"Miss France, ce n’est pas un rôle de mannequin" : Alexia Laroche-Joubert veut bousculer le concours

Delphine DE FREITAS
Publié le 18 octobre 2021 à 13h08
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

NOUVEAUTÉS - La nouvelle présidente de la société Miss France explique au Parisien qu’elle "ne veut plus" d’un défilé façon Victoria’s Secret et qu’elle a "rééquilibré" l’émission pour que "les participantes se racontent davantage".

Sa nomination a surpris autant qu’elle a interpellé. Officialisée la semaine dernière, l’arrivée d’Alexia Laroche-Joubert dans la famille Miss France promet d’apporter un vent nouveau sur un concours qui a fêté son centenaire l’an dernier.

La productrice de la "Star Academy" et de "Koh-Lanta" a déjà "trouvé la thématique" de l’élection du 11 décembre qui marquera un changement majeur. "J’avais un souci dans les précédentes éditions : on était trop dans un défilé Victoria’s Secret et de mannequins. Je ne veux plus cela", explique-t-elle au Parisien.

"Quand vous êtes Miss, vous êtes élue par les Français, vous devez être proche d’eux, aimer le contact, être en représentation, véhiculer des valeurs. Ce n’est pas un rôle de mannequin ! J’ai donc rééquilibré", prévient-elle. Si les passages en maillot de bain ne devraient pas disparaître, Alexia Laroche-Joubert annonce qu’une plus grande place sera accordée aux personnalités des concurrentes. "On verra davantage les participantes se raconter, expliquer leurs motivations pour comprendre ce qu’elles veulent en faire. La Miss, ce n’est pas qu’une fille qui déchire en deux-pièces ! Et c’est un gag de dire qu’on avilit la femme !", insiste-t-elle.

Osez le féminisme porte plainte aux Prud'hommes pour discrimination à l'embauche

Alexia Laroche-Joubert rejoint Sylvie Tellier et martèle à son tour que Miss France "est un programme féministe". "Est-ce qu’on va dire à Beyoncé qu’elle n’est pas féministe sous prétexte qu’elle est en maillot dans ses clips ? On nous reproche aussi d’être trop rigides sur la nudité et le fait que l’on ne veuille pas de chirurgie esthétique pour ne pas influencer les jeunes filles", détaille-t-elle. Des critiques qui reviennent chaque année au moment de la diffusion du concours et que certaines ont décidé de porter devant la justice. 

Lire aussi

L’association Osez le féminisme et trois anciennes concurrentes attaquent la société Miss France et son ex-producteur Endemol aux Prud’hommes, notamment pour discrimination à l’embauche. "Nous avons beau protester chaque année contre ce concours qui véhicule des valeurs sexistes, rien ne change jamais, explique au Monde Alyssa Ahrabare, la présidente de l’association. Cet effort de sensibilisation ne suffisant plus, nous avons décidé d’utiliser le droit pour faire avancer la cause des femmes." La société Miss France n’a pas souhaité faire de commentaires auprès du quotidien ce lundi.


Delphine DE FREITAS

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info