Kim Kardashian braquée à Paris

Braquage de Kim Kardashian à Paris : un suspect-clé libéré pour raison de santé

La rédaction de LCI
Publié le 21 novembre 2017 à 17h37
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sept à huit

ENQUÊTE - L'un des suspects-clés du braquage de Kim Kardashian survenu en octobre 2016 à Paris, a été remis en liberté pour raison de santé, indique l'AFP qui cite ses avocates.

Il est l'un des suspects-clé de l'affaire survenue en octobre 2016 à Paris. Dans la nuit du 2 au 3 octobre, Kim Kardashian avait été victime d'un braquage spectaculaire dans sa résidence parisienne. Des dix personnes mises en examen dans le cadre de l'enquête, l'un deux, âgé de 62 ans, a été libéré pour raison médicale. 

Didier Dubreucq, dit "Yeux bleus", a été "placé sous contrôle judiciaire strict : il est autorisé à se déplacer uniquement pour des rendez-vous médicaux", ont indiqué Me Dominique Ousset et Victoria Anfuso, les avocates de ce dernier, confirmant une information du Point. 

Ce que Kim Kardashian a dit à la police lors de son auditionSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible
Lire aussi

Déjà condamné pour braquage et trafic de stupéfiants, l'homme est soupçonné d'avoir fait partie du commando des trois malfaiteurs qui avait rejoint à vélo l'hôtel particulier du 8e arrondissement de Paris dans lequel séjournait Kim Kardashian. Dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016, la star avait été braquée par cinq hommes dans une très discrète résidence hôtelière de luxe à Paris, où elle était venue assister à la Fashion Week. Deux des voleurs l'avaient menacée avec une arme sur la tempe, avant de la ligoter, de la bâillonner, puis de l'enfermer dans la salle de bain. 

Les braqueurs, des truands à l'ancienne, sont bien connus de la justice. Au cours de ce braquage, ils avaient emporté une bague évaluée à près de quatre millions d'euros, plusieurs bijoux en diamant et en or. Il s'agissait d'un braquage de neuf millions d'euros, le plus gros commis à l'encontre d'un particulier depuis vingt ans en France. A ce jour, dix personnes ont été mises en examen dans le cadre de cette enquête et six sont toujours en détention provisoire. En ce qui concerne la marchandise, les enquêteurs en sont sûrs : une partie importante du butin a été écoulée en Belgique.


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Tags

Tout
TF1 Info