Prix littéraires : le Goncourt pour Brigitte Giraud, le Renaudot pour Simon Liberati

par Jérôme VERMELIN
Publié le 3 novembre 2022 à 9h51, mis à jour le 3 novembre 2022 à 14h44
JT Perso

Source : TF1 Info

Le prix Goncourt a été attribué ce jeudi à l'écrivaine Brigitte Giraud pour son roman "Vivre vite".
Le Renaudot revient à Simon Liberati pour l'œuvre "Performance".
Suivez la cérémonie avec nous.

MACRON FÉLICITE LES LAURÉATS

L'ÉMOTION DE BRIGITTE GIRAUD


Récompensée pour Vivre Vite (Flammarion), une fiction consacrée à la mort de son mari dans un accident de moto, en 1999, Brigitte Giraud a réagi ce jeudi depuis le restaurant Drouant. "L’intime, la décence, c’est ce qui relie au collectif", a déclaré la romancière lyonnaise de 56 ans.


Si elle est la treizième femme seulement à remporter le Goncourt, la première depuis Leïla Slimani en 2016, elle a tenu à relativiser cette dimension. "C’est très agréable, mais pas en tant que femme mais en tant que personne qui travaille la littérature depuis de longues années".

AFP

LE RENAUDOT À SIMON LIBERATI


Dans la foulée du Goncourt attribué à Brigitte Giraud pour Vivre vite, le Prix Renaudot a été décerné par son jury à Simon Liberati pour Performance (Grasset). Ou l'histoire d'un romancier de 71 ans, en panne d'inspiration, qui se voit commander l'écriture d'une mini-série sur les Rolling Stones par des producteurs en vue.

LE GONCOURT À BRIGITTE GIRAUD


Il est attribué à Brigitte Giraud au 14ème tour pour Vivre vite chez Flammarion. Elle est seulement la 13ème femme à remporter le prestigieux prix littéraire, la première depuis Leïla Slimani en 2016 avec Chanson douce.


Il lui a été attribué à cinq voix contre cinq contre Le Mage du Kremlin de Giuliano Da Empoli, la voix du président de l'Académie Goncourt Didier Decoin qui compte double permettant de finalement les départager.


Dans Vivre vite, la Lyonnaise Brigitte Giraud, 56 ans, raconte, plus de vingt ans après, l’engrenage d’événements improbables qui a conduit à la mort de son mari Claude dans un accident de moto, alors qu’il allait chercher leur fils à l’école.

QUI SONT LES VOTANTS ? 


Désignés à vie et cooptés par les autres membres, sept hommes et trois femmes composent actuellement l’Académie Goncourt. Autour du président Didier Decoin, on trouve Françoise Chandernagor, Tahar Ben Jelloun, Patrick Rambaud, Pierre Assouline, Philippe Claudel, Paule Constant, Eric-Emmanuel Schmitt, Camille Laurens et Pascal Bruckner. Réunis au restaurant Drouant, ils élisent le lauréat à la majorité. S’ils ne se mettent pas d’accord au bout de quatorze tours de scrutin, le président dispose d’un double vote pour les départager.

LE GONCOURT À UNE FEMME ?


Avec seulement douze lauréates en cent dix-sept ans d’existence, le Prix Goncourt n'est pas très généreux avec les romancières. C'est seulement après 41 ans d'existence qu'il a été attribué à l'une d'entre elles, Elsa Triolet, en 1944 pour Le premier accroc coûte 200 francs


Par la suite des figures majeures de la littérature française comme Simone de Beauvoir, Edmonde Charles-Roux, Marguerite Duras ou encore Paule Constant ont été distinguées par le jury.


Depuis les années 2000, elles sont seulement trois à avoir été primées : Marie N’Diaye avec Trois femmes puissantes en 2009, Lydie Salvayre avec Pas pleurer en 2014 et Leila Slimani, la dernière en date avec Chanson Douce en 2016.


Cette année, elles sont deux parmi les quatre finalistes : Brigitte Giraud avec Vivre vite (Flammarion) et Cloé Korman avec Les Presque soeurs (Seuil).

QUI EST BRIGITTE GIRAUD ? 


Goncourt de la nouvelle en 2007, la Lyonnaise Brigitte Giraud, 56 ans, est une figure discrète du monde des lettres. Critique, programmatrice et aussi éditrice, elle a déjà une dizaine de romans à son actif dont Pas d’inquiétude, adapté à la télévision en 2014 avec Isabelle Carré et Grégory Fitoussi. 


Dans Vivre vite (Flammarion), elle raconte, plus de vingt ans après, l’engrenage d’événements improbables qui a conduit à la mort de son mari dans un accident de moto, alors qu’il allait chercher leur fils à l’école.

AFP

QUI EST CLOÉ KORMAN ? 


Cette Normalienne de 38 ans est la plus jeune des finalistes du Goncourt 2022. Comme Giuliano Da Empoli, elle connaît bien la politique puisqu’après avoir travaillé au ministre de la Culture, à la fin des années 2000, elle est actuellement conseillère en charge des discours du ministre Pap Ndiaye. Une situation professionnelle qui l’a poussée à faire le minimum de promotion pour Les Presque sœurs (Seuil), son cinquième roman.


