VIDÉO - "Je ne pense plus comme avant" : les rares confidences du rappeur Damso

Virginie Fauroux - Propos recueillis par Laura Adda
Publié le 25 décembre 2022 à 21h14, mis à jour le 26 décembre 2022 à 9h14
JT Perso

Source : TF1 Info

On le dit introverti, mystérieux, et il est vrai que Damso est rare en interview.
Mais la star du rap, venue de Belgique, a bien voulu lever un pan du voile pour TF1.
Il s'est confié à l'une de nos équipes en marge des quatre concerts à guichet fermé qu'il vient de donner à l'Accor Arena à Paris.

Avec ses 1,92 m, Damso a l'apparence d'un colosse... mais aux pieds d'argile. Car sous cette carapace, le rappeur bruxellois cache un cœur qui semble bien fragile. "La vulnérabilité, c'est quelque chose de bien, ça permet de s'ouvrir. Parce que quoi qu'il arrive, on est toxique pour nous-mêmes, je parle pour moi en tout cas. Donc si je suis toxique pour moi-même, ça ne sert à rien de me renfermer. En étant vulnérable, j'ai plus de peine, mais aussi plus de paix. Et petit à petit, je vais créer mon filtre et je vais filtrer les peines en paix", dit-il. 

Des confidences rares, alors que William Kalubi, plus connu avec son nom de scène Damso, n'a plus rien à vendre : ni album (son dernier QALF est sorti en 2020, malgré une réédition en 2021), ni places de concert : sa tournée française vient de s'achever par quatre concerts à l'Accor Arena à Paris. C'est à l'issue de l'un d'eux, avec Angèle en guest, qu'il a reçu une équipe de TF1 pour une interview à retrouver dans le reportage en tête de cet article, et plus en longueur ici.

Une nouvelle fois, les places de ces quatre shows à Bercy se sont écoulées en quelques minutes. Un succès qui n'émeut pas l'artiste. Content, Damso ? "C'est bizarre, mais je n'ai pas ce ressenti-là. Je suis content quand je vois les fans après. Là, je suis content de voir la joie qu'ils ont. Mais finalement, un, deux, trois ou dix Bercy, ce sont des chiffres qui sont intéressants pour l'histoire qu'on va raconter. () Le nombre de Bercy, c'est très bien, mais c'est des statistiques", assure-t-il.

Damso : "Le nombre de Bercy, c'est des statistiques"Source : TF1 Info

Difficile de faire craquer l'artiste. Certains prendront ça pour de la suffisance, Damso n'en a que faire. Si sa parole est d'or, avec quelques interviews par ci par là, mais peu d'épanchements dans la presse, c'est parce qu'il ne sait pas ce qu'il faut répondre. "Qu'est-ce que je vais dire ?", interroge-t-il. "Souvent, on essaie d'interviewer, moi ce qui m'intéresse, c'est une discussion. Dans la discussion, on vibre, dans l'interview, on raconte beaucoup et ça ne m'intéresse pas"

Damso : "Ce qui m'intéresse, c'est de vibrer "Source : TF1 Info

Peut-être, vaut-il mieux alors se tourner vers ses chansons pour en apprendre un peu plus sur lui. "Dans mes chansons, je raconte des choses de ma vie, mais ce qui m'intéresse, c'est la manière dont je vibre sur un morceau. Soit j'extériorise, soit j'intériorise, et je découvre même des nouvelles façons de faire. Je vibre, tout simplement", confie-t-il. Quant à ses inspirations ? "C'est au feeling, je n'ai pas de manière de faire. À chaque fois, elle change. Actuellement, j'écoute un peu de musique indienne, peut-être qu'après ce sera autre chose", affirme-t-il. 

Avant d'ajouter : "Je cherche plus la paix et pour ça, il faut voyager et me comprendre. Parce qu'à 30 ans, je me rends compte que je ne pense pas du tout comme avant. Je suis en train de développer des nouvelles choses que je ne connaissais pas non plus, comme l'importance d'être vulnérable. Je ne connaissais pas ça avant et je trouve que c'est intéressant d'être vulnérable. Là, j'apprends et on va voir où ça va m'emmener".

C'est un artiste qui s'est toujours intéressé à l'extérieur du hip-hop.

Angèle

La chanteuse Angèle nous en apprend encore plus sur Damso. Car aussi bizarre que cela puisse paraître, tant leurs univers musicaux diffèrent en apparence, l'amitié qui lie cette figure du féminisme à ce rappeur aux mots assez crus semble indéfectible. "Mis à part le fait que je suis dans la pop et lui dans le rap, on n'est pas tellement différents. Il a fait appel à moi en sachant que je défendais les femmes, c'est un artiste qui s'ouvre à ça. Il s'est même confié sur sa déconstruction. Notre point commun : une vraie passion pour la musique. On a très envie de rester fidèles à ce qu'on aime", analyse-t-elle. 

Et si chacune de leurs collaborations est désormais attendue comme le messie, tout n’était pas si évident que ça. Pourtant, Damso a toujours cru en elle, ce qui n’a pas toujours été le cas pour son public. "Je le connaissais un peu. Aujourd'hui, ça ne m'étonne pas qu'il m'ait choisie, car c'est un artiste qui s'est toujours intéressé à l'extérieur du hip-hop, mais c'est vrai qu'à l'époque (en 2017, ndlr), ça avait quelque chose de surprenant. Et en même temps, ça a été assez déterminant pour moi parce que ça a été le vrai début de ma carrière", reconnait la jeune femme.

Lire aussi

Aujourd'hui, leur relation est "aussi amicale que professionnelle". Angèle le définit comme "une force tranquille" et admet qu'"ils se protègent un peu tous les deux". Peut-être bien du succès... Damso a en effet précisé il y a quelques semaines qu’il comptait prendre un peu de recul après cette série de concerts à l’Accor Arena. Jusqu’au 30 mai 2025 ? Allez savoir... C'est en tout cas la date que le rappeur a mystérieusement épinglée à sa photo de profil Instagram.


Virginie Fauroux - Propos recueillis par Laura Adda

Tout
TF1 Info