VIDÉO - François Civil : "Bac Nord montre des zones de Marseille abandonnées par la République"

par Jérôme VERMELIN
Publié le 24 août 2021 à 14h03
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

INTERVIEW – L’acteur François Civil incarne l’un des flics de "Bac Nord", le film de Cédric Jimenez en tête du box-office. Un polar qui dénonce, selon lui, le désintérêt des pouvoirs publics pour des quartiers de Marseille tristement au cœur de l’actualité.

En salles depuis mercredi dernier, Bac Nord met en scène un groupe de policiers franchissant la ligne jaune dans leur lutte contre les trafics de stupéfiants qui gangrènent les quartiers populaires de Marseille. Si les faits se déroulent en 2012, la tension n’y est hélas pas retombée, comme en témoigne la multiplication récente des règlements de compte. Ce week-end, quatre jours après la mort d’un adolescent près d’un point de vente de drogue, trois hommes ont été tués dans la cité phocéenne.

Pour François Civil qui incarne Antoine, un jeune flic né dans les quartiers Nord, le film de Cédric Jimenez offre un regard inédit sur une situation souvent résumée par de tristes chiffres dans les médias. "Avec ce film, on est à hauteur d’homme. On raconte une histoire", souligne l'acteur auprès de LCI. "Et on essaie de montrer sans prendre parti la complexité de ces vies, de tous côtés confondus, et surtout l’abandon total qu’il y a sur ces zones où la République n’est plus présente. Les habitants des quartiers sont abandonnés. Les flics qui y travaillent, mais aussi le personnel soignant, les pompiers. Tout le monde."

Je pense qu’il y a une déconnexion totale entre les élites politiques, la hiérarchie policière et les hommes qu’on incarne qui sont des hommes terrain

François Civil

Jugée en avril dernier, l’affaire dont s'inspire le film avait entraîné la garde à vue de plusieurs policiers de l'unité, soupçonnés de corruption, trafic de drogue et enrichissement personnel. Hyper médiatisée à l’époque, elle s’est soldée par quelques condamnations à de la prison avec sursis et des relaxes pour lequel le parquet a fait appel.

Lire aussi

Pour François Civil, c’est le fruit d’une "politique du chiffre où il faut du rendement, du rendement, toujours plus. Quitte à ce que les méthodes soient un peu bancales. Tout ça pour avoir de beaux chiffres à montrer au moment des élections. Je pense qu’il y a une déconnexion totale entre les élites politiques, la hiérarchie policière et les hommes qu’on incarne qui sont des hommes de terrain, à la proximité des zones-là. Et c’est ça qui est dramatique."


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info