Trois ans après "J’accuse", le prochain film de Roman Polanski va-t-il encore faire polémique ?

Jérôme Vermelin
Publié le 24 janvier 2022 à 13h10, mis à jour le 24 janvier 2022 à 15h25

Source : TF1 Info

Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski va bientôt retrouver les plateaux.
Il tournera en Suisse "The Palace", une comédie satirique, à partir de mars prochain.
Ce sera son premier film depuis les accusations de viol de la photographe Valentine Monnier.

Roman Polanski reprend du service. Une annonce déposée il y a quelques jours sur le site de l’agence Central Casting révèle que le cinéaste franco-polonais de 88 ans est à la recherche d’une centaine de figurants pour tourner dans son nouveau film, dont les prises de vue doivent débuter à la mi-mars et pour onze semaines, dans un hôtel de luxe de la station de ski de Gstaad, en Suisse. 

Intitulé The Palace, cette comédie satirique écrite par le scénariste Jerzy Skolimowski se déroulera pendant le réveillon du 31 décembre 1999 "dans un palace extraordinaire des montagnes suisses enneigées où se retrouvent chaque année des employés et des clients fortunés et exigeants venus du monde entier", indique le synopsis. "Cette nuit n’est pas seulement l’épilogue d’un siècle, mais surtout la fin d’un millénaire controversé."

Une coïncidence étonnante

Il s’agira du premier film de Roman Polanski depuis J’accuse, en novembre 2019. Quelques jours avant la sortie de ce long-métrage sur l’affaire Dreyfus, le cinéaste avait été accusé de viol par la photographe Valentine Monnier. Des faits qui se seraient produits lorsqu’elle avait 18 ans, en 1975, dans un hôtel… à Gstaad. Une coïncidence qui ne devrait pas manquer de faire parler.

"On essaie de me faire passer pour un monstre", s'était défendu l’auteur de Chinatown dans Paris Match. "Je n’ai évidemment aucun souvenir de ce qu’elle raconte, puisque c’est faux. Je le nie absolument (...) C’est facile d’accuser quand tout est prescrit depuis des dizaines d’années, et lorsqu’on est certain qu’il ne peut y avoir de procédure judiciaire pour me disculper."

Depuis les années 2010, plusieurs femmes accusent le cinéaste de violences sexuelles remontant aux années 1970 et 1980. Il les réfute toutes, sauf l'affaire de Samantha Geimer pour laquelle il a été condamné à quatre-vingt-dix jours de prison, reconnu coupable de rapports sexuels illégaux avec une mineure. Un juge californien souhaitant le condamner à une peine plus lourde, il avait alors fui les Etats-Unis pour s'installer en France. 

La polémique s’était poursuivie jusqu’à la cérémonie des César, le 28 février 2020, émaillée par une manifestation organisée par des associations féministes. Roman Polanski avait renoncé à s'y rendre, déclarant ne pas vouloir s'exposer à "un lynchage public". Succès en salles, J’accuse avait remporté trois César, dont celui de la meilleure adaptation et de la meilleure réalisation, entraînant le départ en signe de protestation de la comédienne Adèle Haenel.

Pour ses détracteurs, cette nouvelle affaire signait le glas de la carrière cinématographique de Roman Polanski. Le cinéaste a finalement obtenu le soutien financer de la RAI, la chaîne de télé publique italienne, de producteurs polonais et de la société suisse CAB  Productions, pour ce nouveau film dont le budget s'élève à 13 millions d'euros. Le casting principal devrait être annoncé dans les prochains jours.


Jérôme Vermelin