À quelques heures du palmarès du Festival de Cannes, l’équipe de Donald Trump accentue la pression sur celle de "The Apprentice".
Variety révèle qu’elle vient de lui envoyer une lettre de mise en demeure afin de bloquer la sortie prévue le 15 septembre aux États-Unis.
L’entourage de l’ancien président dénonce notamment la représentation d’un viol conjugal qu’il aurait commis à l’encontre de son épouse Ivana.

La guerre est déclarée entre Donald Trump et l’équipe The Apprentice, le film d’Ali Abbasi avec Sebastian Stan présenté en compétition à Cannes. On se rappelle que suite à la projection officielle le 20 mai dernier, Steven Cheung, porte-parole du candidat républicain, avait menacé de lancer des poursuites judiciaires, dénonçant "de la pure diffamation malveillante qui ne mérite même pas de sortir en DVD".

Variety révèle aujourd’hui que l’équipe de campagne de l’ancien président vient d’envoyer une lettre de mise en demeure à la production afin de bloquer la sortie en salles prévue aux États-Unis le 15 septembre prochain, soit moins de deux mois avant l’élection de novembre. Autant dire qu’une récompense ce samedi soir à Cannes – le prix d’interprétation ? - pourrait bien remettre de l’huile sur le feu.

J’ai l’impression que de toute façon, quiconque ne chante pas louanges de Donald Trump risque des poursuites
Ali Abbasi auprès de TF1info

The Apprentice est un film indépendant tourné pour un peu plus de 15 millions de dollars, en dehors du système hollywoodien. "C’est un portrait juste et équilibré de l’ancien président", ont d’ores-et-déjà réagi les producteurs du film dans un communiqué adressé à la revue professionnelle. "Nous voulons que tout le monde le voie et décide ensuite."

Une position qui fait écho à celle d’Ali Abbasi, que TF1info a pu rencontrer sur la Croisette. "J’ai l’impression que de toute façon, quiconque ne chante pas louanges de Donald Trump risque des poursuites", observait le cinéaste danois d’origine iranienne qui a mis en scène un scénario de Gabriel Scherman, un journaliste américain spécialiste de la droite américaine.

Ce qui dérange le plus le camp Trump, c’est la représentation d’un viol conjugal commis par Donald Trump à l’encontre de sa première épouse Ivana. Des faits dénoncés par cette dernière lors d’une procédure de divorce retentissante au début des années 1990. Elle a réitéré ces accusations dans sa biographie avant de se rétracter avant sa mort en 2022 à l’âge de 73 ans.


Jérôme VERMELIN à Cannes

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info