César 2024 : "Le Règne Animal", ce film fantastique "à la française" qui crée la surprise

Publié le 24 janvier 2024 à 14h19

Source : TF1 Info

Le deuxième long-métrage de Thomas Cailley a décroché 12 nominations en vue de la 49ème cérémonie des César, le 23 février prochain.
Une petite surprise puisqu’il devance "Anatomie d’une chute", la Palme d’or de Justine Triet.
Porté par un bouche-à-oreille enthousiaste, ce film fantastique made in France a attiré plus d’un million de spectateurs.

Un phénomène peut en cacher un autre. Alors qu’on voyait déjà Anatomie d’une chute dominer les nominations à la prochaine cérémonie des César, la Palme d’or vient de se faire voler la vedette par Le Règne Animal avec 12 nominations contre 11. Meilleur film, meilleure réalisation, meilleur acteur pour Romain Duris, meilleur espoir masculin pour Paul Kircher… Cet ovni  dans le paysage cinématographique va-t-il déjouer tous les pronostics ? Les votants des César détestant les matchs joués d’avance, tout est possible.

Si vous ne l’avez pas encore vue, cette fable futuriste se déroule dans une France frappée par une pandémie qui transforme une partie des humains en animaux. C’est le cas de l’épouse de François, sur le point d’être transportée vers une unité spécialisée dans le sud de la France. Désemparé, le mari aimant décide de déménager avec leur fils Émile pour être au plus près d’elle. Sauf qu’elle disparaît dans la nature suite au crash de l’ambulance qui la transporte.

Un jeune réalisateur qui casse les codes

Présenté en ouverture de la section "Un certain regard" au dernier Festival de Cannes, Le Règne Animal est le deuxième long-métrage de Thomas Cailley, un réalisateur de 43 ans qui n’avait plus tourné pour le cinéma depuis Les Combattants, une romance "survivaliste" enthousiasmante qui avait remporté le César du meilleur premier film en 2014, ses vedettes Adèle Haenel et Kevin Azaïs décrochant, eux, les trophées de la meilleure actrice et de la révélation masculine.

Depuis ce coup d’essai réussi, qui avait attiré près de 400.000 spectateurs, cet ancien élève de la Fémis a signé la série de SF Ad Vitam sur Arte en 2018. Yvan Attal y incarne Darius, un flic qui évolue dans une société où la technologie a permis de stopper le vieillissement des citoyens. Passionné de films de genre, ce natif de Clermont-Ferrand cite Steven Spielberg, M. Night Shyamalan et Hayao Miyazaki parmi ses références, illustrant la montée en puissance d’une génération qui renouvelle les codes du cinéma français.

Plébiscité par la critique, Le Règne Animal l’a aussi été par le public puisque après être sorti dans un circuit de salles restreint début octobre, un bouche-à-oreille enthousiaste lui a permis de franchir le cap symbolique du million d’entrées. Il faisait également partie, avec Anatomie d’une chute, de la short list de cinq films pour représenter la France aux Oscars. Avant que le comité de sélection désigne La passion de Dodin Bouffant. Mais c’est une autre histoire…

À la fois tragique, drôle et poétique, cette petite merveille devrait à coup sûr remporter plusieurs prix le 23 février prochain à l’Olympia. Souvent nommé mais jamais récompensé, Romain Duris pourrait enfin connaître la consécration, à la veille de ses 50 ans, grâce à son rôle de mari qui apprend à devenir père. Il part favori dans sa catégorie, comme son jeune partenaire Paul Kircher, déjà nommé au César de la révélation masculine l’an dernier pour Le Lycéen de Christophe Honoré.


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info