La drogue a brisé sa vie : Edward Furlong, le héros de "Terminator 2", sort du silence après sa descente aux enfers

Jérôme Vermelin
Publié le 13 juillet 2022 à 17h11
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Partenaire d’Arnold Schwarzenegger dans "Terminator 2" en 1991, Edward Furlong a sombré dans l’enfer de la drogue.
Dès la sortie du film de James Cameron, sa vie n’a été qu’une succession d’erreurs tragiques qu'il a chèrement payées.
Dans un entretien touchant au "Daily Mail", il explique vouloir relancer sa carrière d’acteur après en avoir fini avec ses démons.

Il était une fois à Pasadena, en Californie. Edward Furlong, 13 ans, sort du centre de loisirs qu’il fréquente comme d’autres gamins de son âge lorsqu’une directrice de casting l’aborde et lui demande s’il a envie de tourner dans un film. Circonspect, le pré-adolescent rétorque : "Désolé Madame, je ne fais pas de porno !". Son interlocutrice éclate de rire et lui révèle qu’elle cherche un gamin ordinaire pour jouer la version jeune de John Connor, le leader de la résistance contre les machines dans un futur blockbuster intitulé Terminator 2.

Sans aucune expérience à l'époque, Edward Furlong réussit son audition et emporte le morceau face à une centaine de candidats. Le réalisateur James Cameron, qui apprécie son naturel et sa spontanéité, lui donne alors une série de devoirs pour préparer le tournage avec le monstre sacré Arnold Schwarzenegger. Il devra notamment apprendre à parler espagnol, conduire une moto et réparer une arme à feu. Un jeu d’enfants, en quelque sorte.

Edward Furlong et Arnold Schwarzenegger dans "Terminator 2", en 1991. - Lightstrom Entertainment

32 ans plus tard, c’est un Edward Furlong bouffi mais"clean" qu’on retrouve dans une touchante interview vidéo diffusée sur le site du Daily Mail. Après avoir perdu toutes ses dents à cause de son addiction à la méthadone, il s’est fait offrir un nouveau sourire par un prothésiste californien il y a quelques semaines. "Je ne me lève pas le matin en pensant à mon apparence physique, mais à chaque fois que je croisais mon reflet dans un miroir, je me rappelais les erreurs que j’ai commises au cours de toutes ces années." Et des erreurs, il y en a eu beaucoup. Vraiment beaucoup.

Au début du tournage de "T2", fin 1990, Edward vit encore chez sa tante et son oncle, sa mère leur ayant confié son rejeton alors qu'elle traverse une période difficile. Sur le plateau, il fait la connaissance de Jacqueline Domac, une jeune femme de 13 ans son aînée. D’abord engagée pour être sa doublure, elle se voit confier un rôle de tutrice, chargée notamment de s’assurer qu’il apprend bien son texte. À la sortie du film, la famille du jeune garçon se dispute sa garde, finalement accordée à son oncle et sa tante qui quittent leur job pour devenir ses managers. 

Une romance scandaleuse

Sur les tapis rouges, Edward Furlong et Jacqueline Domac affichent une proximité troublante et ce qui était un secret de Polichinelle au sein de la profession éclate au grand jour. Ils forment un couple, même s’ils affirmeront plus tard ne pas avoir eu de rapports avant les 16 ans de l’acteur, la majorité sexuelle en Californie. Des menaces de poursuites judiciaires planent sur la jeune femme, soupçonnée d'être une "croqueuse d'or" par la famille de l'acteur, en vain. Ils se sépareront en 1999, Jacqueline accusant son compagnon de violences conjugales. Déjà.

