César 2023 : "La Nuit du 12", Virginie Efira, Louis Garrel… Nos favoris avant la cérémonie

Publié le 24 février 2023 à 8h00

Source : TF1 Info

La 48ᵉ cérémonie des César du cinéma se déroule ce vendredi soir à l'Olympia à Paris.
"L'Innocent" de Louis Garrel et "La Nuit du 12" de Dominik Moll font la course en tête avec 11 et 10 nominations.
Meilleur film, meilleur acteur, meilleure actrice... TF1info vous propose ses favoris dans les principales catégories.

C'est le grand soir pour les nommés de la 48ᵉ cérémonie des César. Un an après le triomphe de Xavier Giannoli avec Illusions Perdues, l'Olympia accueille la promo 2023. La comédie policière L'Innocent de et avec Louis Garrel, avec 11 nominations, et La Nuit du 12, le polar de Dominik Moll avec 10 nominations, partent avec quelques longueurs d'avance sur leurs rivaux. Comme à chaque édition, on adore faire nos petits pronostics. TF1info vous présente donc ses favoris...

Meilleur film : "La Nuit du 12" de Dominik Moll

César 2001 du meilleur réalisateur avec Harry, un ami qui vous veut du bien, Dominik Moll s’est forgé une place à part dans le cinéma français. Amoureux du film de genre, il le réinterprète à sa façon, privilégiant l’humain aux effets choc. Il le prouve encore avec La Nuit du 12, inspiré du livre 18.3 - Une année à la PJ de Pauline Guéna. Un soir de 2016 d'automne, à Saint-Jean de Maurienne, la jeune Clara Royer est brûlée vive par un homme masqué. Le spectateur est prévenu d’emblée : l’affaire, inspirée d’une histoire vraie, n’a jamais été résolue comme des centaines chaque année. Et toute la force du film consiste à nous mettre sous tension en épousant l’obsession du duo de flics joué par Bastien Bouillon et Bouli Lanners pour cette enquête qui raconte, en creux, toutes les formes de violences faites aux femmes.

>> Les autres nommés : Les Amandiers de Valeria Bruni Tedeschi, En Corps de Cédric Klapisch, Novembre de Cédric Jimenez, L’Innocent de Louis Garrel et Pacifiction : Tourments sur les îles de Albert Serra

Meilleure actrice : Virginie Efira dans "Revoir Paris"

Sa cinquième nomination sera-t-elle la bonne ? Depuis Victoria en 2017, l’ex-animatrice de la "Nouvelle Star" s’est imposée comme l’une des comédiennes les plus fascinantes et complètes du cinéma français. Dans Revoir Paris d'Alice Winocour, elle incarne Mia, une rescapée des attentats du 13 novembre 2015 qui tente de reconstruire sa mémoire et sa vie tout court. À fleur de peau comme souvent, elle livre la performance la plus poignante de sa carrière. Et puis vu que ses quatre rivales ont déjà toute une statuette sur leur cheminée, c’est son tour ou jamais !

>> Les autres nommées : Fanny Ardant dans Les Jeunes Amants, Juliette Binoche dans Ouistreham, Laure Calamy dans À plein temps et Adèle Exarchopoulos dans Rien à foutre

Meilleur acteur : Louis Garrel dans "L’Innocent"

On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Dans cette comédie policière savoureuse co-écrite par le romancier Tanguy Viel, Louis Garrel s’est donné le rôle d’Abel, un jeune veuf qui se retrouve embarqué dans une série de péripéties rocambolesques avec le détenu épousé par sa mère. César 2006 de la révélation avec Les Amants Réguliers, l’acteur-réalisateur a longtemps traîné une image de beau ténébreux dont il joue ici avec pas mal d’humour. C’est clairement le plus rigolo des cinq acteurs nommés cette année. Alors pourquoi pas ?

Les autres nommés : Jean Dujardin dans Novembre, Vincent Macaigne dans Chronique d’une liaison passagère, Benoît Magimel dans Pacifiction : Tourments sur les îles et Denis Ménochet dans Peter von Kant.

Meilleur réalisateur : Dominik Moll pour "La Nuit du 12"

AFP

Depuis 2021, l’Académie des César a mis fin à la règle un peu absurde de non cumul du César du meilleur film et de la meilleure réalisation, édictée cinq ans plus tôt. Dominik Moll l’a déjà emporté pour l'angoissant Harry, un ami qui vous veut du bien. Dans La Nuit du 12, tous ses choix sont judicieux, de la lumière au casting, et surtout il parvient à nous captiver alors qu'on connaît la fin dès le début. Trop fort, non ?  Un doublé lui permettrait de rejoindre Jean-Jacques Annaud, Abdellatif Kechiche, Claude Sautet, Alain Resnais, Bertrand Tavernier et Albert Dupontel.

