Les deux stars sont à l’affiche de l’adaptation déjantée de "L’homme qui tombe à pic", la série culte des années 1980.
L’histoire d’un cascadeur de cinéma prêt à tout pour reconquérir la réalisatrice qui fait battre son cœur.
TF1info les a interrogé à l’occasion de l’avant-première parisienne de ce blockbuster détonnant, en salles ce mercredi.

C’est un couple de cinéma aussi romantique qu’explosif qu’on découvre dans The Fall Guy, très libre adaptation de la série des années 1980 L’homme qui tombe à pic par David Leitch, le réalisateur de Bullet Train. Ryan Gosling y incarne Colt Seavers, un cascadeur qui roucoule en secret avec Jody Moreno, une assistante ambitieuse incarnée par Emily Blunt. 

Lorsque le premier est victime d’un terrible accident, leurs routes se séparent. Puis se recroisent quelques mois plus tard quand la jeune femme passe derrière la caméra. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que son ex a été engagé pour retrouver Tom Ryder (Aaron Taylor-Johnson), la star de son film qui a mystérieusement disparu.

Ancien cascadeur, David Leitch a conçu The Fall Guy comme un hommage à une profession qui ne bénéficie pas toujours de la reconnaissance qu’elle mérite. Son film regorge de prouesses aussi spectaculaires qu’improbables. Mais c’est aussi, surprise, une comédie romantique souvent irrésistible grâce à l’alchimie de ses deux vedettes. TF1info les a rencontrés avant l’avant-première à Paris. L’occasion de nous révéler une source d’inspiration pour le moins inattendue…

Étiez-vous spectateurs de L’homme qui tombe à pic lorsque vous étiez enfants ?

Emily Blunt : C’est assez merveilleux de découvrir aujourd’hui combien cette série était populaire en Europe. Mais moi, je ne l’avais jamais vu en Angleterre !

Ryan Gosling : Je ne l’ai pas vu non plus au Canada mais j’en suis heureux parce que sinon je crois que j’aurais voulu devenir un cascadeur plutôt qu’un acteur.

Emily : Nous sommes tous heureux que tu sois devenu acteur !

De toute façon, le film est assez différent de la série, non ? 

Emily : Je crois, oui. Il me semble que l’intention était de creuser un espace nouveau pour nous deux. Bien sûr, c'est une énorme influence et nous ne serions pas là sans la série. Mais je crois qu’on voulait la moderniser et l’intégrer dans le monde actuel. 

Ryan : En réalité, le film est autant inspiré par Un homme et une femme de Claude Lelouch que par la série télé.

Emily : Oui, c’est l’une des premières choses que tu m’as envoyé pour décrire la relation entre les deux personnages. Lorsque nous avons tourné les flashbacks sur leur histoire d’amour, on a joué le thème principal d’Un homme et une femme (par Francis Lai – ndlr). Parce qu’il y avait déjà un mélange de scènes d’action et de romance.

Ryan : En fait, on écoutait le thème du film de Lelouch lorsque nous tournions les scènes de flashbacks afin d’essayer de recréer la même atmosphère.

Emily : C’était cool !

Avoir des enfants a changé ma vie. Ils m’ont poussé à me remettre en question de la tête aux pieds
Ryan Gosling

Votre alchimie est l’une des clés du film. Est-ce que vous rêviez de tourner ensemble ?

Emily : Ryan et David (Leitch, le réalisateur) travaillaient depuis un moment sur ce film. J’étais fan de leur travail à tous les deux. Les films de David sont très rares, uniques du point de vue du style, à la fois osés et drôles. Ryan, lui, à quelque chose de complètement unique et original même si je sais qu’il est très embarrassé lorsque je dis ce genre de choses. Il préfère que je sois un peu combattive avec lui !

Ryan : Je crois que la raison principale pour laquelle nous pourrions faire une suite, ce serait de retravailler ensemble. On a adoré ces personnages, cet univers…

Après Barbie, vous vous éloignez encore des films très sombres dans lesquels on vous a découvert comme Drive ou Blue Valentine. C’est une manière de surprendre le public ? De vous surprendre vous-même ?

