Viré car non vacciné, l’acteur Rockmond Dunbar attaque Disney pour discrimination

Delphine DE FREITAS
Publié le 18 février 2022 à 13h26
L'acteur Rockmond Dunbar a incarné pendant 5 Michael, le mari d'Angela Bassett, dans la série "9-1-1".

L'acteur Rockmond Dunbar a incarné pendant 5 Michael, le mari d'Angela Bassett, dans la série "9-1-1".

Source : Mathieu Young/ FOX

Ancien héros de "Prison Break", il figurait au générique de la série "9-1-1" avant d’être remercié en novembre.
L’acteur avait demandé à ne pas être vacciné pour raisons religieuses et médicales alors que la vaccination était obligatoire.
Il réclame plus d’un million de dollars en compensation.

Il porte son combat devant les tribunaux. L’acteur Rockmond Dunbar a déposé plainte contre 20th Television et sa maison-mère Disney à la suite de son licenciement qu’il juge abusif. Au casting de la série medico-judiciaire 9-1-1 depuis cinq ans, il a été mis à la porte en novembre dernier pour non-respect des protocoles anti-Covid. Le comédien avait demandé à être exempté de la vaccination obligatoire imposé aux personnes travaillant sur le tournage. Il avait invoqué des motifs médicaux et religieux, sans obtenir gain de cause.

Il nie être "un antivax récalcitrant"

Rockmond Dunbar estime aujourd’hui avoir été discriminé par ses anciens employeurs. Dans sa plainte déposée jeudi et citée par Deadline, il affirme que d’autres salariés n’ayant pas pu être vaccinés ont obtenu des aménagements. Mais "aucun ne demandait une exemption religieuse et aucun n’était noir", écrit-t-il d’après People. Il assure que ses demandes ainsi que les recommandations de ses médecins "n’ont pas été prises au sérieux".

L’ancien héros de Prison Break dit aussi que les studios "ont fait fuiter de fausses informations dans les médias à propos de son départ". Selon lui, ils ont "délibérément fait croire qu’il était un anti-vax récalcitrant au lieu de présenter la vérité, à savoir que comme des millions d’autres Américains, il est un partisan d’une croyance religieuse non majoritaire qui l’empêche d’être vacciné". Une image négative qui rendrait difficile sa recherche de nouveaux rôles. Il réclame plus de 1,3 million de dollars en compensation, une somme qui lui était due dans son contrat, insiste-t-il.

Lire aussi

Dans un communiqué relayé par People, 20th Television se défend de tout racisme. "Nous avons mis en place un système de vaccination obligatoire pour assurer un environnement de travail sain pour nos productions. Alors que nous ne ferons pas de commentaires sur chaque individu, nous examinons minutieusement chaque demande d’exemption. Nous accordons des aménagements compatibles avec nos obligations légales. Nous ne faisons aucune différence dans nos processus ou nos prises de décision en nous basant sur l’origine d’un employé", conclut le texte.


Delphine DE FREITAS

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info