John Lydon, ancien leader des Sex Pistols, ne portera pas les couleurs de l'Irlande à l'Eurovision 2023.
Le groupe irlandais Wild Youth a été sélectionné devant cinq autres groupes, dont celui de John Lydon, Public Image Ltd.
Le groupe Public Image Ltd s'est formé après la séparation des Sex Pistols en 1978.

L'ancien leader du groupe punk britannique des Sex Pistols, John Lydon, ne portera pas les couleurs de l'Irlande à l'Eurovision 2023, battu vendredi par le groupe irlandais Wild Youth lors d'une compétition nationale télévisée. Le quatuor de Dublin, qui a interprété la chanson "We Are One", a été sélectionné devant cinq autres groupes dont celui de John Lydon, Public Image Ltd, par un comité d'experts irlandais et internationaux et le vote du public lors d'une émission télévisée du diffuseur national RTE. 

Cette victoire propulse ainsi le groupe Wild Youth, qui a déjà connu une série de succès en Irlande, sur la scène du concours de l'Eurovision 2023 qui se tiendra en mai à Liverpool, dans le nord de l'Angleterre. "On espère juste pouvoir faire le meilleur travail possible pour l'Irlande et la rendre incroyable, nous voulons tout donner pour elle et nous espérons que tout le monde soutiendra la chanson", a déclaré Conor O'Donohoe, le leader de Wild Youth.

Hommage à sa femme qui souffre d'Alzheimer

Le groupe Public Image Ltd, formé après la séparation des Sex Pistols en 1978, a interprété vendredi une chanson écrite par John Lydon, dans laquelle il rend un hommage émouvant à sa femme, Nora, qui souffre de la maladie d'Alzheimer. "Je dois endurer la lente disparition de ma femme et être capable d'écrire une chanson à ce sujet et qu'elle finisse par être, je pense, assez belle, c'est tout un exploit", a confié le punk rocker de 66 ans à la télévision irlandaise.

L'année dernière, l'Ukraine avait remporté le concours de l'Eurovision devant le Royaume-Uni. Si d'habitude, le pays gagnant accueille le rendez-vous l'année suivante, les organisateurs ont estimé que l'Ukraine ne serait pas en mesure de le faire en raison de l'invasion russe.


Marius BOCQUET avec AFP

Tout
TF1 Info