Le Festival de Cannes de retour après un an de pandémie

"Fast and Furious 9", la critique express : vers l’infini et au-delà

Delphine DE FREITAS
Publié le 13 juillet 2021 à 17h02
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

ON ADORE – Vin Diesel et sa bande passent la cinquième dans un neuvième volet de la saga qui n'a pas peur de se prendre le mur du ridicule et s’envole même pour l’espace. Le film popcorn par excellence à découvrir dès ce mercredi en salles, après sa projection au cinéma de la plage en marge du Festival de Cannes.

Des bolides qui roulent vite, une intrigue qui pourrait tenir sur un Post-it et un sens de la famille à toute épreuve. Le contrat est quasiment le même depuis 20 ans entre Fast and Furious et son public. Passer la porte du cinéma, c’est savoir à quoi s’attendre. Un moment d’évasion où le ridicule ne tue pas, mais rend même plus fort. 

Le neuvième volet de la saga ne déroge pas à la règle et propose 2h23 de séquences d’action plus rocambolesques les unes que les autres. Sans que personne ne semble se soucier de la véracité de ce qui se joue à l'écran.

Dominic Toretto voit débarquer un frère ennemi dont personne n’a jamais entendu parler en neuf films. Puis accueille d’entre les morts un vieux camarade qu’on croyait enterré depuis bien longtemps. Ce petit monde se castagne, se tire dessus et se court après à 100 à l’heure pour empêcher une arme de tomber entre les mauvaises mains. De la figure du cow-boy à celle de l’astronaute, on pourrait même soupçonner les scénaristes d’avoir un peu trop regardé Toy Story. Car ce Fast and Furious 9 culmine vers l’infini et l’au-delà dans une séquence lunaire où une voiture est transformée en navette spatiale.

Dom (Vin Diesel) et Jakob (John Cena), frères ennemis dans "Fast and Furious 9" de Justin Lin. - Universal Pictures

Nos héros survivent à tout. On se demande comment, et eux aussi d'ailleurs, lors d’un savoureux échange qui tente de prouver que personne n’est dupe. Sauf peut-être Vin Diesel, qui continue à prendre son rôle de patriarche très au sérieux dans ce savoureux blockbuster sans limites. Même la reine Helen Mirren, en roue libre, vient nous offrir un joli dérapage contrôlé dans les rues de Londres. On s’amuse autant qu’elle à suivre ce festival d’action gonflé à la testostérone dans lequel les femmes essaient de se faire une place tant bien que mal. "Il ne s’agit pas d’être le plus fort, mais le meilleur", clame le père de Dom lors d’un flashback. Fast 9 n’est ni l’un ni l’autre, mais joue pleinement son rôle de film popcorn où le plaisir du spectateur est roi envers et contre tout. La dernière scène nous a même fait verser une larme. Et pas parce qu’on s’est demandé ce que les Fast 10 et 11 en préparation allaient pouvoir encore inventer.

Lire aussi

>> Fast and Furious 9 de Justin Lin, avec Vin Diesel, Michelle Rodriguez, Jordana Brewster, John Cena, Tyrese Gibson, Ludacris, Nathalie Emmanuel, Sung Kang et Charlize Theron – au cinéma le 14 juillet.


Delphine DE FREITAS

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info