En difficulté en Ukraine, Poutine choisit l'escalade

"Cancel culture" : Poutine compare la Russie à J.K. Rowling

Delphine DE FREITAS
Publié le 25 mars 2022 à 18h45
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Le président russe a accusé l’Occident de mettre au ban la Russie en s’attaquant à ses symboles culturels.
Il a notamment évoqué la créatrice de Harry Potter pour étayer son propos.
Une prise de position que n’a pas franchement appréciée la principale intéressée, qui lui a répondu sur Twitter.

Il y a des noms qu’on ne s’imagine pas entendre lors d’une allocution présidentielle. D’autant plus en plein milieu d’une guerre. Vladimir Poutine a créé la surprise en prenant en exemple l’autrice britannique J.K. Rowling lors d’une apparition à la télévision ce vendredi 25 mars. Il a assuré que la Russie était victime de la même cancel culture que la créatrice du sorcier Harry Potter, cette "politique de l’annulation" qui met au ban de la scène médiatique certaines personnalités. Leur ennemi commun, selon le chef d’État en guerre contre l’Ukraine ? L’Occident.

"Ils ont récemment annulé la romancière pour enfants J.K. Rowling dont les livres étaient publiés dans le monde entier. Mais ses opinions n’ont pas plu aux adeptes des soit-disant libertés du genre", a déclaré Vladimir Poutine. "Aujourd’hui, ils essaient d’annuler notre pays entier, notre peuple", a-t-il ajouté. Il s’est insurgé contre "la discrimination progressive de tout ce qui a un rapport avec la Russie". Des livres aux spectacles, en passant par la musique. "Cette tendance se déploie dans un certain nombre d’États occidentaux, parfois encouragée par les élites dirigeantes", poursuit-il, comparant ce qui se joue actuellement aux autodafés nazis avant le début de la Seconde Guerre mondiale.

Accusée de transphobie

Et J.K. Rowling dans tout ça, nous direz-vous ? L’écrivaine est depuis deux ans au cœur d’une polémique pour ses prises de position jugées transphobes. La majorité des acteurs de la saga Harry Potter ont pris leur distance avec la Britannique qui n’a pas participé à l’émission spéciale fêtant les 20 ans du premier film consacré au petit sorcier. Début janvier, un collège anglais a décidé de débaptiser l’un des bâtiments qui portait le nom de la romancière. 

Lire aussi

À l’automne, J.K. Rowling a révélé recevoir des menaces de mort. Mais ne s’empêche pas de tweeter pour autant. C’est là qu’elle a répondu au président russe, sans écrire son nom. "Les critiques de la cancel culture occidentale ne sont sans doute pas les meilleures quand elles sont faites par ceux qui massacrent actuellement des civils dont le crime est de résister ou quand ils emprisonnent ou empoisonnent ceux qui les critiquent", a-t-elle écrit en affichant son soutien à l’Ukraine et en partageant le lien d’un article sur Alexeï Navalny, le principal opposant à Vladimir Poutine, actuellement en prison.


Delphine DE FREITAS

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info