VIDÉO - Clémentine Célarié se confie sur son cancer : "Dans mon métier, si j’en parlais, c’était foutu"

par L.H | Propos recueillis par Audrey Crespo-Mara
Publié le 7 janvier 2024 à 22h12
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sept à huit

L’actrice et réalisatrice Clémentine Célarié était l’invitée du "Portrait de la semaine" d'Audrey Crespo-Mara dans "Sept à Huit" ce dimanche.
Dans cette interview, la comédienne raconte sans tabou son combat intime contre le cancer.
Elle explique comment le théâtre et le public l’ont aidée à surmonter l’épreuve de la maladie, et de la solitude.

En 2019, alors qu’elle joue Une Vie de Guy de Maupassant, Clémentine Célarié fait un malaise sur scène. À l’hôpital, le diagnostic est sans équivoque : l’actrice française a un cancer du côlon. Elle affronte alors la maladie, en silence, car elle décide de n’en parler ni à ses enfants, ni à ses parents. "Je n’ai jamais vraiment eu conscience d’être malade. À ce moment-là, je ne veux pas que ça existe dans le monde réel. C’est pour moi que ça existe, donc je ne veux pas inquiéter [ma famille], parce que les cancers, ça inquiète. Les gens pensent que vous êtes morte quand vous avez un cancer", explique-t-elle à Audrey Crespo-Mara dans la vidéo en tête de cet article, son "Portrait de la semaine" diffusé ce dimanche dans "Sept à Huit". 

Au théâtre, l’équipe engagée avec elle n’est pas non plus au courant de l’épreuve que traverse la comédienne. "Ce qui était vraiment bizarre, c’était de savoir que j’avais un cancer, que j’allais être opérée, et de jouer Une Vie de Maupassant. Les gens disaient : "Alors, tu vas avoir le Molière, c’est génial !" Dans mon métier, si j’en parlais, c’était foutu. J’avais 150 dates de tournée prévues, ce qui est énorme. Toutes les dates auraient été annulées."  L'actrice parlera pour la première fois de son cancer et de sa rémission dans son ouvrage Les Mots défendus, publié en 2021, soit deux ans après son diagnostic. 

Avec la maladie, il y a toujours une petite fragilité qui reste : on s’inquiète plus, mais on se réjouit plus, aussi.
Clémentine Célarié

Le véritable combat contre le cancer, Clémentine Célarié le vit pendant sa chimiothérapie. Face à Audrey Crespo-Mara, elle relate, émue aux larmes, cette période qu’elle vit alors isolée. "Je suis toute seule, dans mon lit. J’ai envie de ne pas sortir, j’ai envie de me créer un monde. C’est relié à l’enfance qui est toujours en moi. Je pense que c’est la force qu’on a de l’amour qu’on a reçu petit qui fait qu’on a de la force quand on est malade. Alors, j’imagine que des gens sont là, je pense au public. Je me dis que je dois me battre pour eux, qu’il faut que je retourne sur scène. Et j'imagine qu’il me rassure, que le public est un ami éphémère, mais profond", confie-t-elle avec émotion. 

La chimiothérapie terminée, Clémentine Célarié retourne sur scène. Le contact avec le public et les représentations théâtrales l’aident à surmonter l’épreuve de la maladie, et à briser petit à petit la carapace de solitude qu’elle s’est forgée durant le traitement. "Il y a un truc avec le cancer : après, vous vous êtes fait une telle armure que vous avez du mal à accepter le bonheur. Donc, face au public, la rencontre pendant ces 150 dates était dingue. Le fait de devoir exister sur une scène, d’aller voyager dans un autre personnage que vous, ça vous aide. Le théâtre est une belle entreprise contre la maladie, et pour la guérison. Avec la maladie, il y a toujours une petite fragilité qui reste : on s’inquiète plus, mais on se réjouit plus, aussi. Tout est plus vibrant. On est encore plus vivant. " 

Après le cancer, vous vous êtes fait une telle armure que vous avez du mal à accepter le bonheur.
Clémentine Célarié

Alors "qu’elle pense combattre le cancer toute sa vie" à cause du risque de rechute, Clémentine Célarié lutte aussi, et avant tout, contre l’isolement qui la ronge. "Il y a une grande solitude, en fait, dans la maladie. Il y a une solitude qui est liée à ce combat, que personne ne connaît comme je n’en parle jamais ! Et cette solitude est féroce. Mais je l’aime, je la nourris, je la veux", assène la comédienne avant de conclure : "Quand on vit une épreuve, c’est important de se dire qu’il y a quelque chose qui nous guide, qui nous protège."


L.H | Propos recueillis par Audrey Crespo-Mara

Tout
TF1 Info