Brian Johnson a-t-il été viré par AC/DC comme un malpropre ?

Jérôme Vermelin
Publié le 18 avril 2016 à 15h42
Brian Johnson a-t-il été viré par AC/DC comme un malpropre ?

TRISTESSE - L’annonce de l’arrivée d’Axl Rose derrière le micro d’AC/DC, pour la suite de la tournée mondiale du groupe australien, ferait presque oublier le sort réservé à son prédécesseur, le valeureux Brian Johnson. Ecarté pour raisons de santé, celui qui avait succédé au défunt Bon Scott, en 1980, n’a clairement pas eu la sortie qu’il mérite.

Dans l’histoire de la musique, il y a un avant et un après Back in Black. Parce que c’est le premier album d’AC/DC après la mort tragique de Bon Scott. Parce qu’il s’agit de l’album rock le plus vendu de tous les temps, avec 50 millions d’exemplaires vendus depuis sa sortie en 1980. Au palmarès des plus grosses ventes de l’histoire, tous genres confondus, seul Michael Jackson avec son Thriller a fait mieux !

Grâce à ce disque parfait, le chanteur Brian Johnson a été adopté à la vitesse de l’éclair par les fans du groupe australien, devenant le partenaire de scène du guitariste Angus Young pendant plus de 35 ans. Jusqu’à ce matin de mars 2016, où le groupe annonçait suspendre son actuelle tournée mondiale en raison des problèmes de santé de son chanteur, sur ordre des médecins.

Officiellement, le Britannique, 68 ans, risque la surdité. Dans un communiqué, AC/DC affirme qu’il sera "probablement" remplacé par un "chanteur invité". Bien vite, les rumeurs vont bon train. Dave Evans, le tour premier chanteur du groupe propose ses services tandis que de nombreux fans suggèrent le nom de Joel O’Keefe du groupe Airbourne, un fan absolu.

Angus Young monte sur scène avec les Guns

A la surprise générale, c’est vers l’imprévisible Axl Rose que les vétérans australiens vont se tourner une association qui éclipserait presque l’actuelle reformation de Guns n’Roses. AC/DC a annoncé la nouvelle ce week-end, au moment où Angus Young se produisait, avec ses collègues californiens, sur la scène du festival Coachella.

Et le sortant dans tout ça ? Dans leur communiqué, "les membres d'AC/DC souhaitent remercier Brian Johnson pour ses contributions et son dévouement au groupe au cours des années", écrivent-ils. "Nous lui souhaitons le meilleur avec ses problèmes d'audition et ses entreprises futures. Bien que nous aimerions que cette tournée s'achève comme elle a commencé, nous comprenons, respectons et soutenons la décision de Brian d'arrêter la tournée et de préserver son audition."

Il n'a peut-être pas eu le choix

Le hic, car il y en a un, c’est le silence assourdissant, sans mauvais de jeu de mots, de Brian Johnson lui-même. Mi-mars, l’un de ses proches, le comédien australien Jim Breuer, affirmait sur son blog avoir discuté avec le chanteur qui lui aurait confié une version des faits un peu différente. "Brian a appelé AC/DC et Angus Young pour leur expliquer ce que le médecin avait dit, mais que ce n’était pas si grave que ça (…) Le lendemain, il a lu dans la presse les gros titres : "Brian Johnson perd l’audition, la tournée d’AC/DC annulée."

A LIRE AUSSI >> Dave Evans propose ses services à AC/DC

Jim Breuer ira plus loin, expliquant que le chanteur aurait déjà entendu dire que le groupe cherchait à le remplacer, et qu’après 36 ans de bons et loyaux services, il se sentait toujours comme un intérimaire. Des propos que l’acteur tempérera, quelques jours plus tard, s’excusant d’avoir dévoilé publiquement la cuisine interne de l’une des formation rock les plus populaires de tous les temps. Reste qu’aujourd’hui le doute plane.

A aucun moment, AC/DC ne fait état d’un retour potentiel de Brian Johnson. Si son remplacement par Axl Rose n’est que temporaire, que se passera-t-il ensuite ? Sorti en novembre 2014, l’album Rock or Bust sera-t-il le dernier enregistrement du chanteur avec le groupe, déjà privé en studio du guitariste Malcolm Young pour raisons de santé, puis du batteur Phil Rudd, avant même la tournée, suite à ses déboires judiciaires rocambolesques ?

Il ne voulait pas faire la tournée de trop

Brian Johnson aurait sans doute aimé choisir de lui-même la date de sa retraite. En 2009, dans une interview au magazine Ultimate Guitar , l’intéressé abordait de lui-même la question. "Tout ça, c’est très égoïste", disait-il. "Je ne veux pas avoir l’air d’un imbécile en poussant le bouchon trop loin. Je ne veux pas que les gens viennent me voir sur scène et se disent en repartant : ‘oh, le pauvre vieux, le groupe a besoin de le porter." Pire, le groupe vient peut-être bien de le virer.


Jérôme Vermelin

Tout
TF1 Info