"Bob Marley : One Love" au cinéma : Rita, la femme puissante derrière la légende du reggae

Publié le 12 février 2024 à 9h00, mis à jour le 12 février 2024 à 12h18

Source : JT 13h WE

Le biopic "Bob Marley : One Love" en salles le 14 février révèle la place centrale de Rita Marley dans la carrière de son mari.
Des débuts dans les quartiers pauvres de Kingston aux tournées mondiales, elle est restée à ses côtés jusqu'à sa mort en 1981.
TF1info raconte le destin de cette femme pas comme les autres, interprétée à l'écran par la comédienne Lashana Lynch.

Épouse tolérante, guide spirituelle, partenaire musicale... En salles ce mercredi, le biopic Bob Marley : One Love lève le voile sur la relation complexe qui unit la légende du reggae à son épouse Rita, incarnée à l’écran par la comédienne britannique Lashana Lynch. "C’est à la fois une histoire d’amitié et d’amour. Elle était unique et elle a rendu Bob plus fort ", nous a confié le réalisateur Reinaldo Marcus Green.

Née en 1946 à Cuba, Alpharita Constantia Anderson est arrivée à l’âge de 3 mois avec ses parents en Jamaïque. Après leur séparation, elle est élevée par sa tante à Kingston où elle va croiser la route de Robert Marley dans le quartier pauvre de Trenchtown lorsqu’ils sont encore adolescents, comme on peut le voir dans le film.

Elle lui a ouvert les portes du mouvement rasta

C’est en février 1966 que Rita et Bob se marient. Elle a 19 ans, il en a 21. Il joue de la guitare dans un groupe, elle fait partie d’un trio vocal, les Soulettes, considérée comme les Supremes de la Jamaïque. À l’époque, la jeune femme a déjà une fille, Sharon, née d’une précédente relation et que le chanteur adoptera. Le couple aura ensuite trois enfants : Cedella, Ziggy et Stephen. 

Le film de Reinaldo Marcus Green révèle que c’est Rita qui a ouvert à Bob les portes du rastafarisme, après s’être convertie suite à la visite à Kingston en avril 1966 de l’Empereur d’Ethiopie Hailie Selassié, considéré comme le Messie par les adeptes de ce mouvement qui jouera un rôle majeur dans la vie spirituelle de l’icône du reggae.

Lashana Lynch et Kingsley Ben-Adir dans "Bob Marley : One Love", en salles le 14 février
Lashana Lynch et Kingsley Ben-Adir dans "Bob Marley : One Love", en salles le 14 février - Paramount

Les premières années de leur mariage, Bob fait régulièrement la navette entre la Jamaïque et les Etats-Unis où il a trouvé un travail dans une usine Chrysler du Delaware pour faire bouillir la marmite. Lorsque sa carrière musicale explose enfin, sa jeune épouse reste à la maison s’occuper de leur progéniture. À l’époque, elle encaisse ses absences sans broncher. Tout comme ses infidélités.

"Robbie avait d’autres filles dans sa vie", écrira Rita dans son autobiographie. "Des filles avec lesquelles il avait des relations intimes... Mais il les a gardées loin de moi par respect. Je suppose que la façon dont j’ai vu les choses, c’est qu’il n’était pas l’homme de leur vie, mais leur homme pendant un certain temps."

Blessée par balle à la tête en 1976

La relation du couple va prendre une autre dimension grâce à la musique. Après avoir joué les roues de secours au sein des Wailers à plusieurs reprises, Rita rejoint le groupe en 1974 avec ses camarades des Soulettes, rebaptisées The I Threes. Pour la première fois après toutes ces années, mari et femme enregistrent ensemble. C'est l’album Natty Dread qui contient l’indémodable "No Woman No Cry".

Cette collaboration magique manque de virer au drame lorsque le 3 décembre 1976, les Marley et leur manager Don Taylor sont victimes d’une tentative de meurtre à deux jours d’un concert gratuit auquel il doit participer, à l’invitation du Premier ministre Michael Manley. Bob est blessé par balle à la poitrine et à un bras, Rita à la tête. Un incident qui provoquera l’exil temporaire de Bob et des Wailers vers le Royaume Uni.

Après la mort de son mari, Rita Marley (ici à Abidjan en 1988) a poursuivi son combat pour la paix.
Après la mort de son mari, Rita Marley (ici à Abidjan en 1988) a poursuivi son combat pour la paix. - AFP

Le film ne cache rien des tensions au sein du couple dans sa dernière période. S’ils tournent ensemble partout dans le monde suite au triomphe de l’album Exodus, les Marley font chambre à part. Et si Bob a vraisemblablement eu plusieurs enfants hors mariage, c’est aussi le cas de Rita, maman d’une petite Stephanie, née en 1974 suite à une relation extraconjuguale avec un footballeur. Et que son mari avait elle aussi décidé d’adopter.

À la mort de Bob Marley en 1981, Rita transforme leur demeure de Kingston en musée et crée une fondation qui lutte contre la pauvreté et soutient les programmes scolaires dans les pays en voie de développement. Un engagement qui lui a valu de nombreuses distinctions dans le monde entier. Victime d’un AVC à Miami en 2016, elle se fait plus discrète depuis mais continue de veiller près sur l’héritage de son mari.

Co-productrice du film avec leur fils Ziggy, elle a validé le choix de l’acteur Kingsley Ben-Adir qui interprète Bob à l’écran. Elle a également conseillé Lashana Lynch qui l'incarne. "La rencontrer et passer du temps avec elle restera l’un des plus beaux cadeaux de ma vie", confie la comédienne dans Elle. "Sa féminité est si apparente et puissante qu’elle m’a touchée et presque régénérée au plus profond de moi."

>> Bob Marley : One Love de Reinald Marcus Green. Avec Kingsley Ben-Adir, Lashana Lynch, James Norton. En salles le 14 février.


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info