Eurovision 2023 : l'Ukraine a-t-elle trouvé la formule gagnante pour faire le doublé ?

Publié le 16 mars 2023 à 18h48

Source : JT 13h WE

Après le triomphe de Kalush Orchestra l'an dernier, c'est le duo Tvorchi qui va représenter l'Ukraine à l'Eurovision 2023.
Cette formation électro réunit le producteur Andrii Hutsuliak et le chanteur d’origine nigériane Jimoh Augustus Kehinde.
En mai prochain à Liverpool, ils tenteront d'offrir une nouvelle victoire à leur pays avec la chanson "Heart of Steel".

C’était une victoire hautement symbolique. Le 14 mai dernier, le groupe ukrainien Kalush Orchestra remportait le concours Eurovision de la chanson sur la scène du Pala Olimpico de Turin. Si la tradition veut que le pays lauréat organise l’édition suivante, il a tout de suite été évident qu’une solution de repli serait nécessaire. Arrivée deuxième avec Sam Ryder, la Grande-Bretagne s’est portée candidate. Et c’est à Liverpool que les délégations venues de toute l’Europe – et au-delà – se retrouveront du 9 au 13 mai prochain.

Malgré la guerre, l’Ukraine compte bien défendre son titre. Et pour succéder aux interprètes de "Stefania", c’est un groupe presque aussi surprenant que le pays a désigné. Originaire de la ville de Ternopil et déjà auteur de plusieurs disques, Tvorchi est un duo electro composé du producteur Andrii Hutsuliak  et du chanteur d’origine nigériane Jimoh Augustus Kehinde. En décembre dernier, leur titre "Heart of Steel" a été plébiscité lors d’une émission diffusée sur la chaîne publique UA:PBC.

Tvorchi / Facebook

À l’issue du vote du jury, Tvorchi était arrivé en neuvième position. Mais grâce aux voix des téléspectateurs, le duo a renversé la tendance pour s’imposer sur ses rivaux. Dans les jours qui ont suivi l’émission, la chanteuse Krutь, arrivée deuxième, a posé une réclamation, estimant que les pistes vocales de Jimoh Augustus Kehinde était doublée, ce qui est interdit par le règlement. Mais aussi que le groupe était signé sur le label digital français Believe, critiqué pour avoir continué ses activités en Russie après l’invasion de l’Ukraine.

Ni l’un ni l’autre des arguments n’a été retenu. Et c’est donc ce groupe étonnant qui va tenter d’offrir un improbable doublé à son pays. Outre le style musical, plus moderne, la différence entre Kalush Orchestra et Tvorchi se situe au niveau de la langue puisque "Heart of Steel" (Cœur d’acier en VF) est chantée en anglais.

Nous voulons que les gens sachent qu’il se passe toujours des choses bien dans ce pays. La guerre ne signifie pas que tout s’est arrêté.
Le chanteur Jimoh Augustus Kehinde

Durant sa performance télé en décembre, Jimoh Augustus Kehinde s’était produit entouré de deux danseurs portant des masques à gaz, des symboles de radioactivité s’affichant sur l’écran derrière. Une allusion sans doute un brin maladroite au conflit. Le nouveau clip, mis en ligne, la semaine dernière se veut beaucoup plus neutre.

Dans une interview au site Eurovision News, le chanteur assure que ses textes n’abordent pas ouvertement l’actualité. "Nous voulons juste montrer notre créativité. Nous avons de bons visuels, une bonne chanson", insiste-t-il. "Nous voulons que les gens sachent qu’il se passe toujours des choses bien dans ce pays. La guerre ne signifie pas que tout s’est arrêté." Chanson engagée ou pas, l'Ukraine tient peut-être de nouveau la formule gagnante.

Depuis dimanche dernier, on connaît l’intégralité des 37 chansons en lice. Et d’après les bookmakers, "Heart of Steel" de Tvorchi se positionne déjà à la troisième position derrière "Tatoo" de la Suédoise Loreen, déjà lauréate en 2012, et le groupe finlandais Käärijä avec "Cha Cha Cha". Et La Zarra dans tout ça ? La chanteuse québécoise qui représente la France figure pour l'instant à la 6ᵉ place avec "Évidemment".


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info