Les autres nommés : Cédric Jimenez pour Novembre, Cédric Klapisch pour En Corps, Louis Garrel pour L’Innocent et Albert Serra pour Pacifiction : Tourments sur les îles

Meilleur second rôle masculin : Bouli Lanners dans "La Nuit du 12"

AFP

Adopté depuis quelques années par le cinéma français, l’acteur belge livre une performance inoubliable dans la peau de Marceau, le vieux flic bourru et brisé qui seconde le héros du film de Dominik Moll dans sa quête impossible de vérité. Ses rivaux dans cette catégorie font le job. Mais pour nous, il n’y a pas photo.

Les autres nommés : François Civil dans En Corps, Mischa Lescot dans Les Amandiers, Pio Marmaï dans En Corps et Roschdy Zem dans L’Innocent

Meilleur second rôle féminin : Noémie Merlant dans "L’Innocent"

AFP

C’est l’actrice qui monte. Partenaire de Cate Blanchett dans le film américain Tár, actuellement en salles, nouvelle Emmanuelle dans le prochain remake du classique érotique signé Audrey Diwan… Si on aurait adoré qu’elle l’emporte pour sa performance si délicate dans Portrait de la jeune fille en feu il y a trois ans, elle excelle dans le registre de la comédie avec l’irrésistible et touchante Clémence du film de Louis Garrel.

Les autres nommées : Judith Chemla dans Le Sixième Enfant, Anaïs Demoustier dans Novembre, Anouk Grinberg dans L'Innocent et Lyna Khoudri dans Novembre.

Révélation masculine : Bastien Bouillon dans "La Nuit du 12"

AFP

Second rôle discret du cinéma français, cet ancien pensionnaire du Cours Florent explose à 37 ans dans le rôle de Yohan Vivès, le jeune enquêteur rongé par l’enquête non résolue du film de Dominik Moll. Il ne serait pas le plus âgé à l'emporter dans cette catégorie puisque Jean-Pascal Zadi a été primé à 40 ans pour Tout simplement noir en 2021.

Les autres nommés : Stefan Crepon dans Peter Von Kant, Dimitri Doré dans Bruno Reidal, confession d’un meurtrier, Paul Kircher dans Le Lycéen et Aliocha Reinert dans Petite Nature

Révélation féminine : Marion Barbeau dans "En Corps"

AFP

Pour tenir le rôle principal du film de Cédric Klapisch, cette pensionnaire du ballet de l’Opéra de Paris a pris un congé sans solde en plein Covid. Si elle est évidement impeccable dans les scènes de danse, cette novice devant la caméra donne la réplique avec brio à ses partenaires expérimentés. Une belle histoire comme on les aime.

Les autres nommées : Guslagie Malanda dans Saint Omer, Rebecca Marder dans Une jeune fille qui va bien, Nadia Tereskiewicz dans Les Amandiers et Mallory Wanecque dans Les Pires

Meilleur premier film : "Saint Omer" d’Alice Diop

Guslagie Malanda dans "Saint Omer".
Guslagie Malanda dans "Saint Omer". - Les Films du Losange

Candidate malheureuse de la France aux Oscars, Alice Diop signe un drame étouffant, inspiré d’une affaire d’infanticide qui questionne son héroïne journaliste sur sa propre maternité. Lauréate du César du court-métrage en 2017, cette réalisatrice prodige aurait même pu viser plus haut cette année. Mais les votants en ont décidé autrement…

Les autres nommés : Bruno Reidal, confession d’un meurtrier de Vincent Le Port, Falcon Lake de Charlotte Le Bon, Les Pires de Lisa Akoka et Romane Gueret et Le Sixième Enfant de Léopold Legrand.

Meilleur film étranger : "Close" de Lukas Dhont

Diaphana

Grand prix du jury au dernier Festival de Cannes, le jeune réalisateur belge Lukas Dhont met en scène l’amitié fusionnelle entre deux adolescents. Ce drame poignant, qui évoque les méfaits de la masculinité toxique dans les cours de récré, fait écho de façon troublante à l'actualité récente en France.

Les autres nommés sont : Sans Filtre de Ruben Östlund, La Conspiration du Caire de Tarik Saleh, As Bestas de Rodrigo Sorogoyen et Eo de Jerzy Skolimowski


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info