Drame au festival Astroworld

Dix morts au Festival Astroworld : le rappeur Travis Scott sort du silence

Jérôme Vermelin
Publié le 9 décembre 2021 à 17h59
JT Perso

Source : TF1 Info

MALAISE - Dans sa première interview depuis la cohue qui a entraîné la mort de dix spectateurs au Festival Astroworld à Houston, le rappeur Travis Scott assure qu’il n’était pas au courant du drame qui se jouait sous ses yeux. Il affirme également ne pas avoir incité le public à la violence.

Il dit avoir vécu "un grand-huit émotionnel". Dans un long entretien vidéo avec l’animateur Charlamagne, Travis Scott s’exprime sur la tragédie qui a coûté la vie à dix spectateurs de son concert au festival Astroworld, le 5 novembre dernier. Le rappeur avait brièvement pris la parole sur ses réseaux sociaux, quelques heures après les faits. Mais c’est la première fois qu’il accepte de répondre aux questions que se posent les médias et bien sûr les familles des victimes.

Alors que certains lui reprochent d’avoir continué à chanter pendant que les secours évacuaient plusieurs victimes, Travis Scott assure qu’il n’a pas eu connaissance des faits exacts avant la conférence de presse qui a suivi sa prestation. "Même à ce moment-là on se dit 'quoi ?'. Des gens s’évanouissent, des choses arrivent aux concerts. Mais un truc pareil ?", avoue-t-il, un peu hagard.

Sur les images qui ont circulé sur les réseaux sociaux, on peut voir et entendre de nombreux spectateurs horrifiés par les conséquences de bousculade. Travis Scott, lui, affirme qu’il n’a pas envisagé de mettre un terme au spectacle plus tôt. "Je me suis interrompu plusieurs fois pour m’assurer que tout le monde allait bien", explique-t-il. "Mais on ne peut pas aider davantage que ce qu’on voit et ce qu’on vous dit."

Cette nuit était un concert comme les autres, en tout cas j’en avais l’impression

Travis Scott

Depuis le début de sa carrière, Travis Scott s’est fait le spécialiste des concerts "à la limite" en matière de violence, ses jeunes spectateurs quittant souvent la salle avec coups et blessures à la manière de trophées de guerre comme on peut le voir dans le documentaire "Look Mom I Can Fly", diffusé sur Netflix.

"Nous les artistes, nous faisons confiance à des professionnels en matière de sécurité", explique-t-il. "Et cette nuit était un concert comme les autres, en tout cas j’en avais l’impression (…) Les gens étaient venus passer un bon moment et puis un événement malheureux est survenu. Je pense que nous devons essayer de comprendre ce qui est arrivé."

Lire aussi

Avec cet entretien, Travis Scott offre un avant-goût de la bataille judiciaire qui va s’ouvrir dans les prochains mois. Après 36 plaintes individuelles, les familles de 125 victimes ont déposé une action collective mi-novembre afin de réclamer la bagatelle de 750 millions de dollars aux organisateurs du concert du festival, crée en 2018 par le rappeur sur le site d’un ancien parc d’attractions de sa ville natale.

Après la tragédie, Travis Scott a proposé de financer les funérailles des victimes, une offre rejetée par plusieurs familles dont celle du petit Ezra Blount, 9 ans, mort des suites d’une hémorragie cérébrale après être tombé des épaules de son père. L’avocat de sa famille a expliqué que l’artiste "devait affronter et nous espérons comprendre le fait qu’il a une part de responsabilité dans cette tragédie."


Jérôme Vermelin

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info