La chanteuse représentera la France à l'Eurovision le 13 mai prochain à Liverpool.
Révélée en 2021 par le tube "Tu t'en iras", elle succède au groupe breton Alvan & Alhez, qui avait terminé en 24e position l'an dernier.
Artiste autodidacte cultivant le mystère, qui se cache derrière le pseudo de La Zarra ?

La France a enfin désigné son candidat pour l'Eurovision. Ou plutôt sa candidate puisque c'est la chanteuse québécoise La Zarra qui portera les couleurs tricolores en mai prochain à Liverpool. Révélée par le tube Tu t'en iras en 2021 – dont le clip a dépassé les 18 millions de vues sur YouTube - elle a été choisi sur un coup de cœur par France Télévisions et Alexandra Redde-Amiel, la cheffe de la délégation française, sans passer par un vote d'un jury et du public comme ces dernières années.

"Je suis très honorée de représenter la France à l’Eurovision, le concours de chansons le plus iconique au monde. Quelle fierté pour moi d'avoir la chance d’interpréter ma chanson devant plusieurs millions de téléspectateurs à travers le monde", a réagi La Zarra dans un communiqué transmis par la chaîne. Quant au titre qu'elle a choisi, il sera dévoilé début février.

La Zarra succède ainsi au groupe breton Alvan & Alhez, qui avait terminé en 24e position l'an dernier et à Barbara Pravi qui s'était hissée jusqu'à la deuxième marche du podium. Artiste perfectionniste à la fois extravagante et discrète, La Zarra cultive habilement le mystère. On ne sait pas grand-chose de sa vie privée. Juste qu'elle a grandi à Longueuil, au nord de Montréal, au Canada dans une famille d'origine marocaine et qu'elle est la troisième d’une fratrie de sept enfants.

Un personnage inspiré des vamps des années 1950

De son vrai nom Fatima-Zahra Hafdi, l'artiste autodidacte a passé des heures à regarder les vidéos de Mylène Farmer et Céline Dion, ses idoles, en rêvant à la vie d’artiste. Fan de Piaf, Barbara et Dalida, elle s'est créé un personnage inspiré des vamps des années 1950 qui la faisaient tant rêver. Son pseudo fait non seulement référence à Piaf (alias La Môme) mais aussi aux divas italiennes. "Il y a aussi un poème de Victor Hugo, intitulé Lazarra, qui parle d’une fille qui court, qui chante, qui est très déterminée. Je me suis dit que c’était moi !", confiait l'an dernier l'artiste à 20 Minutes

"C'est très drôle, quand j'étais petite, ma mère me chantait L'enfant et l'oiseau", a révélé la chanteuse à l'AFP., en référence au titre qui a permis à Marie Myriam de décrocher la dernière victoire française à l'Eurovision en 1977. "Avec l'Eurovision, mon personnage de La Zarra va évoluer, grandir et il y aura peut-être des petites surprises", concède l'artiste qui espère marcher dans les pas des Canadiennes Natasha St-Pier et Céline Dion. La première – qui représentait la France en 2001 – a fini quatrième, tandis que la seconde a gagné pour la Suisse en 1988.


Rania HOBALLAH

Tout
TF1 Info