Interview

"C'est une expérience viscérale" : "Top Gun : Maverick" devient le plus gros succès de l'année en France

Propos recueillis par Jérôme Vermelin
Publié le 13 juin 2022 à 14h05, mis à jour le 13 juin 2022 à 15h23
JT Perso

Source : JT 20h WE

Avec plus de 3,2 millions d'entrées, "Top Gun : Maverick" est désormais le plus gros succès de l’année en France.
Le retour de Tom Cruise souffre à peine de la concurrence du nouveau "Jurassic World".
Un carton décrypté par Frédéric Moget, directeur général de Paramount France.

Le phénomène Top Gun : Maverick continue. En atteignant 3.234.886 entrées ce dimanche soir, le film de Joseph Koskinki a dépassé The Batman pour devenir le plus gros succès en salles depuis le début de l’année en France. Avec 747 millions de dollars de recettes dans le monde, ce sera bientôt le plus gros succès de la carrière de Tom Cruise. Et l’acteur ne compte pas s’arrêter là puisque le prochain volet de la saga Mission : Impossible sortira l'été prochain. Frédéric Moget, directeur général de Paramount France, livre à TF1info les clés d’un succès supersonique….

Êtes-vous surpris par l’ampleur du succès du film ? 

En termes d’objectifs, nous ne sommes pas surpris qu’il atteigne ce niveau-là. Ce qui nous surprend, en revanche, c’est la vitesse à laquelle il a franchi la barre des 3 millions. Dès le début, on savait qu’on avait un film spécial entre les mains et que le bouche-à-oreille allait être incroyable. On savait qu’il allait s’installer dans la durée, on savait que les gens allaient non seulement en parler autour d’eux mais aussi retourner le voir. Mais pas de cette manière. Regardez : on a battu le record d’entrées pour un jeudi de l’Ascension, puis le record pour le week-end de l’Ascension. Et ensuite la plus faible chute d’entrées pour un week-end suivant l’Ascension ! Le troisième mercredi, face à l’autre blockbuster du printemps, Jurassic World qui a très bien marché, la chute de Top Gun : Maverick n’est que de 20%. 

Un excellent bouche-à-oreille

Sur le papier, on pouvait imaginer que le film ciblait essentiellement un public nostalgique. Or les jeunes semblent également répondre présents. C’est quelque chose que vous avez constaté ? 

Il y a quand même une grosse proportion de plus de 35 ans et on s’en félicite parce que depuis la pandémie, c’est l’un des publics qui n’était pas encore revenu en salles de façon aussi forte que les plus jeunes. On voulait aussi que Top Gun : Maverick participe à cette reconquête de tous les publics. Et ce qu’on constate, c’est que beaucoup de gens vont voir le film en famille. J’ai des amis de mon âge, c’est-à-dire la cinquantaine, qui m’ont dit le premier week-end qu’ils allaient voir le film avec leurs enfants et leurs parents ! Mais il y a aussi un vrai phénomène qui se crée avec les plus jeunes. Un aspect que j’aime, moi dans le film, c’est qu’il n’y a presque aucun trucage numérique, quand les acteurs sont dans les avions, ils prennent les "G" pour de vrai. On se demandait si le jeune public, habitué aux effets spéciaux numériques, allait apprécier ça. Et ce qu’on voit, c’est que cette expérience physique, viscérale, différente, leur plaît énormément et enclenche là aussi un bouche-à-oreille. Ça se confirme avec les formats premium comme l’IMAX ou la 4DX dont les jeunes sont friands.

Est-ce que dans le succès du film il y a aussi "l’effet Tom Cruise" et ce côté rock star du cinéma dont la notoriété traverse les générations ? 

Il n’y a aucun doute sur le fait qu’il y a un respect pour les choix de Tom Cruise. Au Festival de Cannes, le délégué général Thierry Frémaux a rappelé à quel point le ratio de films de qualité était élevé dans sa carrière. On sait, lorsqu’on entre dans la salle, qu’on va voir un spectacle incroyable. Il y aussi dans ce film-là, je crois, une générosité et une honnêteté de sa part qui font que, oui, il est au cœur du phénomène.

Tout le monde le sait à Hollywood : Tom Cruise ne veut faire des films que pour les salles de cinéma, et rien d’autre

Frédéric Moget, directeur général de Paramount France

À Cannes, Tom Cruise a expliqué qu’il n’avait pas été question une seconde de proposer Top Gun : Maverick à une plateforme durant la pandémie. Ce film, c’est sa manière aussi de rappeler son attachement à la salle de cinéma, non ? 

Il l’a dit clairement oui. Pour lui, il y a une place pour les plateformes dans l’écosystème du cinéma. Mais lorsqu’il fait un film, c’est pour la salle de cinéma, avec la salle de cinéma en tête.  C’est ce qui l'a toujours fait rêver, ce qu’il a envie de transmettre. Tout le monde le sait à Hollywood : il ne veut faire des films que pour les salles de cinéma, et rien d’autre.

La pandémie a poussé certaines majors comme Warner et Disney à revoir leur stratégie de sorties des nouveaux films entre salle et streaming. Pour Paramount, la salle de cinéma reste le support premium pour lancer et découvrir de nouveaux films ? 

Absolument. Je crois qu’on l’a prouvé avec toutes nos sorties récentes. Lorsque les salles ont rouvert en France, on a sorti Sans un bruit 2, un film qu’on a gardé au chaud pour elles, alors qu’il devait sortir au début de la pandémie. De façon plus générale, c’est vrai qu’il y a eu des tentatives, des tests d'un autre type de sorties. Mais ces expériences ont confirmé ce qu’on savait : rien ne crée de la valeur, rien ne crée davantage l’événement qu’une sortie en salles, tant au niveau local que mondial, comme le montre aujourd’hui Top Gun : Maverick.

Lire aussi

Est-ce que vous planchez déjà activement sur la sortie de Mission : Impossible 7

On a déjà montré un certain nombre de choses aux exploitants et on vient de sortir une première bande-annonce. Il y a dans ce film LA plus grosse cascade de l’histoire du cinéma. Tom Cruise pousse les limites à chaque fois et ce qu’on décrivait sur le côté transgénérationnel de Top Gun : Maverick, on pense que ça va se transmettre aussi à la franchise Mission : Impossible. Notre travail aujourd’hui va être de vendre à la fois l’expérience Mission : Impossible mais aussi de faire le pont avec la sortie de Top Gun : Maverick en continuant le dialogue entre les fans de toujours et les nouveaux.

Un chiffre maximum pour le succès de Top Gun : Maverick ?

Le chiffre qu’on s’est mis en tête dès le début, c’est 5 millions d’entrées. Si on fait les calculs, au regard de la tenue actuelle du film, c’est tout à fait possible, surtout si on considère qu’il va encore se jouer tout l’été.


Propos recueillis par Jérôme Vermelin

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info