Côté ciné, la carrière d’Edward a du mal à décoller. Il donne la réplique à Jeff Bridges dans American Heart, puis devient la vedette de Simetierre 2 et Brainscan, deux nanars mémorables. En 1994, il décroche son plus beau rôle, celui du jeune frère du tueur à gages incarné par Tim Roth dans Little Odessa, le tout premier film de James Gray. On le voit ensuite dans Pecker de John Waters aux côtés de Christina Ricci, puis dans le brutal American History X de Tony Kaye face à Ed Norton. Mais au tournant du millénaire, son flirt avec les substances illicites va avoir raison de ces belles promesses. D’autant plus que son oncle et sa tante passent plus de temps à dépenser ses cachets qu’à le guider dans la jungle hollywoodienne…

De la drogue dans le sang de son fils

En octobre 2000, Edward effectue un premier séjour en clinique de désintoxication, le début d’une longue série. Dans l’intervalle, il perd le rôle de John Connor dans Terminator 3 au profit de Nick Stahl, les producteurs ayant eu vent de ses addictions. Après des romances sans lendemain, avec notamment la starlette Paris Hilton, sa rencontre avec la jeune actrice Rachael Bella lui laisse entrevoir le bout du tunnel. Ils se marient en avril 2006 et accueillent un petit garçon, Ethan, quelques mois plus tard.

Mais en 2009, la jeune femme dépose une demande de divorce. S’ensuite une longue bataille judiciaire, marquée par des accusations de violences conjugales. Edward promet qu’il a changé. Mais en 2012, son droit de visite est restreint lorsque des traces de cocaïne sont retrouvées dans le sang du bambin. Au lieu de le calmer pour de bon, cette affaire sordide témoignage d'un engrenage qui pourrait bien lui être funeste.

Edward Furlong, au tribunal de Los Angeles où il était jugé après avoir agressé son ex-compagne. - AFP

La même année, Edward Furlong est arrêté après avoir frappé Monica Keena, sa nouvelle petite amie. La jeune femme obtient une ordonnance d'éloignement à l’encontre de l’acteur mais ce dernier, incontrôlable, utilise la force pour s’introduire chez elle et la frapper à nouveau. Son mugshot s'affiche à la une de tous les magazines people de la planète et c'en est définitivement fini de son image d'enfant prodige. Condamné à six mois de prison, il entame une longue traversée du désert qui lui permet de se remettre sur pied. Dans le Daily Mail, il révèle aujourd'hui être officiellement sobre depuis quatre ans.

"Lorsque j’étais jeune, je n’avais pas grand-monde pour s’occuper de moi, on m’a laissé mener une vie sauvage", affirme l’ex-enfant acteur, laissant entendre que les adultes qui l'entouraient n’ont pas franchement pris soin de lui. "Je ne savais pas comment gérer mon argent. Si j’avais été plus vieux, je n’aurais pas pris autant de mauvaises décisions", assure-t-il. De l’enfer de la drogue, il a gardé des souvenirs encore vivaces. Tout a commencé à l’adolescence avec la marijuana, l’alcool et les champignons hallucinogènes.

Il a survécu à "deux ou trois overdoses"

"À partir de la vingtaine, je faisais la fête et je voulais sortir tous les soirs. Mais j’étais tellement fatigué et bourré que j’avais besoin de prendre de la cocaïne pour me réveiller et boire encore plus. Tout ça, c’est une spirale, en fait. Une fois qu’on est totalement défoncé, on a besoin de quelque chose pour arriver à s’endormir. Moi c’était du Xanax ou de l’héroïne. Ensuite, je n’avais même plus envie d’aller aux fêtes. Je restais tout seul à la maison et je prenais de la coke." Un témoignage édifiant, l’acteur affirmant par ailleurs avoir survécu à "deux ou trois overdoses".

Edward Furlong, interviewé par le Daily Mail, en juillet 2022. - DailyMail

Aujourd’hui âgé de 44 ans, il s’apprête enfin à relancer sa carrière avec Charlie’s Horse, un film indépendant qu’il a tourné au Texas. Il assure avoir désormais "une belle relation" avec son fils Ethan et savoure le fait de se réveiller chaque matin sans avoir oublié ce qu’il a fait la veille. "Les choses se remettent en ordre lentement et je veux juste retrouver ma vie d’avant (…) J’ai merdé avec tellement de gens lorsque j’étais accro et retrouver leur confiance, c’est un long processus. C’est comme devenir ami avec son ex après une mauvaise rupture. Il faut réapprendre à se faire confiance."


Jérôme Vermelin

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info