Son séjour en France reporté, Charles III maintient sa visite en Allemagne

Publié le 24 mars 2023 à 14h38

Source : JT 13h Semaine

Les tensions liées à la réforme des retraites ont eu provisoirement raison de la visite du roi Charles III en France.
Mais pas question d’annuler son premier voyage officiel puisqu’il se rendra comme prévu en Allemagne.
Un séjour au cours duquel il s’exprimera notamment au Bundestag, le Parlement allemand.

C’est par un sobre communiqué, publié à la mi-journée, que la nouvelle est tombée. "Compte tenu de l'annonce, hier, d'une nouvelle journée d'action nationale contre la réforme des retraites le mardi 28 mars prochain en France, la visite du Roi Charles III, initialement prévue du 26 au 29 mars dans notre pays, sera reportée", y indique l’Élysée. 

L’épilogue de 48 heures de rumeurs et de débats sur l’annulation d’une partie ou de l’intégralité du séjour de la délégation britannique. C’est donc l’option d’un report "dans les meilleurs délais" qui a été privilégiée. Du côté de la présidence française, on souligne que la décision "a été prise par les gouvernements français et britannique, après un échange téléphonique entre le Président de la République et le Roi ce matin".

Une nouvelle visite "au début de l'été" ?

Les scènes de violences qui ont émaillé la neuvième journée de grève contre la réforme des retraites dans toute la France ont-elles été décisives pour l’exécutif ? Elles ne sont pas mentionnées. Mais du côté de Downing Street, on précise que c’est Emmanuel Macron lui-même, et non le Premier ministre Rishi Sunak, qui a "demandé" le report de la visite. Une version des faits confirmée par le chef de l'État à Bruxelles.

"Nous manquerions d'un certain bon sens de proposer à Sa majesté de faire une visite d'État dans ce contexte", a-t-il répondu à une question de la presse britannique. "J'ai pris l'initiative de l'appeler et de lui dire quelle était la situation. Le bon sens et l'amitié nous a conduit à demander un report", a encore expliqué le président, évoquant l'hypothèse d'une nouvelle visite "au début de l'été". Donc après le couronnement auquel il assistera à Westminster le 6 mai prochain.

À Buckingham Palace, pas question de dramatiser. Le roi Charles et Camilla se réjouissent d'aller en France "dès que des dates pourront être trouvées", a réagi le palais, déjà tourné vers la suite de son calendrier. Car si le successeur d’Elizabeth II est contraint de reporter sa visite en France, il n’a pas renoncé à l’intégralité de son premier voyage officiel puisqu’il se rendra comme prévu en Allemagne à partir de mercredi.

Si le programme initial est maintenu, Charles III et la reine consort Camilla doivent être accueillis par une cérémonie à la porte de Brandebourg, avant un banquet au château de Bellevue, la résidence officielle du président Frank-Walter Steinmeier. Jeudi, le souverain doit s’exprimer au Bundestag, le Parlement allemand. Le même jour, une rencontre avec des réfugiés arrivés récemment d’Ukraine est également prévue. Enfin, vendredi, un déplacement à Hambourg est prévu sur la thématique des technologies vertes et du développement durable, qui lui est chère.

La dernière visite d'Elizabeth II en Allemagne en 2015, sous Angela Merkel, avait déclenché un vif enthousiasme outre-Rhin. Avec son époux le prince Philip, elle avait visité l'ancien camp de concentration nazi de Bergen-Belsen, dans le nord du pays. 

Le séjour le plus marquant de la monarque en Allemagne remonte à 1965, perçu comme le moment qui a scellé la réconciliation entre les deux pays après la Seconde Guerre mondiale. À la mort d'Elizabeth II, le chancelier Olaf Scholz avait rendu hommage à la reine en la qualifiant de "symbole de la réconciliation".


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info