Du 14 au 25 mai, notre envoyé spécial sur la Croisette vous résume les temps forts du 77ᵉ Festival de Cannes.
Ce lundi, Sebastian Stan est devenu le favori pour le prix d'interprétation en se glissant dans la peau de Donald Trump pour "The Apprentice".
De son côté, Demi Moore est revenue au Palais avec son adorable Chihuahua pour parler de sa performance hallucinante dans "The Substance".

Déjà un favori pour le prix d’interprétation masculin ? L’Américain Sebastien Stan a frappé un grand coup ce lundi sur la Croisette en livrant une interprétation bluffante de Donald Trump dans The Apprentice, le film d’Ali Abbasi en compétition pour la Palme. Celui qui interprète le Soldat de l’Hiver dans les blockbuster Marvel incarne le futur président américain dans les années 1980 lorsqu’il bâti son empire immobilier grâce aux conseils de l’avocat sulfureux Roy Cohn. Notre critique, c’est à lire ici !

Demi Moore : jamais sans mon chihuaha

Au lendemain de la projection officielle de The Substance, l'hallucinante comédie horrifique de Coralie Fargeat, Demi Moore est allée à la rencontre des photographes avec Pilaf, son adorable Chihuahua. Bientôt l'interview exclusive par Messi, le Border Collier d'Anatomie d'une chute ? En conférence de presse, sa maîtresse s'est confiée au sujet du rôle de Katherine Sparkle, une actrice vieillissante qui crée son double plus jeune et sexy grâce à une étrange invention.

"C'était le meilleur des défis. Je cherche toujours des matériaux qui me poussent hors de ma zone de confort", a-t-elle assuré. Contrairement à son personnage, Demi Moore assure qu'elle n'est jamais sentie "effacée" par son âge, elle qui vient de fêter ses 61 ans. Mais elle a décrit "une expérience très brute, qui me demandait d'être vulnérable et de m'exposer physiquement et émotionnellement m'a permis de mieux m'accepter comme je suis".

AFP

David Cronenberg déçoit encore

L'an dernier, les fans de David Cronenberg attendaient avec impatience Les Crimes du Futur, son premier film après huit ans d'absence. S'en dégageait hélas la sensation que le maître canadien du body horror tournait en rond. A-t-il rectifier le tir un an plus tard avec Les Linceuls ? Pas franchement. Vincent Cassel incarne Karsh, un homme d'affaires qui ne s'est pas remis de la mort de son épouse, jouée par Diane Kruger. À tel point qu'il a inventé un système révolutionnaire qui permet à ses clients d'assister à la décomposition de leurs défunts depuis l'intérieur du cercueil. Sympa.

Le jour où son cimetière high tech est profané, Karsh se met en quête de réponses avec l'aide de la sœur jumelle de sa femme. Plombé par des dialogues qui abordent de façon poussive les dangers de l'IA et la fascination pour les théories du complot, ce long-métrage atone ne décolle jamais vraiment. On est malgré tout ému par les confessions touchantes de son héros sur le deuil, écho évident à celui du cinéaste qui a perdu sa compagne et monteuse Carolyn, emportée par la maladie en 2017.

Cannes 2024 : "Les Linceuls", un extrait du filmSource : TF1 Info

Kirill Serebrenikov s’engage

Il n'a pas oublié d'où il vient. Privé de passeport plusieurs années en raison de ses ennuis avec le Kremlin, le réalisateur russe en exil Kirill Serebrennikov est à Cannes pour présenter Limonov : A Ballad, un film sur la vie du célèbre écrivain et dissident d'après le roman d'Emmanuel Carrère du même nom. Lundi, il a profité du photocall et de la conférence de presse pour apporter son soutien aux artistes Evguénia Berkovitch et Svetlana Petriïtchouk, jugés à Moscou pour "justification du terrorisme" dans une pièce montée en 2020. Pour leur entourage, c'est un alibi pour faire taire ces opposantes à la guerre en Ukraine. "Je crains qu’elles soient mises derrière les barreaux pour longtemps puisqu’elles risquent de 5 à 7 ans de prison", a confié le cinéaste à TF1Info.

AFP

Le look du jour

Avec sa nouvelle coupe courte, on a failli ne pas reconnaître Nabilla sur les marches de The Apprentice. On se rappelle d’une époque pas si lointaine où la moindre apparition de l’ex-star des "Anges" aurait déclenché une émeute. Désormais, les influenceurs ont remplacé les vedettes de téléréalité dans le cœur du jeune public. Et celle que tout le monde attend, c’est Lena Situations, annoncée mercredi sur le tapis rouge pour découvrir Le Comte de Monte Cristo avec Pierre Niney.

Nabilla sur les marches le 20 mai à Cannes.
Nabilla sur les marches le 20 mai à Cannes. - AFP

Ce mardi, place à une légende cinéma français, la grande Catherine Deneuve ! Dans Marcello Mio, le nouveau film de Christophe  Honoré, sa fille Chiara Mastroianni est victime d'une crise d'identité et se prend littéralement pour son père. Un potentiel prix d'interprétation ? Cette comédie un brin métaphysique sur le papier est l'un des trois films en compétition du jour avec Anora de l'Américain Sean Baker et Parthenope de l'Italien Paolo Sorrentino. Mais LA star, ce sera la flamme olympique qui montera les marches entourée d'une délégation d'athlètes olympiques et paralympiques.


Jérôme VERMELIN à Cannes

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info