Après des propos antisémites, Kanye West lâché de toutes parts

Propos antisémites de Kanye West : un mouvement néo-nazi lui apporte publiquement son soutien à Los Angeles

par Jérôme VERMELIN
Publié le 24 octobre 2022 à 12h38
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Kanye West est critiqué de toutes parts après ses propos contre la communauté juive.
Samedi, des militants d’une association antisémite lui ont affiché leur soutien à Los Angeles, tout en effectuant le salut nazi.
Vendredi dernier, la marque de luxe Balenciaga a annoncé son intention de ne plus travailler avec le célèbre rappeur américain.

Le dossier Kanye West s’alourdit chaque jour un peu plus. Dans la tourmente à la suite d'une série de propos antisémites, sur les réseaux sociaux et dans les médias, le rappeur de 45 ans vient de recevoir un soutien pour le moins gênant. Des militants de la Goyim Defence League (GDL), un mouvement antisémite notoire, se sont en effet rassemblés samedi 22 octobre sur un pont au-dessus de l’Interstate 405 de Los Angeles, l’un des principaux réseaux autoroutiers de Californie. 

Brandissant des panneaux sur lesquels on pouvait lire "Kanye is right about the jews" ("Kanye a raison à propos des Juifs", en français), ils ont effectué des saluts nazis en direction des automobilistes...

Parmi les manifestants, l’association de lutte contre l’antisémitisme Anti-Defamation League a pu identifier Jon Minadeo III, le leader de la GDL. "La diversité embauche !", a-t-il hurlé à l’un des policiers dépêchés sur place, ajoutant que "les immigrés envahissent l’Amérique grâce aux lois juives", rapporte le magazine Rolling Stone. Aux États-Unis, où les agressions contre la communauté juive connaissent une forte hausse, la GDL serait responsable de 74 incidents répertoriés l'an dernier.

D’après l’Anti-Defamation League, des extrémistes "de tous bords" embrassent aujourd’hui la rhétorique de Kanye West sur les réseaux sociaux et "utilisent cette opportunité pour promouvoir des accusations antisémites et des théories du complot". 

Dimanche, le procureur de Los Angeles, George Gascon, a condamné cette manifestation. "Nous ne pouvons pas tolérer que l’antisémitisme s’expose ainsi sur une autoroute", a-t-il écrit sur Twitter. "Le suprémacisme blanc est un cancer que notre société doit exciser. Ce message est dangereux et ne doit pas être normalisé".

Tout a commencé avec un sweatshirt...

Début octobre, Kanye West avait défrayé la chronique en arborant à la Fashion Week de Paris un sweatshirt avec l’inscription White Lives Matter, un slogan des suprémacistes blancs américains pour critiquer le mouvement Black Lives Matter. Attaqué de toutes parts, le rappeur avait publié sur Instagram la capture d’un échange un peu vif avec une autre star du hip-hop, Sean Combs, alias Puff Daddy.

"Je vais t’utiliser comme exemple pour rappeler au peuple juif, qui t’a dit de me contacter, que personne ne peut me menacer ou m’influencer", lui lançait-il. Quelques jours plus tard, l’ex-mari de Kim Kardashian publiait sur Twitter un message dans lequel il annonçait vouloir "faire la guerre aux Juifs".

Youtube

Face à ces dérapages, les directions de Twitter et Instagram avaient alors décidé de suspendre provisoirement les comptes de la star. Une décision qu’il allait commenter au micro du podcast Drink Champs, expliquant que les "médias juifs" l’avaient "bloqué". Très en verve, ils avaient alors développé une théorie selon laquelle "les Juifs possèdent la parole des Afro-américains".

"Que ce soit parce qu’on porte un tee-shirt Ralph Lauren, ou parce qu’on signe tous avec un label de production de disques, qu’on a un manager juif, ou qu’on signe avec une équipe de basket juive, ou qu’on fait un film avec une plateforme juive comme Disney", expliquait-il notamment. Une "vision" qu’il a de nouveau développée ce vendredi dans le talk-show de l’animateur britannique Piers Morgan. Du bout des lèvres, il s’est toutefois excusé pour les familles que ses propos ont pu blesser.

Lire aussi

Ces dérapages en série ne sont pas sans conséquence pour l’un des artistes les plus populaires de sa génération. Vendredi 21 octobre, le groupe français Kering, propriétaire de la marque de luxe Balenciaga, a annoncé sa décision de ne plus travailler avec le rappeur qui avait défilé pour elle à Paris début octobre.

Quelques jours plus tôt, la direction d'Adidas avait annoncé son intention de "réévaluer" sa lucrative collaboration, entamée en 2013. Grâce à elle, Kanye West est entré dans le classement Forbes des milliardaires du showbiz américain. Ces dernières heures, plusieurs associations, dont l’Anti-Defamation League, ont réclamé que l’équipementier sportif allemand mette fin sans attendre à cette collaboration.

Enfin, le rappeur a également réussi à se mettre à dos la célèbre rédactrice en chef de Vogue, Anna Wintour. Un porte-parole de la revue a annoncé au tabloïd Page Six que la papesse de la mode n'avait "plus aucune intention" de travailler avec lui à l'avenir. Le mois dernier encore, elle figurait sur les photos promotionnelles de la gamme de lunettes de soleil de celui qui fait se fait désormais appeler "Ye".


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info