Bruce Willis dans des nanars malgré la maladie : a-t-il été victime d’un producteur malintentionné ?

Jérôme Vermelin
Publié le 1 juillet 2022 à 16h16
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

La star de "Piège de Cristal" a annoncé sa retraite des plateaux au printemps dernier à l'âge de 67 ans.
Ces dernières années, l'acteur avait multiplié les tournages de séries B médiocres malgré ses problèmes de santé.
Une enquête du "Los Angeles Times" lève le voile sur le rôle du producteur Randall Emmett dans sa fin de carrière douloureuse.

L’annonce de la retraite de Bruce Willis, fin mars à l' âge de 67 ans, a surpris ses millions de fans à travers le monde. Victime d’aphasie, une pathologie nerveuse qui dégrade les capacités nerveuse, l’acteur n’était vraisemblablement plus en mesure de faire son métier comme en ont témoigné plusieurs de ses collaborateurs dans une enquête parue à l’époque dans le Los Angeles Times.

Ces dernières années, la star de Piège de Cristal avait pourtant multiplié les tournages, pas moins de 22 en quatre ans, la plupart du temps pour des productions à petit budget, allant du médiocre au nanar complet. En avait-il conscience ? A-t-il été contraint de les accepter par son entourage ? Un peu des deux à la fois ?

Des problèmes de santé notoires

On en apprend aujourd’hui un peu plus dans un portrait que le quotidien californien consacre au sulfureux Randall Emmett, à l’origine de plusieurs de ces projets. Après avoir été l’assistant de Mark Wahlberg, ce passionné de poker originaire de Miami s’est lancé dans la production à la fin des années 2000.

Sa spécialité ? Recruter des têtes d’affiches pour financer de bonnes vieilles séries B sans prétention, sinon celle de remplir son portefeuille. Sylvester Stallone, Mel Gibson, Nicolas Cage, Robert De Niro, Al Pacino ou encore le rappeur 50 Cent ont travaillé avec lui. Dans un registre plus "qualitatif", il a aidé Martin Scorsese à monter Silence et The Irishman, avec une nomination aux Oscars à la clé.

En 2020, Randall Emmett décide de passer à la réalisation et engage Bruce Willis pour jouer dans Midnight in the Switchgrass, un film de serial killer, aux côtés de Megan Fox et Emile Hirsch. Mais très vite, la santé de sa vedette lui joue des tours, comme le racontent plusieurs membres de l’équipe à propos du tournage d’une scène à la fois cocasse et tragique. 

S’il parvient à réciter ses dialogues, soufflé via une oreillette par l'un de ses assistants, Bruce Willis semble en effet incapable d’intégrer les directives du cinéaste. Déstabilisé, Randall Emmett quitte sa chaise et vient mimer les gestes qu’il attend de sa vedette. En vain. "J’ai fait quelque chose de mal ?", demande alors l’inoubliable interprète de John McClane.

En apparaissant dans ces films, Monsieur Willis a permis qu’ils soient financés. Avec pour conséquence de créer des milliers d’emplois, la plupart durant la pandémie de Covid-19

L'avocat de Bruce Willis

Ce soir-là, Randall Emmett aurait appelé en pleurs sa compagne de l’époque, la star de téléréalité Lala Kent. "Je n’en peux plus", lui aurait-il déclaré. "C’est tellement triste. Bruce ne se souvient pas de ses dialogues. Il ne sait même pas où il est". Des larmes de crocodile ? Le Los Angeles Times souligne qu'à la suite de cette expérience dramatique, le cinéaste-producteur refera finalement équipe avec la star sur cinq autres films…

Contacté par le quotidien, Randall Emmett dément aujourd’hui avoir tenu ces propos et assure qu’il n’était pas au courant des problèmes d’aphasie de Bruce Willis à l’époque. Une version difficile à croire, tant se multiplient les témoignages de collaborateurs mis dans la confidence de la dégradation de l’état de santé de l’un des plus gros champions du box-office de ces 30 dernières années.

Lire aussi

De là à dire qu’il a été victime d'un entourage peu regardant ? "Mon client a continué à travailler après le diagnostic médical parce qu’il voulait travailler et se sentait capable de le faire, comme plein d’autres personnes qui sont atteintes d’aphasie", tempère Marty Singer, l’avocat de la star. "En apparaissant dans ces films, Monsieur Willis a permis qu’ils soient financés. Avec pour conséquence de créer des milliers d’emplois, la plupart durant la pandémie de Covid-19".

Reste que pour Randall Emmett, la retraite de Bruce Willis a été un véritable coup d’arrêt. Non seulement sa société de production est au bord de la faillite. Mais aujourd'hui âgé de 51 ans, il fait également l’objet de plusieurs accusations d’abus de pouvoir et de harcèlement sexuel. Pour régler ses dettes, l’un de ses collaborateurs affirme qu’il aurait évoqué au printemps dernier la possibilité de faire "un autre film de m…. avec Bruce Willis". Ce qui n’arrivera jamais.


Jérôme Vermelin

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info