Le fils de John Lennon joue "Imagine" pour la toute première fois afin de lever des fonds pour l’Ukraine

Jérôme Vermelin
Publié le 11 avril 2022 à 18h02
Julian Lennon, le fils de John. La ressemblance est frappante, non ?

Julian Lennon, le fils de John. La ressemblance est frappante, non ?

Source : Youtube

Julian Lennon avait promis de ne jamais chanter en public l’une des plus célèbres chansons de son père.
Il a finalement changé d’avis, motivé par une collecte de fonds en faveur de l’Ukraine.

Mieux vaut tard que jamais. Julian Lennon, le fils de John, avait juré de ne jamais interpréter en public "Imagine", la célèbre chanson de son illustre papa. Alors qu’il vient tout juste de fêter ses 59 ans, il a changé d’avis à l’occasion d’une collecte de fonds organisée par le mouvement Global Citizen en faveur des réfugiés d’Ukraine.

"J’ai toujours dit que la seule occasion pour laquelle j’envisagerais de chanter 'Imagine', ce serait si la fin du monde arrivait", écrit-il en légende de la vidéo de sa performance postée sur YouTube. "La guerre en Ukraine est une tragédie inimaginable. En tant qu’être humain et en tant qu’artiste, je me suis senti obligé de répondre de la manière la plus significative possible."

Un hymne à la paix connu de tous

C’est donc assis sur un tabouret, entouré de cierges et accompagné à la guitare acoustique de Nuno Bettencourt du groupe de hard rock Extreme, que Julian Lennon interprète ce morceau mythique qui ouvre l’album du même nom de son père, paru en 1971.

Co-écrite avec Yoko Ono et produite par le sulfureux Phil Spector, "Imagine" est devenue, au fil des années, un hymne pacifiste partout dans le monde, beaucoup le considérant même comme la plus belle plus chanson de l’ex-membre des Beatles en solo, sinon de tous les temps.

Lire aussi

Julian Lennon n'est pas le seul musicien célèbre à être inspiré par l'actualité. Au début du conflit en Ukraine, Sting a ainsi repris "Russians", son titre écrit durant la Guerre Froide, en 1985, le dédiant à "tous les braves Ukrainiens qui combattent contre la tyrannie brutale et aussi aux nombreux Russes qui protestent contre ce scandale malgré les menaces d’arrestation et d’emprisonnement".

La semaine dernière, Pink Floyd a dévoilé "Hey Hey Rise Up", son premier titre original depuis 1994, sur lequel le groupe sample la voix d'Andriy Khlyvnyuk, le chanteur du groupe ukrainien Boombox, après l'avoir découvert dans une vidéo postée sur Instagram. Engagé dans l'armée de son pays, ce dernier a été blessé au combat il y a quelques jours.


Jérôme Vermelin

Tout
TF1 Info