateformes de streaming, les biopics d’artistes qui ont traversé les époques permettent de solliciter à la fois les grands-parents, les parents et les petits enfants. Un grand chelem hors de portée des films de superhéros, qui font essentiellement recettes auprès des plus jeunes. Et encore.

Et la France dans tout ça ? Depuis les 5 millions d’entrées de La Môme en 2007, aucun film récent n’a emporté les foules. Si Cloclo de Florent-Emilio Siri avec Jeremie Renier a réuni 1,7 million de spectateurs en 2012, Dalida de Lisa Azuelos s’est contenté de 770.00 curieux en 2017. Attendu le 23 octobre prochain, Monsieur Aznavour de Mehdi Idir et Grand Corps Malade avec Tahar Rahim dans le rôle de l'interprète de "La Bohème" va-t-il changer la donne ?


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info