20 ans après sa sortie, le teen movie porté par Lindsay Lohan revient en salles ce mercredi 10 janvier dans une version modernisée.
Un subtil mélange de l’original et de la comédie musicale de Broadway qui parvient sans difficulté à se distinguer de ses prédécesseurs pour créer son propre univers.
Aussi drôle qu’entraînant, assurément la meilleure manière de démarrer l’année du bon pied.

Le mercredi, elles portent du rose. Vingt ans après, la règle édictée par les Plastiques n’a pas changé. Leur popularité non plus. Les pestes du lycée qui ont fait vriller Lindsay Lohan prouvent qu'elles n’ont pas dit leur dernier mot avec un fracassant retour. Les Means Girls, "méchantes filles" devenues Lolita malgré moi en VF, retrouvent leur titre original pour une nouvelle escapade au cinéma qui avait de quoi inquiéter les fans de la première heure. Car comment ne pas dénaturer un monument de la pop culture tellement culte qu’il en est presque sacré pour toute une génération ? La réponse tient en un nom. Tina Fey.

Crise d'ado en chansons

Déjà autrice du scénario original, l’humoriste américaine est aux manettes de ce projet qui vient unir les deux pans de l’univers Mean Girls. D’un côté le tout premier film sorti en 2004, de l’autre l’adaptation musicale née à Broadway en 2018. Dans les deux cas, l’ADN est le même. Après avoir grandi en Afrique, Cady Heron découvre la vie de lycéenne aux États-Unis avec tous les drames qui vont avec. Ses bandes, ses guerres de popularité et surtout ses histoires d’amour compliquées. Le tout narré avec un humour décapant sur fond de répliques incendiaires aujourd’hui encore dans les mémoires. Sauf que cette fois, elle chante.

Paramount a fait le choix de peu communiquer sur l’aspect musical du film, ne dévoilant qu’une seule des 12 chansons qui résonnent dans le film. "Je veux voir le monde brûler", martèle dans le refrain la reine des Plastiques, Regina George. De quoi résumer au mieux ce Mean Girls 2.0 qui embrase son héritage à coups de clins d’œil pour mieux le redéfinir. Pas tout à fait une suite, pas exactement un reboot non plus. Tina Fey et Tim Meadows sont les seuls à reprendre leurs rôles de professeurs dans cette réinvention maligne et drôle qui est allée chercher ses perles rares au sein de la jeune garde de Hollywood.

Reneé Rapp, implacable Regina George

Loin d’être des pâles copies, ces nouvelles Lolitas tracent leur propre route. Angourie Rice (The Nice Guys, la saga Spider-Man) succède tout en douceur à la Cady de Lindsay Lohan quand Reneé Rapp mène avec poigne la danse des Plastiques dans ses pantalons en cuir. Sa Regina George est peut-être plus piquante encore que celle de Rachel McAdams. Princesse de la pop en devenir, l’actrice de 23 ans (The Sex Lives of College Girls sur Prime Video) a déjà tenu le rôle à Broadway il y a cinq ans. Ne cherchez pas, c’est elle la véritable star du show. Puissante et redoutable, surtout quand il s'agit de garder la main sur le beau Aaron Samuels (Christopher Briney, l'un des héros de L'été où je suis devenue jolie).

Narré par l’hilarant duo Janis et Damian (Auli’i Cravalho et Jaquel Spivey), Mean Girls est aussi drôle et rafraîchissant que l’original, aussi entêtant et rythmé que le spectacle de Broadway dont les titres sélectionnés ont été réarrangés pour l’occasion. Leur mise en scène, façon clips musicaux, régale de bout en bout. La première bande-annonce promettait un coup de vieux aux plus âgés en affirmant que ce n’était "pas le Lolita malgré moi de votre mère". Mais c’est avec un regain d’énergie qu’on ressort de cette comédie solaire et réconfortante qui parle autant aux Millennials nostalgiques qu’à la Gen Z accro à TikTok. 

C’est sans doute là que se niche la vraie réussite d’un film qui a su traverser les époques pour raconter ce qu’est l’adolescence. Paramount se trompe en parlant de "plaisir coupable de la rentrée". Le nôtre est pleinement assumé face à ces retrouvailles so fetch que les plus curieux pourront prolonger à Londres, où la comédie musicale Mean Girls s’installe dès le mois de juin.

>> Mean Girls : Lolita malgré moi - au cinéma le 10 janvier


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info