Ryan : La différence, c'est que j’ai des enfants maintenant !

Emily : Moi, je ne te voyais pas comme un mec sombre et brutal avant…

Ryan : Avoir des enfants a changé ma vie. Ils m’ont poussé à me remettre en question de la tête aux pieds. Je crois que j’étais sérieux et triste avant. Maintenant que je les ai dans ma vie, je suis une personne différente, j’ai une approche différente des choses.  Ça a tout changé dans ce que je fais et comment je le fais. 

Sur ces gros films d’action il y a toujours plusieurs doublures. Là il y avait quatre Ryan en plus du vrai
Emily Blunt

Certains disent que la comédie, c’est bien plus difficile à jouer que le drame parce qu’il faut être précis, avoir le sens du timing. Vous êtes d’accord ? 

Ryan : Je ne sais pas s’il faut travailler plus…

Emily : Avec la comédie, on sent quand ça marche. Il y a une sorte de vibration dans les scènes. Il se passe un truc qui fait que tout le monde rit dans la salle quand c’est réussi.

Ryan : Avec un drame, tu es assis entouré de gens qui peuvent prendre le film de manières très différentes et tu n’en sais rien.

Emily : J’ai vécu des moments merveilleux en tournant des drames. Je me rappelle qu’on se marrait tout le temps sur Sicario alors que c’est un film très intimidant. Mais c’était une joie à faire. Alors que j’ai tourné des comédies où l’ambiance n’était pas très fun. Nous savons lesquelles… (Rires)

Ryan : Ce n’était peut-être pas fun pour toi mais ça l’était pour nous le public !

Emily : Je pense que lorsqu’on est sur un film qui est fun, inspirant et qu’il y a une bonne énergie sur le plateau, c’est ce qu’il y a de mieux.

Ryan, tout le monde va se demander si vous avez fait vous-même vos cascades. 100% comme Tom Cruise ? 

Ryan : Il n’y a qu’un seul Cruise ! La grande chute en ouverture du film, c’est moi. Il y a cette grande scène de bagarre sur le toit d’un camion-poubelle, pas mal de combats aussi. Je fais plein de trucs tout au long du film. Mais les moments les plus fous sont l’œuvre de notre incroyable équipe de cascadeurs. La scène de tonneaux qui vient d’entrer au Guiness Book des Records, c’est le cascadeur Logan Holladay. Une autre scène où ma voiture se crashe, c’est le cascadeur Ben Jekin. Il y a aussi une superbe chute libre réalisée par un mec qui s’appelle Troy Brown.

Emily : En général sur ces gros films d’action, il y a toujours plusieurs doublures. Là, il y avait quatre Ryan en plus du vrai. C’est indispensable parce que chacun exprime une facette différente, ils sont tous spécialisés dans un domaine pour lequel chacun est suprêmement brillant.

Ryan : En fait, le réalisateur David Leitch est une sorte de Danny Ocean. Il a réuni l’équipe parfaite. C’était nécessaire et puis il faut dire que la série d’origine a inspiré beaucoup de cascadeurs à faire ce métier. Beaucoup avaient à cœur de lui rendre hommage. Alors David a rassemblé les meilleurs des meilleurs.

Un dernier mot sur Taylor Swift ! Dans le film Ryan pleure sur sa chanson "All To Well". Peut-on dire que vous êtes officiellement des Swifties ?

Ryan : Je crois que c’est officiel. Je ne vois pas comment je pourrais rendre ça plus officiel qu’en pleurant sur l’une de ses chansons dans une voiture.

Emily : Il faut qu’on nous imprime des sweatshirts. Nous sommes officiellement des Swifties !

>> The Fall Guy de David Leitch. Avec Ryan Gosling, Emily Blunt, Aaron Taylor-Johnson. 2h05. En salles mercredi


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info