Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Pour Brigitte Bardot, la pandémie serait "une sorte d’autorégulation de la démographie"

Jérôme Vermelin
Publié le 20 novembre 2020 à 11h42
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

À CONTRECOURANT - Brigitte Bardot analyse, à sa manière, la pandémie de Covid-19. Pour la comédienne, il s’agirait d’une revanche de la planète face aux maltraitances que les hommes lui font subir.

Brigitte Bardot remonte le temps... et se penche sur le présent. À l’occasion de la réédition chez Grasset de Initiales B.B., son autobiographie parue en 1996, la comédienne aujourd’hui âgée de 86 ans accorde cette semaine un grand entretien à nos confrères de Paris Match. L’occasion de livrer son sentiment sur l’actualité, de la crise environnementale à la pandémie de coronavirus. 

"Je ne suis pas Bécassine, au fond de mon trou !", prévient la star de Et Dieu… créa la femme depuis La Madrague, sa célèbre propriété près de Saint-Tropez. "Je lis beaucoup de livre, je regarde la télévision, je parle à mes amis, je reste à l’écoute et j’observe ce monde devenir un cirque."

Ce ne sont pas mon cheval, mon cochon ou ma chèvre qui vont me le refiler

Brigitte Bardot, dans Paris Match

"C’est abominable, la manière dont on traite notre planète. Elle étouffe, impose sous le poids démographique incontrôlable dont découlent tous les malheurs qui nous arrivent : réchauffement climatique, inondation, feux… Et ce n’est pas fini", prédit-elle. 

Lire aussi

"Je crains que le coronavirus et d’autres épidémies qui déjà s’annoncent ne remettent douloureusement les pendules à l’heure", poursuit l'interprète de Harley-Davidson. "Quand les cinq milliards d’êtres humains en trop sur cette terre auront disparu, la nature reprendra ses droits."

De là à dire que le virus serait "une bonne chose", comme le suggère la journaliste de Paris Match ? "Oui, c’est une sorte d’autorégulation de cette démographie que nous sommes incapables de contrôler", estime la comédienne. "L’être humain n’ayant pas d’autre prédateur que lui-même, seules les forces naturelles peuvent le contraindre à la raison."

Au fait, comment BB se protège-t-elle du coronavirus ? "Ce ne sont pas mon cheval, mon cochon ou ma chèvre qui vont me le refiler", soupire-t-elle. "Je n’ai pas besoin de faire attention puisque je ne vois personne." Vu comme ça...


Jérôme Vermelin

Sur le
même thème

Tags
Articles

Tout
TF1 Info