L’actrice australienne de 53 ans se livre sur son propre parcours, racontant "ne pas avoir été préparée" à être ménopausée si tôt.
Bien décidée à effacer "le secret et la honte" qui entourent cette étape naturelle, elle ouvre la discussion.
Sa nouvelle mission ? Créer une marque pour "soutenir les femmes dans cette phase de leur vie".

Elle en parle comme d’un mot qui l’a "effrayée". "Mais pourquoi ?", se demande-t-elle. C’est la question à laquelle Naomi Watts est déterminée à répondre. Habituellement discrète sur sa vie privée, l’actrice australienne de 53 ans parle sans détour de sa propre ménopause. Avant elle, peu de stars hollywoodiennes ont évoqué le sujet publiquement. Parmi les voix qui se sont élevées ? Angelina Jolie, ménopausée à 40 ans après son ablation des ovaires pour prévenir tout risque de cancer.

Je ne savais pas que vous pouviez être en périménopause pendant huit ans. Je me suis sentie très isolée
Naomi Watts

Naomi Watts aussi était plus jeune que la moyenne quand elle a été naturellement rattrapée par la ménopause. Sur Instagram, elle raconte qu’elle a pensé à fonder une famille à l’approche de la quarantaine. "Puis le mot M m’a rapidement bousculée. C’était comme entrer en collision frontale avec un poids-lourd. Comment est-ce que je pouvais y comprendre quelque chose alors que personne n’en parlait ?", relate celle qui a donné naissance à deux garçons, en 2007 et 2008.

"Je suis arrivée (à la ménopause) plus tôt que mes pairs", poursuit-elle, se souvenant qu’elle "ne savait pas à qui demander de l’aide". "Même les docteurs avaient peu de choses à dire". "C’est étrangement comme un code de silence tacite : les femmes devraient souffrir en silence et encaisser, parce que c’est ce qu’ont fait les générations passées", souligne-t-elle. "Ça m’est arrivé bien trop tôt et je n’étais pas préparée", répète-t-elle auprès de Page Six. "Je savais dans un coin de ma tête que ma mère avait été ménopausée tôt, mais je ne savais pas ce que ça voulait dire. Je ne savais pas que vous pouviez être en périménopause pendant huit ans. Je me suis sentie très isolée", glisse-t-elle.

Dans les pas de Gwyneth Paltrow

Alors pour elle, il est plus que temps "de voir des femmes dans cette phase de la vie ou dans ce groupe d’âge être bien représentées". "Nous avons été mal servies dans les médias, les récits et le marketing pendant bien trop longtemps", regrette-t-elle sur Instagram, notant que d’ici 2025, plus d’un milliard de personnes dans le monde seraient ménopausées. "Vieillir est un privilège", insiste la comédienne qui veut mettre fin au "secret et à la honte" qui accompagnent la ménopause. Elle explique travailler "sur quelque chose dont elle est très fière". 

Déjà à la tête d’une marque de cosmétiques baptisée Onda Beauty, Naomi Watts en développe une autre pour "soutenir les femmes dans cette phrase de leur vie". La ménopause "n’est pas un échec, ce n’est pas une maladie", ajoute-t-elle auprès de Page Six. La star de Mulholland Drive veut "créer un espace où l’on peut rire, pleurer, se plaindre et geindre tout en se sentant très bien à cet instant T de nos vies". L’été dernier, le groupe Amyris avait annoncé un partenariat avec l’actrice autour de produits conçus pour les femmes ménopausées. Gwyneth Paltrow, gourou controversée du bien-être intime, avait tenté de faire de même il y a quatre ans, profitant de sa périménopause pour tenter de vendre des pilules hors de prix.


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info