Larusso gagnante de "Mask Singer" : "J'étais possédée par le Manchot !"

Propos recueillis par Rania Hoballah
Publié le 29 novembre 2020 à 18h04
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Mask singer

INTERVIEW - La chanteuse a remporté la deuxième édition de "Mask Singer", samedi sur TF1. Cachée dans le costume du Manchot, elle a bluffé le jury et le public. Elle nous livre ses premières impressions.

Ses prestations ont bluffé tout le monde. La chanteuse Larusso a remporté la deuxième saison de "Mask Singer", samedi. Cachée dans le costume du Manchot, l'inoubliable interprète du tube Tu m'oublieras qui affrontait Daniel Lévi, déguisé en robot, et Issa Doumbia, en dragon, succède ainsi à Laurence Boccolini, la gagnante de la première édition. Une belle revanche pour Larusso qui avait disparu du devant de la scène depuis quelques années. Ravie de sa victoire, elle revient sur cette aventure qui l'a bouleversée. 

Qu’avez-vous ressenti à l’annonce de votre victoire  ? 

Ça a été l'explosion de joie. En fait, il faut savoir que la production nous a fait tourner deux finales pour brouiller les pistes. Au moment de tourner la mienne, j'apprends dans l'oreillette que c'est vraiment moi la gagnante. C'est à ce moment que je me jette par terre. D'ailleurs, la production m'a demandé de me calmer pour ne pas me griller auprès du Robot (rires). C'était un moment incroyable, une vraie libération car c'est une émission qui joue sur les nerfs. 

Vous avez pourtant été découverte rapidement. Pas trop déçue ?

Non, pas du tout. Je sais que j'ai une voix identifiable, donc je m'attendais à me faire démasquer rapidement. Quand j'ai accepté de faire l'émission, j'étais persuadée que j'allais sortir dès le départ. En plus, je n'ai pas cette soif de gagner, je voulais juste faire ce programme pour m'éclater. On est en plein Coronavirus, je me dis que je suis chanceuse de participer à ce show et de divertir les gens. 

Lors de votre reprise de Tous les cris les S.O.S. vous avez fini en larmes...

Je tenais tellement à chanter cette chanson qui délivre un message fort ! La cause animale est ancrée en moi, viscéralement. D'ailleurs, le Manchot je l'ai aimé à la première seconde et j'ai du mal à m'en détacher. Ce manchot, seul sur sa banquise, qui pousse un cri ça m'a émue à un point, vous n'imaginez pas... J'en ai encore les larmes aux yeux rien que d'en parler. D'autant plus qu'en ce moment, on lance tous des S.O.S. 

Mask Singer - Manchot chante « Tous les cris, les SOS » de Daniel BalavoineSource : Mask singer
Cette vidéo n'est plus disponible

Entendre les gens dire à chaque prime qu'ils me redécouvraient et qu'ils m'aimaient à nouveau c'était fabuleux.

Larusso

On a l’impression que "Mask Singer" a eu un effet quasi-thérapeutique sur  vous. N'était-ce qu'un ressenti ?

C'est vrai que cette émission m'a fait un bien fou. Quand on m'a proposé "Mask Singer", j'ai dit oui tout de suite car j'adore chanter et me déguiser. Je suis à fond dans l'univers de Disney, je ne veux pas grandir. J'étais dans un truc hyper enjoué qui m'a aussi bouleversée car, à chaque prime, entendre dire les gens qu'ils me redécouvraient et qu'ils m'aimaient à nouveau c'était fabuleux.

Est-ce libérateur de chanter et danser sans être reconnu ? 

Oui c'est génial car je suis juste un Manchot qui chante. On l'aime ou on ne l'aime pas, mais c'est merveilleux. C'est un grand cadeau qu'on m'a fait.

Ça faisait un moment qu'on ne vous avait pas vue. Où étiez-vous ?

Mais j'ai fait plein de choses pourtant ! L'an dernier j'ai chanté au Stade de France avec "Stars 80", j'ai été à Bercy avec la tournée "Born in 90" où j'ai reçu une ovation de folie que j'ai vraiment savourée. Car à l'époque du succès de Tu m'oublieras, je n'étais pas préparée. J'avais 19 ans, j'étais une gamine. Je me suis tout pris dans la tronche et je me suis arrêtée. Ça a peut-être été une erreur. J'ai essayé de revenir avec d'autres choses, mais les gens n'adhéraient pas car c'était, soit trop comme Tu m'oublieras, soit pas assez. Je n'ai pas non plus cherché à faire des tubes avec les plus grands producteurs de musique, je me suis laissée porter. Le rendez-vous, il est maintenant avec "Mask Singer" et Tous les cris les S.O.S. qui va sortir en single ce mardi. Je suis hyper fière d'avoir le Manchot avec moi sur la pochette, il fait partie de ma vie maintenant !

La vraie leçon à tirer de tout cela, c'est qu'il faut arrêter de juger et d'être sur des clichés

Larusso

Sur cette édition de Mask Singer, qu'est-ce qui a été le plus difficile et le plus excitant ?

Le plus difficile c'était les moments dans le costume car il faisait très chaud. En plus, on a tourné en juillet, en pleine canicule. Je ne sais même pas comment j'ai fait pour danser ?! Je me dis que j'étais possédée par le Manchot ! C'est ce qui a été excitant pour moi, car je me suis surpassée. Ça a été de l'adrénaline à 2000% . Tout le programme est excitant, tous les subterfuges de la production pour garder le secret : les leurres, les gens qui se bandent les yeux quand ils viennent nous chercher... Je ne pouvais pas parler, je devais écrire sur une ardoise pour m'exprimer, c'est de la folie. Et pendant 6 semaines, 5 millions de personnes se sont pris de passion pour le programme.   

Que retiendrez-vous de cette aventure ?

La vraie leçon à tirer de tout cela, c'est qu'il faut arrêter de juger et d'être sur des clichés. Quand on se concentre sur l'essentiel d'un chanteur, c'est-à-dire sa voix et son émotion, c'est le plus important. Et je ne parle pas que pour moi, je parle pour tous les chanteurs car on est sans cesse exposés et critiqués et c'est fatiguant.  


Propos recueillis par Rania Hoballah

Tout
TF1 Info