Prison, adultère et photos volées : la fin du mariage de Cristina, la sœur du roi, agite l’Espagne

Delphine DE FREITAS
Publié le 25 janvier 2022 à 13h30
L'infante Cristina d'Espagne lors de son mariage avec le champion de handball Iñaki Urdangarín à Barcelone, le 4 octobre 1997.

L'infante Cristina d'Espagne lors de son mariage avec le champion de handball Iñaki Urdangarín à Barcelone, le 4 octobre 1997.

Source : DOMINIQUE FAGET / AFP

L’infante et son mari Iñaki Urdangarín ont officialisé leur séparation "d’un commun accord" dans un communiqué.
Parents de quatre enfants, la princesse et l’ancien champion de handball étaient mariés depuis presque 25 ans.
L’annonce fait suite à la publication de clichés montrant le sportif main dans la main avec une autre femme.

Ils ont résisté au scandale, au procès et même à la prison. Mais après 25 ans de mariage, ils ont fini par dire "stop". L’infante Cristina d’Espagne et son mari Iñaki Urdangarín, 56 et 54 ans, ont annoncé qu’ils "mettaient fin à leur relation matrimoniale". Une décision "prise d’un commun accord" par le couple qui ne parle pas pour autant de divorce. 

Parents de trois garçons et d'une fille, ils assurent que "l’engagement envers leurs enfants reste intact". "Étant donné qu'il s'agit d'une décision privée, nous demandons le plus grand respect à tous ceux qui nous entourent", conclut leur bref communiqué transmis à l’agence EFE que relaie l’AFP.

Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.

Le 4 octobre, Cristina et Iñaki devaient fêter leurs 25 ans de mariage. La fin du conte de fées aura été brutale pour un couple dont la romance a fait rêver toute l’Espagne à ses débuts. Le coup de foudre a lieu lors des Jeux olympiques d’Atlanta à l’été 1996. Elle est dans les tribunes, lui sur le terrain de handball où il décroche la médaille de bronze avec la sélection ibérique. Les tourtereaux se marient l’année suivante devant plus de 1500 invités à Barcelone, dont le père de la mariée le roi Juan Carlos. Leur premier enfant, Juan, naît deux ans plus tard.

De gendre idéal à prisonnier

L’idylle vire au cauchemar à la fin de l’année 2011. Le nom d’ Iñaki Urdangarín est cité dans une enquête sur une affaire de corruption présumée à Palma de Majorque. L’ironie est douce pour celui qui porte le titre de… duc de Palma. L'Institut Noos, une société sans but lucratif qu’il a présidée de 2004 à 2066, aurait servi à percevoir de façon illicite des fonds publics versés par les autorités régionales des Baléares. Mis au ban de la famille royale par le roi Juan Carlos, il est privé de toute activité officielle et est régulièrement auditionné par la justice. Le gendre idéal est devenu un boulet majeur pour le palais, qui réduit la Casa del Rey au strict minimum.

Après l’abdication de Juan Carlos et l’accession au trône de Felipe VI en 2014, les infantes Elena et Cristina cessent d’être des membres actifs de la famille royale espagnole pour devenir des citoyennes ordinaires. Installés à Genève loin de l’agitation médiatique, Cristina et Iñaki perdent leurs titres de duchesse et duc l’année suivante. Un moyen pour le nouveau roi de maintenir la tête de la monarchie hors de l’eau d’un scandale qui va conduire sa sœur au tribunal et son beau-frère derrière les barreaux.

Une escapade au Pays basque français très médiatique

Reconnu coupable de détournement de fonds en 2018, Iñaki Urdangarín est condamné à cinq ans et dix mois de prison. Une peine qu’il finissait de purger en semi-liberté depuis l'été dernier. Et c’est là que les choses se corsent. L’ancien sportif s’installe à Vitoria, dans son Pays basque natal, pour s’occuper de sa mère malade. Dans le cadre de sa réinsertion, il commence à travailler pour un cabinet d’avocats. Il y fait la connaissance d’Ainhoa Armentia, une avocate de 43 ans dont il va tomber amoureux. La semaine dernière, le couple est photographié main dans la main à Bidart, au Pays basque français. Des clichés qui vont provoquer un tollé en Espagne. Et précipiter la rupture du couple princier. 

Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.

Les journalistes se pressent devant les locaux où les amants, tous les deux mariés, travaillent. Jeudi dernier, Iñaki Urdangarín évoquait "une difficulté" qui allait être gérée par la famille "dans le plus grand calme". Ce mardi, il n’avait "rien de plus à dire" sur son communiqué de séparation et appelait simplement "au respect". 

Alors que le très sérieux El Pais se refait l’album photo des 25 ans d’amour de l’infante et du champion, El Mundo dresse le portrait de la nouvelle compagne du quinquagénaire qu’il qualifie de "femme du moment". Le magazine Hola se demande lui "Où est l’infante Cristina", qui n’a pas encore été vue en public depuis l’annonce de sa rupture. 


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info