Guillaume Labbé mène l'enquête dans "Parallèles" : "Je comprends qu’on pense à Stranger Things"

Publié le 23 mars 2022 à 10h00

Source : Sujet TF1 Info

Après le réalisme brut de "Je te promets", Guillaume Labbé s’essaie à la science-fiction.
Il incarne un gendarme enquêtant sur de mystérieuses disparitions dans la nouvelle série française de Disney+, disponible ce mercredi 23 mars.
Six épisodes fantastiques qui propulsent des adolescents dans des mondes parallèles - et nous avec.

Il a fait rire dans Plan cœur, pleurer dans Je te promets. Le voilà prêt à faire cogiter petits et grands dans Parallèles. Guillaume Labbé mène l'enquête dans la nouvelle série française de Disney+, qui après la comédie familiale Week-end Family avec Éric Judor plonge dans la science-fiction. Dans le costume du lieutenant Retz, l'acteur de 39 ans va tenter d'élucider de mystérieuses disparitions. Le spectateur a lui toutes les clés. Ou presque. Lors d'une soirée, quatre adolescents se retrouvent propulsés dans des univers parallèles. Sans qu'on sache comment ni pourquoi. 

J’ai trouvé ça très malin de faire un très bon divertissement grand public qui traite aussi de thèmes profonds et universels
Guillaume Labbé

Créée par Quoc Dang Tran (Marianne, Dix pour cent, Nox), la série fantastique en six épisodes glisse d'un univers à l'autre sans jamais nous ménager. Et fait rapidement naître une furieuse envie de découvrir la suite. Un sentiment qu'a connu Guillaume Labbé dès la lecture du scénario, comme il nous l'a expliqué. Rencontre.

Parallèles, c’est un peu comme si Les Revenants rencontraient Le Club des 5 non ?

(Il rit) Ouais, pas mal ! Ce que j’ai vraiment aimé dans le scénario, c’est que j’ai été diverti à la lecture. Je voulais savoir ce qui allait se passer. J’étais tenu par l’enquête et le dénouement de ces mondes fantastiques. J’ai trouvé ça très malin de faire un très bon divertissement grand public qui traite aussi de thèmes profonds et universels : l’amitié à travers le temps, l’adolescence, le passage à l’âge adulte, le fait d’élever un et deux enfants. J’ai aimé ça et aussi mon personnage, sinon je n’aurais pas signé pour la série.

Votre personnage justement, le lieutenant Retz, n’a pas de prénom. Ça dit quoi de lui ?

C’est Retz, uniquement Retz. J’adore, ça me renvoie à mon adolescence. On ne s’appelait que par nos noms de familles. Il vit pour son travail mais c'est de toute façon un personnage secondaire. On n'a pas le loisir de de suivre tous les protagonistes en détail. J’espère qu’on devine sa vie à côté, qu'on imagine ce qu'il fait. Il est bizarre, il est étrange. On sait qu’il fait des puzzles chez lui. Il y a toute une vie derrière et ça m’a plu dès la lecture.

Retz appréhende d’ailleurs ses enquêtes comme des puzzles. Il commence par les bords, "les faits objectifs", et progresse vers l'intérieur petit à petit. C’est comme ça que vous avez construit votre personnage aussi ?

Je réfléchis mais non, je ne saurais pas ce que ça veut dire de le construire par les bords (il rit). Je l’ai construit comme mes précédents personnages. Je lis le texte plusieurs fois et je note très studieusement dans un petit carnet toutes les informations que l’auteur me donne. S’il est nerveux, drôle, excessif… J’invente sa vie, ses parents, ses grands-parents, son lieu de naissance... J’en parle ensuite au réalisateur.

Il y avait quoi dans vos petites notes sur Retz ?

Ce ne sont pas des petites notes, c’est énorme ! Ce sont des pages et des pages d’histoire. Si les gens lisaient ça, ils se diraient "le mec est fou"

Guillaume Labbé et Naidra Ayadi dans la série Disney+ "Parallèles".
Guillaume Labbé et Naidra Ayadi dans la série Disney+ "Parallèles". - Disney

C’est facile de s’identifier aux personnages bien que ce soit de la science-fiction. On peut y croire, on peut se dire que c’est plausible
Guillaume Labbé

Contrairement aux jeunes héros, votre personnage ne change pas d’un univers à l’autre…

Dans tous les cas, c’est un homme qui cherche à comprendre ce qui se passe. Il a des informations très étranges et en plus on lui ment. Il est paumé, il essaie de comprendre.

Les médias américains comparent déjà Parallèles à Stranger Things. Vous y avez pensé

Oui, il y a le groupe d’adolescents, des problématiques qui sont communes. Mais quand on se plonge dans la série, on voit que c’est très différent. Ce ne sont pas les mêmes explications, pas les mêmes mondes. Je comprends que les gens y pensent. C’est difficile pour moi de parler en détail de Stranger Things. J’ai vu une saison il y a longtemps et j’ai une mémoire assez dégueulasse (il rit). Dans Parallèles, c’est facile de s’identifier aux personnages bien que ce soit de la science-fiction. On peut y croire, on peut se dire que c’est plausible.

La montagne est un personnage à part entière dans Parallèles. Ça ressemble à quoi un tournage en altitude ?

J'ai adoré ! Je suis parti avec mon chien, j'ai fait des balades et je kiffe la montagne (il rit). On n’était pas loin du lac du Bourget et du lac d'Annecy. Et après, on a eu très froid. On sentait le froid qui passait par les semelles des chaussures. Donc on se mettait des semelles qui chauffaient sauf que ça ne fonctionnait pas (il rit).

Je te promets est aussi une série construite sur des parallèles. Vous imaginez quelle route pour Michael dans une éventuelle saison 3 ?

Ce qui est cool, c’est que je n’ai pas vu This is us. La route de Michael est déjà écrite mais je ne la connais. Ça peut rejoindre Parallèles avec des espèces de futurs déjà écrits. Je ne sais pas ce qui se passe dans la version américaine mais j’espère qu’il va continuer de chercher et qu’il va continuer d’essayer de tuer le père. Mais est-ce qu’il va y arriver ? Est-ce qu’il va devenir un homme ? J’ai l’impression qu’il commence. J’espère qu’il va réussir.

Sa saison 2 a été particulièrement compliquée…

Je l’ai adorée cette saison deux. J’ai aimé la première parce qu’il est exaspérant et drôle tellement il est immature. Mais il ne s’en rend pas compte. Là, c’était génial de le voir vivre des choses difficiles, d’être obligé de se déconstruire, de réfléchir à ce qui lui était arrivé et de regarder la vérité en face. Je pense que j’ai pris plus de plaisir encore à tourner que la saison un.

Vous aurez 40 ans l’an prochain. Ça vous donne envie d’un rôle complètement fou pour fêter ça ? Comme un petit tour chez Marvel par exemple…

(Il rit) J’allais dire que je n’ai plus trop le temps mais quand je vois Robert Downey Jr… N’importe quel rôle où je vis une vie qui n’est pas la mienne, c’est un kif. Bien que j’aime ma vie attention, j’ai dit un truc horrible en creux (il rit).

>> Parallèles - six épisodes de 40 minutes, dès le 23 mars sur Disney+


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info