Festival de Cannes : Ruben Östlund, deux fois Palme d'or, sera président du jury

Publié le 28 février 2023 à 6h01

Source : Sujet TF1 Info

Le réalisateur suédois Ruben Östlund présidera le Jury du 76e Festival de Cannes, qui se tiendra du 16 au 27 mai 2023.
Il a remporté deux fois la Palme d'or, avec "The Square" en 2017 et avec "Sans Filtre" en 2022.

Il a rejoint en 2022 le club très fermé des cinéastes ayant décroché par deux fois la Palme d'or. Le réalisateur suédois Ruben Östlund, connu pour les films The Square et Sans Filtre, présidera la 76e édition du Festival de Cannes qui se tiendra du 16 au 27 mai 2023. "Je suis heureux, fier et empreint d’humilité de me voir confier l’honneur de présider le Jury du Festival de Cannes cette année", déclare-t-il dans le communiqué de presse du Festival de Cannes, publié ce mardi. "Nul autre lieu dans le monde ne suscite un tel désir de cinéma lorsque le rideau se lève sur un film en compétition", ajoute-t-il. 

Le cinéaste de 48 ans n'a réalisé que six longs métrages et si l'on devait définir son univers, ce serait celui de la satire féroce de l'époque, celle qui consiste à braquer les nantis avec un lance-flammes (Sans filtre) ou, plus largement, à se moquer de nous (et de lui, évidemment !), de nos comportements en société, seuls ou avec les autres. Les spectateurs les plus cinéphiles ont déjà goûté à son style acide avec Play (2011), réflexion forte sur le harcèlement scolaire, ou encore avec Snow Therapy (2014) qui mettait à mal la cohésion familiale durant un séjour aux sports d'hiver où, confronté à une avalanche, un père préférait se mettre à l’abri plutôt que de sauver ses enfants et sa femme. 

Le troisième cinéaste doublement palmé à devenir Président du Jury

Son cinéma a pris une nouvelle dimension, plus monstrueuse et paradoxalement plus accessible, avec The Square (palme d'or en 2017). Östlund y suivait un conservateur du musée de Stockholm perdant tous ses repères après s'être fait voler son portable et son portefeuille. À travers ce personnage pleutre, le cinéaste clouait au pilori le monde de l'art contemporain, le politiquement correct, l'hypocrisie, les faux-semblants... Avec, à la clé, une scène inoubliable de diner de gala perturbée par l’arrivée d’un artiste performeur, pointant du doigt la passivité comme la lâcheté d'invités propres sur eux.

Palme d'or en 2022, Sans Filtre (Triangle of Sadness en VO), son film suivant, a enfoncé le clou, faisant la chronique d’un bateau de croisière pris dans une tempête et rebattant (avec du vomi et du mauvais esprit) les cartes de la lutte des classes dans nos sociétés occidentales. Les super-riches qui font la grimace lorsqu'on leur propose du champagne, les influenceurs qui s'épanouissent dans le vide, la "bêtise qui pense" et les monstres humains deviennent autant de cibles pour sonder une époque en panne d'intensité et de désir, sans la moindre grâce. Le président du jury de l'année dernière, Vincent Lindon, avait employé les adjectifs "incroyable" et "choqué" pour qualifier ce film lors de la remise du Graal cannois. 

Alors, le palmarès du jury que Östlund présidera sera-t-il aussi provocateur que les brûlots de cet auteur ? Réponse le 27 mai 2023, au soir de cette 76e édition : "En tant que Président, je rappellerai à mes collègues du jury le rôle du cinéma", révèle le réalisateur dans le communiqué de presse du festival. "Un bon film se connecte aussi à l’expérience collective, il stimule la réflexion et donne envie d’en discuter."

En attendant, une seule certitude : Ruben Östlund devient, après Francis Ford Coppola et Emir Kusturica, le troisième cinéaste doublement palmé à devenir Président du Jury, et le tout premier à endosser ce rôle l’année suivant son sacre.


Romain LE VERN

Tout
TF1 Info