César de la révélation masculine, Dylan Robert écope de trois ans de prison ferme

Publié le 16 mars 2024 à 10h59, mis à jour le 16 mars 2024 à 11h42

Source : Quotidien

Le comédien, primé en 2019 pour son rôle dans "Shéhérazade", était jugé vendredi devant le tribunal correctionnel de Marseille.
Alors qu’il venait de recevoir un César, il a commis une quinzaine de vols à l’arraché avec violence dans la cité phocéenne.
Condamné à trois ans de prison ferme, il était déjà en détention provisoire, mis en examen pour son implication présumée dans la mort du jeune Rayanne, en 2021.

Dylan Robert reste en prison. Alors qu’il était déjà en détention provisoire à la prison de Draguignan suite à sa mise en examen dans l’affaire Rayanne, le César 2019 de la révélation masculine a été condamné à trois ans de prison ferme vendredi pour une série d’arrachages de colliers, commis à Marseille entre avril et juillet 2019, quelques semaines seulement après avoir été récompensé devant le gratin du cinéma français.

"Je vivais des choses extraordinaires d’un côté", a expliqué vendredi le jeune homme de 24 ans dans le box du tribunal correctionnel de la cité phocéenne. De l’autre, cet enfant du quartier de la Belle-de-Mai retombait "dans une spirale". Celle de la délinquance qui l’avait déjà conduite derrière les barreaux après avoir quitté l’école à l’âge de 12 ans, afin de subvenir aux besoins de sa mère célibataire. "Aujourd’hui, je suis limite gâché", a-t-il reconnu face au juge.

J'avais besoin d'argent et le festival de Cannes, c'est pas rémunéré
Dylan Robert au tribunal de Marseille vendredi

En 2017, Dylan Robert est incarcéré aux Baumettes pour divers larcins lorsqu’une éducatrice lui suggère de participer au casting de Shéhérazade, le premier film de Jean-Bernard Marlin, l’histoire de Zachari, un repris de justice qui tombe amoureux d’une jeune prostituée. Impressionné par le naturel du novice, le cinéaste l’engage alors qu’il s’apprête à sortir de prison.

De la Croisette, où le film reçoit un accueil dithyrambique, aux César où il est primé comme sa partenaire Kenza Fortas, Dylan Robert vit un véritable conte de fées. Il monte à Paris, prend un agent et décroche des rôles dans ADN de Maiwenn et Sur les chemins noirs avec Jean Dujardin. Mais en coulisses, il n’a pas coupé les ponts avec son passé sulfureux. "J'avais besoin d'argent et le festival de Cannes, c'est pas rémunéré", a-t-il expliqué vendredi au tribunal.

Entre avril et juillet 2019, Dylan Robert va commettre une série de vols avec l’aide d’un ami de son quartier, suivant un mode opératoire bien rodé. Approche en scooter, arrachage d’un bijou, avec violence si nécessaire… Parmi les blessés, une femme de 59 ans, qui s’est cassée le col du fémur pour trois bracelets volés. Dans la plupart des cas, le butin était ensuite revendu 25 euros le gramme de métal.

Reconnu coupable d’une quinzaine de vols, acquitté de quatre, le jeune comédien s’est excusé "du plus profond de [s]on cœur", assurant avoir "compris" les faits qui lui sont reprochés et "pris de la maturité". Alors que son complice en fuite a écopé de cinq ans de prison, il a été condamné à quatre ans d'emprisonnement, dont trois ans ferme et un an avec sursis probatoire pendant deux ans, avec mandat de dépôt. Mais ses ennuis judiciaires ne sont pas terminés.

Alors qu’il doit être jugé en octobre prochain dans une affaire de car-jacking, il est également mis en examen pour "assassinat en bande organisée" et "tentatives d’assassinat" dans une affaire retentissante, raison pour laquelle il était déjà en détention provisoire depuis plusieurs mois. Il est en effet soupçonné d’avoir conduit le scooter qui transportait l’auteur de l’assassinat de Rayanne, un adolescent de 14 ans dans la cité des Marronniers à Marseille, le 18 août 2021.


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info