Dans cette fiction inspirée de sa propre histoire familiale, l'auteure enquête sur un groupe de fillettes juives, rendues orphelines par la déportation de leurs parents entre 1942 et 1944. À l’approche de la saison des prix, trois rescapées de l’Holocauste ont dénoncé inexactitudes et indiscrétions sur leur vie privée dans la presse, même si elles se refusent à porter plainte.

AFP

QUI EST MAKENZY ORCEL ?


C’est l’outsider (presque) surprise. Après son compatriote Louis-Philippe Dalembert l’an dernier, Makenzy Orcel, 39 ans, hisse Haïti pour la deuxième année consécutive en finale du prix Goncourt. Deuxième volet d’une trilogie après L’Ombre Animale, paru en 2016, Une somme humaine (Rivages) propose, sur plus de 600 pages, le monologue d’outre-tombe d’une femme qui s’est donnée la mort en sautant sous la rame du métro.


Dans une langue sombre et imagée, il raconte son destin, d’une enfance volée dans une famille bourgeoise de province à sa rencontre à Paris, où elle est venue étudier à la Sorbonne, avec un homme ayant fui la guerre au Mali. Manière de dresser, en creux, le portrait de la France d’aujourd’hui.

AFP

QUI EST GIULIANO DA EMPOLI ? 


Le grand favori du Goncourt 2022 est un passionné de politique. L’Italo-Suisse Giuliano Da Empoli, 49 ans, a en effet été conseiller du Premier ministre Matteo Renzi et maire adjoint de Florence avant de consacrer plusieurs essais à un univers qu’il connaît sur le bout des doigts. 


C’est en Français qu’il a écrit Le Mage du Kremlin (Gallimard), son premier roman qui plonge le lecteur dans les coulisses du pouvoir russe. À Moscou, le narrateur recueille la confession de Vadim Baranov, un personnage trouble inspiré de Vladislav Sokourov, éminence grise de Vladimir Poutine pendant 20 ans. 

Mantovani / Gallimard

QUATRE FINALISTES


C'est la plus prestigieuse des récompenses littéraires françaises. Le lauréat du Prix Goncourt 2022 sera dévoilé à 12h45 depuis le restaurant Drouant, à Paris dans le VIIe arrondissement. Suivez avec nous cette annonce, qui sera suivie de celle du prix Renaudot...

Un grand favori et trois outsiders ? Comme le veut la tradition, c'est depuis le restaurant Drouant, à Paris, que l’Académie Goncourt annonce le nom de son lauréat 2022 à la mi-journée, ce jeudi 3 novembre. Et pour beaucoup, la plus prestigieuse des récompenses littéraires ne peut pas échapper à l’écrivain italo-suisse Giuliano Da Empoli pour Le Mage du Kremlin (Gallimard). 

Auteur de nombreux essais sur la politique, cet ancien conseiller du Premier ministre italien Matteo Renzi met en scène la rencontre du narrateur à Moscou avec Vadim Baranov, un personnage trouble inspiré de Vladislav Sokourov, éminence grise de Vladimir Poutine pendant 20 ans. Écrit l’an dernier, ce roman incisif et visionnaire plonge le lecteur dans les racines de la guerre en Ukraine et éclaire l’actualité de façon troublante.

Un lauréat surprise ?

À l’annonce des quatre finalistes, l’élégant Giuliano Da Empoli partait avec plusieurs longueurs d’avance sur ses concurrents. Jusqu’à ce qu’il soit récompensé la semaine par le Grand prix de l’Académie française. Si plusieurs écrivains ont déjà cumulé les deux prix – Jonathan Littell et Patrick Rambaud notamment – l’actuel patron de l’Académie Goncourt, Didier Decoin, est un farouche partisan du non-cumul. Si Le Mage du Kremin était écarté dans la dernière ligne droite, soulignons que les autres romans ne manquent pas de caractère.

Dans Vivre Vite (Flammarion), Brigitte Giraud décrit l'engrenage des événements qui ont mené à la mort de son mari, dans un accident de moto en 1989. Avec Une somme humaine (Rivages), l’écrivain haïtien Makenzy Orcel orchestre le monologue d’outre-tombe d’une jeune femme dont la vie a été une succession de drames. Enfin, dans Les presque sœurs (Seuil), Cloé Korman enquête sur des enfants victimes de la Shoah.

Lire aussi

Cette dernière n’est pas à l’abri d’une polémique. Non seulement parce que trois des rescapées décrites dans le livre ont dénoncé, ces dernières semaines, des inexactitudes. Mais aussi parce que l'autrice, normalienne, est actuellement en poste auprès du ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, chargée de ses discours. Une situation professionnelle qui l’a poussée à limiter au maximum la promotion de son roman.

L'annonce du Prix Goncourt sera comme chaque année suivie par celle du Prix Renaudot. Les six finalistes sont Sandrine Collette avec On était des loups (JC Lattès), Nathan Devers avec Les Liens artificiels (Albin Michel), Sibylle Grimbert avec Le Dernier des siens (Anne Carrière), Claudie Hunzinger avec Un chien à ma table (Grasset), Simon Liberati avec Performance (Grasset) et Christophe Ono-dit-Biot avec Trouver refuge (Gallimard).


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info