La comédienne française Leïla Bekhti a affiché son soutien aux Palestiniens mercredi lors de la montée des marches de "Furiosa".
Au revers de sa veste, elle portait un cœur en forme de pastèque, un symbole utilisé pour représenter la résistance du peuple palestinien.
Le même soir, une survivante de l'attaque du 7 octobre menée par le Hamas avait dévoilé une robe avec des portraits d'otages israéliens.

Discret, mais hautement symbolique. Sur le tapis rouge de Furiosa mercredi 15 mai, la comédienne française Leïla Bekhti arborait un pin’s représentant une pastèque en forme de cœur. Un symbole largement repris depuis le début des bombardements israéliens à Gaza, suite à l’attaque meurtrière du 7 octobre menée par le Hamas sur le territoire hébreu, les réseaux sociaux étant envahis de photos et d’illustrations du fruit dont la peau verte, la chair rouge et les pépins rappellent les couleurs du peuple palestinien.

Comme l’explique Courrier International, la pastèque est devenue un symbole de résistance après la guerre des Six Jours, en 1967. Le gouvernement israélien ayant interdit le drapeau palestinien dans les lieux publics, les Palestiniens et leurs soutiens s’étaient mis à brandir des étendards représentant des pastèques.

La pastèque au revers de la veste de Leïla Bekhti, mercredi 15 mai à Cannes.
La pastèque au revers de la veste de Leïla Bekhti, mercredi 15 mai à Cannes. - AFP

Ce n’est pas la première fois que Leïla Bekhti exprime son soutien aux Palestiniens. Dans un message posté en novembre dernier sur Instagram, elle avait partagé sa colère auprès de ses abonnés. "Combien de vies sacrifiées, combien d’enfants victimes sans que tous les dirigeants exigent un cessez-le-feu ?", écrivait celle qui s’est depuis engagé auprès de l’Unicef pour sensibiliser au sort des enfants dans ces territoires.

Dans un contexte de tensions extrêmes, le geste de la comédienne à Cannes reste isolé pour le moment. Membre du jury de cette 77ᵉ édition, Omar Sy avait relayé lundi un appel de l’organisation Artists4CeaseFire. "Nos dirigeants élus doivent agir maintenant pour sauver des vies et nous conduire vers un avenir fondé sur la liberté, la justice, la dignité et la paix pour tous", écrivait-il en légende.

Faut-il s’attendre à des actions plus spectaculaires dans les prochains jours ? Jusqu’ici, le message le plus fort à propos du conflit entre Israël et le Hamas à Gaza est venu, mercredi, de Laura Blajman-Kader, une survivante de l’attaque du 7 octobre, là aussi lors de la montée des marches du dernier volet de la saga Mad Max.

Après être arrivée sur le tapis rouge en manteau de pluie, elle l’a retiré sur les marches pour dévoiler une robe jaune affichant des portraits d’otages toujours détenus à Gaza et une écharpe noire avec l’inscription "Bring them home" (Ramenez-les à la maison, NDLR). La couleur jaune est le symbole de la solidarité avec les personnes toujours détenues dans l'enclave, mais aussi des rescapés des massacres et des parents endeuillés après l'attaque du 7 octobre.


Jérôme VERMELIN à Cannes

Tout
TF1 Info