Hospitalisée, Charlotte Valandrey attend une greffe de cœur

Publié le 9 juin 2022 à 15h43
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

L'ex-comédienne de "Demain nous appartient" a dévoilé qu'elle avait de gros soucis de santé.
Hospitalisée en soins intensifs, elle est en attente d'une deuxième greffe de cœur.
Elle avait déjà été greffée en 2003 après deux infarctus causés par son traitement contre le VIH.

Charlotte Valandray connait de graves soucis de santé. En soins intensifs depuis plusieurs semaines, l'interprète de Laurence Moiret dans Demain nous appartient a annoncé qu'elle attendait une greffe de cœur. "Je ne suis pas depuis un mois en soin intensif pour une histoire de médicaments. Mon cœur est arrivé en bout de course et j'attends donc celui qui sera mon troisième. Il peut arriver à tout moment", a expliqué la comédienne de 53 ans pour couper court aux rumeurs sur son état de santé. 

"J'ai besoin de toutes vos ondes positives. D'amour, de bienveillance, de vos prières. Car la Warrior est moins Warrior", a admis l'actrice qui a déjà traversé des épreuves difficiles. En 2002, Charlotte Valandrey avait dû subir une greffe du cœur à l'âge de 34 ans après avoir été victime de deux infarctus. La jeune femme – qui avait appris sa séropositivité à 18 ans – avait été fragilisée par la prise répétée d’AZT, un médicament utilisé pour traiter le VIH. 

Lire aussi

Un tempérament de battante

"En sortant de ma greffe, je pesais 35 kilos. J'ai divorcé, déménagé, je n'ai plus eu de travail ou de vie sociale, ça faisait beaucoup… J'ai tenu, mais je n'avais pas beaucoup d'estime de moi-même et, à plusieurs occasions, j'ai eu envie de tout arrêter", avait confié Charlotte Valandrey en mars dernier dans Gala, à l'occasion de la sortie de son livre Se réconcilier avec soi, coécrit avec Céline Langlais.

Dotée d'un tempérament de battante, la comédienne révélait qu'elle avait de plus en plus de mal à supporter les médicaments qu'elle devait prendre. "Jusqu’à présent, ça ne me gênait pas. Je les avalais tous d’un coup. Depuis quelque temps, je ne le supporte plus. C’est comme un rejet. Ça ne passe plus. Je dois les avaler en six fois, et encore avec difficulté. Je crois que ça correspond à un ras-le-bol, je n’en peux plus", avait-elle admis dans Gala. 


Rania HOBALLAH

Tout
TF1 Info