CINÉMA - "L'Abbé Pierre - une vie de combats" : seize ans après sa mort, le fondateur d'Emmaüs célébré par un film

par La rédaction de TF1info | Reportage : Sophie de Vaissière, Erwan Drouillac, Simon Humblot
Publié le 4 novembre 2023 à 17h33

Source : JT 13h WE

Son parcours et son combat ont longtemps fait de lui la personnalité préférée des Français.
Ce n’est donc pas étonnant que le cinéma s’intéresse à lui, seize ans à peine après sa disparition.
"L’Abbé Pierre - une vie de combats", sort ce mercredi en salles.

C'est l'acteur Benjamin Lavernhe a accepté la lourde tâche de faire résonner les mots d’une des personnalités préférés des Français : l’Abbé Pierre. Il succède à Lambert Wilson, qui avait incarné celui qui était né Henri Grouès, dans le film Hiver 54, l'abbé Pierre, en 1989. 

"Je pense que c’est un homme qui avait une telle sincérité et une telle manière d’investir son message qu’il bouleversait les gens", estime l’acteur qui reprend le flambeau, dans le reportage de TF1 ci-dessus. Raconter l'Abbé Pierre, c'est aussi faire le récit d'une vie hors norme. L'homme fut moine, puis résistant pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fut même élu député, et trouvera la cause qu'il n'abandonnera jamais jusqu'à sa mort en 2007, à l'âge de 94 ans : celle des pauvres.

Mes amis, au secours. Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures...
L'appel de l'Abbé Pierre, le 1er février 1954

En 1949, il va fonder avec sa secrétaire Lucie Coutaz, le premier centre Emmaüs à Neuilly-Plaisance (Seine-Saint-Denis). Ce centre existe encore. C'est dans ses murs que l'Abbé Pierre inventera ici le compagnonnage, offrant à des sans-abris un toit et un travail. Le 1ᵉʳ février 1954, alors que la France vit un des hivers les plus rudes de son histoire, il lance sur les ondes de Radio-Luxembourg l'appel qui lui sera à jamais associé, et qui commence par ces mots : "Mes amis, au secours... Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol...". Aujourd'hui, il existe plus de 120 communautés Emmaüs, animées par près de 4.000 compagnons.

Le message de l'Abbé Pierre n'est pas qu'une voix surgie du passé. En 2023 dans l'Hexagone, plus de 300.000 personnes vivent encore dans la rue, un nombre qui a plus que doublé en 10 ans, selon la Fondation Abbé-Pierre. 


La rédaction de TF1info | Reportage : Sophie de Vaissière, Erwan Drouillac, Simon Humblot

Tout
TF1 Info