Le régulateur des médias a été saisi au sujet d'une séquence polémique ce jeudi, dans l'émission de Cyril Hanouna.
Gérard Fauré, un ancien dealer, a mis en avant une théorie complotiste sur une prétendue drogue prélevée sur des enfants et consommée par des célébrités.
C8 a annoncé se désolidariser des propos tenus sur l'antenne de la chaîne.

Nouveau dérapage dans "Touche pas à mon poste". Le régulateur des médias, l'Arcom, a été saisi au sujet d'une séquence controversée de l'émission de Cyril Hanouna sur C8 jeudi, où un invité a mis en avant une théorie complotiste sur une prétendue drogue prélevée sur des enfants. "Nous avons été saisis, nous allons donc examiner la séquence et apprécier la suite à lui réserver", a indiqué l'Arcom à l'AFP, sans préciser de qui émanait la saisine.

Dans sa dernière partie, autour de 21 heures, TPMP a accueilli Gérard Fauré, présenté comme l'"ex-dealer du tout-Paris". Il était initialement interrogé sur la consommation de cocaïne de l'humoriste Pierre Palmade, qui a causé un grave accident de la route le 10 février.

Le Vatican, un grand exportateur de cocaïne ?

Dans la foulée, Gérard Fauré a présenté comme un fait acquis l'existence de trafics d'enfants visant à prélever dans leur sang une substance nommée adrénochrome, pour la consommation de célébrités. Cette théorie conspirationniste, notamment promue par la mouvance complotiste américaine Qanon, a été démontée à plusieurs reprises ces dernières années.

Les propos de Gérard Fauré n'ont pas été démentis sur le plateau.

"Il y a des gens qui disent que ça existe", a commenté Cyril Hanouna, tout en affirmant à plusieurs reprises que les dires de son invité "n'engageaient que lui". Pressé de conclure alors que la fin de l'émission approchait, Gérard Fauré a évoqué le nom du président de la République Emmanuel Macron, avant que Cyril Hanouna rende l'antenne à 21h15. Auparavant, il avait notamment affirmé que le Vatican était un grand exportateur de cocaïne. 

Dans les trois quarts d'heure qui ont suivi la fin de "TPMP", les comptes Twitter de l'émission puis de la chaîne C8 elle-même ont "condamné" les propos tenus sur leur antenne par leur invité. Ces extraits ont suscité une vive indignation sur les réseaux sociaux. Nombre d'internautes ont fait état de leur intention de saisir l'Arcom, dont le règlement impose aux chaînes la "maîtrise de l'antenne".  "L'éditeur est responsable de ce qu'il diffuse et doit se porter garant des propos tenus à l'antenne", stipule le régulateur.

Début février, la chaine C8 avait écopé d'une amende record de 3,5 millions d'euros après les injures lancées en direct par son animateur vedette au député LFI Louis Boyard en novembre.


Rania HOBALLAH

Tout
TF1 Info