"Bohemian Soul Songs" : ça plane pour Jehro

Le service METRONEWS
Publié le 22 juin 2015 à 16h47
"Bohemian Soul Songs" : ça plane pour Jehro

COUP DE CŒUR – Le chanteur vagabond poursuit son exploration de la planète avec "Bohemian Soul Songs". Un nouvel album enregistré de l'autre côté de l'Atlantique qui divulgue un message de paix dans un climat musical relaxant.

Une invitation au voyage. Comme le poème de Charles Baudelaire, Jehro nous emmène dans un ailleurs paradisiaque avec son nouvel album, 3 ans après une Victoire de la musique glanée pour Cantina Paradise. Jehro, c'est la douceur incarnée. Un visage paisible qui accueille sans peine les stigmates du temps, un timbre assuré, une bonté qui se traduit en musique par des mélodies soyeuses. Et une ouverture d'esprit sans borne qui fait de lui un esprit bohème sans attache. "Avec ma voix, certains pensent que je suis Black, brésilien ou espagnol, assure le chanteur. J'utilise les langues comme un pinceau sur une palette, c'est une façon empirique de faire de la musique."

Jérôme Cotta est pourtant né à Marseille il y a 50 ans d'un père musicien, adepte de Georges Brassens, Léo Ferré, Marcel Mouloudji et Claude Nougaro. Très vite, il se prend d'admiration pour Bob Marley et Marvin Gaye, et adopte un répertoire nomade, entre soul, latino et reggae. "Pour moi, la musique est un tissu culturel dans lequel toutes les cultures se mélangent. On peut entendre les idées, les joies et les peines de chacun."

Solaire et engagé

Le point culminant de sa carrière ? Le tube surprise "Everything", complainte entêtante au refrain irrésistible qui a marqué l'année 2008, alors qu'elle était fabriquée avec les moyens du bord. "On avait enregistré le titre à la cool dans mon petit village de Cotignac, et il avait été envoyé aux radios alors qu'il n'était même pas fini. C'est devenu un truc incroyable grâce à Nova qui nous a donné un bon coup de pouce. J'aime le fait que ça puisse bien se passer hors des recettes de cuisines." Résultat : 150 000 exemplaires écoulés pour son premier album en langue anglaise.

8 ans plus tard, Jehro illumine l'été avec un troisième album planant, Bohemian Soul Songs, enregistré outre-Atlantique avec le producteur Mitchell Froom (Suzanne Vega, Elvis Colstello). "Les Américains travaillent davantage sur la matière émotionnelle d'une chanson, ils construisent la forme musicale autour. Ça m'a aidé à me mettre dans le bain." Un disque qui multiplie les petits moments de bonheur absolu, à l'instar du jazzy "On my own" ou de l'incroyable "Almost There", qui va faire divaguer plus d'un. Un album gorgé de soleil qui divulgue un message plus politique qu'il n'y paraît, comme avec l'hymne anti-capitaliste "How Long". "L'esprit de paix peut être extrêmement efficace, c'est une belle preuve d'intelligence, ça peut amener les gens à essayer de se comprendre, de s'écouter, affirme l'intéressé. S'il y a bien quelque chose qui peut aller partout, c'est la musique. C'est un outil qui fait oublier les problèmes et les conflits, passer un moment agréable et profond." La nouvelle définition du bonheur ?


Le service METRONEWS

Sur le
même thème

Tags

Tout
TF1 Info