Claire Keim dans "Vise le cœur" : "Je ne suis pas l'héroïne douce et gentille qu'on s'imagine"

Publié le 31 août 2022 à 18h00
JT Perso
Comment désactiver votre Adblocker
  • Cliquez sur l'icône de votre Adblocker installé dans votre navigateur. En général elle se trouve dans le coin supérieur droit de votre écran. Si vous utilisez plusieurs adblockers, veillez à bien tous les désactiver pour pouvoir accéder à votre vidéo.
  • Suivez les instructions indiquées par votre Adblocker pour le désactiver. Vous devrez peut-être sélectionner une option dans un menu ou cliquer sur plusieurs boutons.
  • Lorsque votre Adblocker est désactivé, actualisez votre page web.
  • Remarque : Si vous utilisez le navigateur Firefox, assurez-vous de ne pas être en navigation privée.
adblock icone
Un bloqueur de publicité empêche la lecture.
Veuillez le désactiver et réactualiser la page pour démarrer la vidéo.

Source : Sujet TF1 Info

La comédienne est à l'affiche de "Vise le cœur", la nouvelle série policière de TF1 diffusée ce jeudi 1er septembre.
Elle incarne une capitaine de police bousculée par la réapparition de son amour de jeunesse.
Un rôle fort qui a profondément marqué Claire Keim, comme elle l'a confié à TF1info.

Elle a bien failli passer à côté de ce projet. Claire Keim est l'héroïne de Vise le cœur, la nouvelle série policière de TF1 créée par Fanny Robert et Sophie Lebarbier, les scénaristes de Profilage. Figure familière du petit écran, la comédienne s'est glissée dans la peau du capitaine de police Julia Scola, une flic droite et intègre qui se retrouve bousculée par l'arrivée de Novak Lisica, son amour de jeunesse qu'elle n'a pas revu depuis plus de 20 ans. 

Mais que s'est-il passé entre Julia et Novak ? Pourquoi Julia lui en veut-elle à mort ? Et que vient réellement faire l'ancien avocat pénaliste devenu commissaire dans sa brigade ? Alors que le duo est confronté à une série d'enquêtes, les fantômes du passé refont rapidement surface…

Quand on vous a proposé la fiction au départ, vous aviez dit non. Pourquoi ? 

Je ne connaissais pas exactement le sujet à l'époque, mais je savais que c'était une série de flics un peu sombre. J'étais dans un moment de ma vie où je n'avais pas vraiment envie d'aller vers des univers trop angoissants. Mais Fanny Robert, la showrunneuse de la série, a insisté pour que je lise quand même le scénario. Et j'ai été immédiatement happée et subjuguée par le personnage de Julia. 

Qu'est-ce qui vous a séduite ? 

J'ai aimé sa réserve, sa pudeur, sa dignité. J'avais envie de dire ses mots. Je me suis dit qu'il y avait aussi tellement de choses à créer autour du secret qu'elle porte. C'était une façon de pouvoir réellement explorer mes entrailles. 

Le tournage a-t-il été compliqué ? 

Ça a été un tournage très épuisant, nerveusement parce que j'étais confrontée à la violence des situations et des enquêtes. La série parle d'enfants morts ou enlevés, de gens séquestrés. Et puis il y avait en plus ce secret intérieur à garder. Moi qui suis une personne très expansive, j'ai été forcée de me contenir. 

Je déteste les faits divers

Claire Keim

Il parait que vous avez une aversion pour les faits divers… 

Je déteste ça ! Quand il y a un accident, si je ne suis pas obligée d'intervenir, je tourne la tête. Je ne veux pas voir des choses moches. Aujourd'hui, malheureusement, on est tellement surinformés que ça nous explose au visage quand même. La vie est déjà suffisamment compliquée comme ça je trouve. 

Vise le cœur est une série policière, mais c'est surtout une histoire d'amour passionnelle. La véritable enquête, c'est celle sur le passé de Julia et Novak, non ? 

Oui, au fond, les enquêtes, même si elles sont bien ficelées, ne sont que des prétextes. La vraie question que tout le monde se pose, c'est : "Qu'est-ce qui s'est passé entre eux ?". C'est tellement électrique qu'on ne sait jamais s'ils vont se battre ou se sauter dessus pour faire l'amour. En tout cas, ils sont profondément gravés l'un dans l'autre parce qu'ils ont vécu des choses très fortes ensemble. 

Lire aussi

Il y a une véritable alchimie avec Lannick Gautry. C'est plus facile de jouer quand on se connaît bien ? 

Peut-être, je ne sais pas. On a beaucoup tourné ensemble avec Lannick. C'est un super acteur, mais il reste un peu inaccessible pour moi, et j'ai joué avec ce sentiment. Il y a des moments où on était très complices et d'autres où on était chacun à un bout du plateau et c'était très bien comme ça. 

Julia Scola est un personnage dur. Avez-vous un côté sombre comme elle ? 

C'est marrant parce qu'on me dit souvent que j'ai un côté doux et solaire, alors qu'en fait, je ne suis pas du tout l'héroïne douce, gentille et romantique qu'on s'imagine. Mais je ne suis pas non plus aussi dure et fermée que Julia. En revanche, je suis très sauvage. J'adore être seule et j'adore vivre loin. J'ai mes petits spots dans ma région que j'aime bien, je vois des gens avec plaisir, mais j'aime être dans ma bulle.

Ça fait 10 ans que je dis que je veux faire de la comédie, ça serait bien qu'on m'entende !

Claire Keim

On vous voit très peu dans les comédies. C'est un genre vers lequel vous aimeriez aller plus ? 

Ça fait 10 ans que je dis que je veux faire de la comédie, donc ça serait bien qu'on m'entende ! J'aimerais faire plus de choses dans la veine de La Garçonnière, la pièce que j'ai jouée au théâtre, ou Arrête ton cinéma de Diane Kurys où j'incarnais une actrice insupportable. J'adore faire rire les gens et j'ai envie qu'on me fasse plus confiance sur ça. 

Et la musique ? 

La musique, c'est très important dans ma vie. Je vais refaire un autre disque quand je serai satisfaite de mes textes, parce que je veux chanter des belles choses et des choses importantes. 


Rania HOBALLAH

Tout
TF1 Info