"Ma vie a changé de manière folle" : comment Netflix a bousculé la carrière de Joey King

Delphine DE FREITAS
Publié le 4 août 2022 à 17h40
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Elle incarne l’un des tueurs du déjanté et sanglant "Bullet Train" face à Brad Pitt, actuellement au cinéma.
La jeune actrice de 23 ans a vu sa popularité grimper en flèche grâce à la trilogie romantique de Netflix, "The Kissing Booth".
"Je suis passée de celle qui était dans la lumière sans vraiment l’être à celle dont beaucoup de monde connaissait le nom", nous raconte-t-elle.

Son look d’écolière rappelle celui de son personnage. Le carré brun court qu’elle porte dans le film a cédé place à de longs cheveux légèrement blondis. Mais ne vous fiez pas à ce visage poupon à qui on donnerait le bon Dieu sans confession. Car dans Bullet Train, actuellement au cinéma, Joey King incarne une redoutable tueuse qui donne du fil à retordre à Brad Pitt et aux autres passagers d’un train à grande vitesse au Japon. "C’est l’effet que nous recherchions. Prince utilise son innocence apparente à son avantage, pour faire croire aux gens qu’elle est digne de confiance et non pas la psychopathe manipulatrice qu'elle est vraiment", s’esclaffe la comédienne.

Sony Pictures France
Lire aussi

Elle a tout déchiré lors de son audition

David Leitch, réalisateur de "Bullet Train"

Ce rôle, elle en a rêvé sans trop y croire. "C’était l’une des choses qui m’ont fait dire : 'Je ne l’aurai jamais parce que tout le monde veut ce travail'", assure-t-elle. On rembobine jusqu'en 2020. La pandémie de Covid-19 a mis le monde sur pause. Alors quand Bullet Train a remis en route la machine hollywoodienne, "beaucoup de mains se sont levées pour obtenir un rôle", nous raconte le réalisateur David Leitch. Joey King est la première actrice à avoir été auditionnée pour Prince. "Elle a lu le texte, j’ai caché la caméra avec ma main pour qu’elle ne me voie pas et j’ai dit à ma co-productrice Kelly McCormick : 'Mon dieu, elle est incroyable'". Elle a tout déchiré. Elle a amené un côté sombre et fun au personnage immédiatement et elle a tout de suite compris ce qu’on attendait", se souvient-il.

Joey King continue à considérer qu’elle "a eu de la chance" d’avoir été choisie. Elle qui, à 23 ans, en a déjà passé près de 20 ans devant les caméras. Comme beaucoup d’enfants acteurs, la native de Los Angeles a démarré dans des publicités avant de s’inviter dans des séries. Ses sœurs aînées Kelli et Hunter sont elles aussi comédiennes. Sur son CV, déjà plus de 70 apparitions à l’écran. Elle a notamment joué la fille de Julianne Moore et Steve Carell dans Crazy, stupid, love ainsi que la jeune Marion Cotillard dans The Dark Knight Rises de Christopher Nolan. 

Je me sens vraiment heureuse et chanceuse d’avoir eu ces années d’expérience derrière moi. Elles m’ont un peu préparée à ça

Joey King

Puis est arrivé le film qui a tout bousculé. En 2018, Netflix fait d’elle l’héroïne de The Kissing Booth. Adaptation d’un best-seller, la comédie romantique pour ados connaît un succès tel qu’il propulse l’actrice dans une autre dimension à une vitesse folle. Deux autres films suivront, appuyant son statut d’icône de la nouvelle génération. "C’est vrai que les films The Kissing Booth ont eu l’effet d’un TGV (Bullet Train en anglais) sur moi. Tout d’un coup, je suis passée de celle qui était dans la lumière sans vraiment l’être à celle dont beaucoup de monde connaissait le nom", sourit-elle en reprenant notre question. 

Netflix

"Je me sens vraiment heureuse et chanceuse d’avoir eu ces années d’expérience derrière moi. Elles m’ont un peu préparée à ça. Je n’ai pas eu la sensation que ça arrivait du jour au lendemain, ça m’a semblé progressif. Je crois que ça m’a aidé à digérer la manière folle dont ma vie a changé", reconnaît-elle. Aujourd’hui, Joey King est suivie par plus de 19 millions de personnes sur Instagram et enchaîne les tournages. Dans Bullet Train, Prince n’arrête pas de répéter qu’elle a de la chance. Quand on lui demande quel a été le moment le plus chanceux de sa carrière, elle nous répond tout de suite : The Act.

"The Act", mini-série et maxi impression

Dans cette mini-série en huit épisodes, Joey King donne vie à l’histoire vraie de Gypsy Rose Blanchard. Prisonnière de sa mère qui pendant 20 ans lui a fait croire qu’elle était malade, elle a fini par se venger en l’assassinant avec l’aide de son petit ami. Une interprétation intense qui lui a valu une nomination aux Emmy Awards. "C’est une œuvre dont je suis incroyablement fière mais c’est aussi grâce à elle que j’ai rencontré mon fiancé. Cette série représentera toujours quelque chose de très profond pour moi, pour des raisons personnelles et professionnelles", souligne celle qui va épouser le réalisateur Steven Piet.

Pour The Act, elle s’est rasé le crâne pour la quatrième fois de sa carrière. Pour Bullet Train, elle a appris à se battre, à parler une autre langue et à maîtriser l’accent britannique. "J’ai repoussé mes limites en m’amusant", dit-elle. Et si Joey King devenait la prochaine star de films d’action ? "Je crois qu’elle peut faire tout ce qu’elle veut", affirme David Leitch. "Si elle veut faire des films d’action, elle fera en sorte que ça arrive. Elle en a d’ailleurs sorti un récemment", ajoute-t-il, évoquant La Princesse qui est disponible sur Disney+. 

Lire aussi

La principale intéressée s’imagine déjà de l’autre côté de caméra. Mais pas tout de suite. "J’y ai longuement réfléchi. Au fil des années, j’ai pu observer de nombreux réalisateurs et j’ai pris quelques notes. Et puis je vais épouser un réalisateur aussi ! Peut-être qu’un jour je réaliserai mais je ne veux pas trop me mettre la pression. Je veux d’abord développer mon propre style", nous dit-elle. Avant, elle reviendra à ses premières amours avec deux projets Netflix : une nouvelle comédie romantique et l’adaptation des romans à succès Uglies.


Delphine DE FREITAS

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info