Jean-Luc Reichmann : "Il faut dialoguer avec les enfants pour les protéger"

Le service METRONEWS
Publié le 11 décembre 2014 à 19h05

SERIE – L'animateur interprète un policier de la brigade des mineurs dans la saison 2 de "Léo Mattéï", qui commencera jeudi 11 décembre sur TF1. Jean-Luc Reichmann a participé à l'écriture de cette série policière pour faire passer un message qui lui tient à cœur.

Pourquoi vouliez-vous camper ce flic bourru au grand cœur ?
En tant que père de famille nombreuse, je me suis demandé ce qui se passerait s'il arrivait un problème à mes enfants. Un problème de racket, de disparition, d'attouchements sexuels, de drogue, de viols dans les toilettes de l'école puisque ce sont des choses qui arrivent. Je voulais savoir comment ça se passe à la brigade des mineurs. Il est très important de garder le dialogue, le contact avec nos enfants. Ils sont assujettis à tellement d'écrans, entre les mails, les sms, les ordinateurs, les smartphones... Ils sont tous connectés 24h sur 24. Je ne suis pas contre, loin de là, mais il faut continuer à dialoguer. Car le problème, c'est qu'on ne dit plus les choses.

Comment vous êtes-vous préparé au rôle ?
J'ai vécu en immersion à la brigade de protection des mineurs, quai de Gesvres, pour être au plus près de la vérité, ne pas faire de fautes sur le vocabulaire. Je n'avais jamais tenu une arme de ma vie... Mais les épisodes montreront des choses qui peuvent arriver à tout le monde. Un épisode montre de têtes de turc dans un lycée. Le fait est que dans ma classe, il y avait des petits, des ronds, des grands, des maigres, il y en a un qui avait une tache sur le nez et c'était moi... On a tous nos différences ! Mais qu'il faut retenir de ces histoires, c'est qu'il faut parler, parce qu'autrement, tout le monde protège tout le monde. Garder un lien, c'est mon fer de lance.

"Mattéi est toujours du côté de l'enfant"

C'est votre projet professionnel le plus personnel ?
Quand on est père de famille, il faut se rendre compte qu'on peut aider ? Même si les enquêtes sont dures dans la série, le message est toujours positif au final. Mattéi est toujours du côté de l'enfant. Ça fait trois ans que je travaille sur cette série et ça me tient vraiment à cœur, essayer de protéger les enfants en faisant de la prévention. Il ne faut jamais baisser les bras quand il s'agit de ramasser un enfant à terre.

Avez-vous mis votre patte dans les scénarios, les dialogues ?
Je dis de petites répliques comme : "Tu sais, quand un oiseau se pose sur un fil électrique, il ne s'allume pas obligatoirement." Là, les gens vont retrouver ma patte ! Ou : "Tu connais la différence entre un baril de lessive et un commissariat ?  Dans le baril, il y a au moins deux agents actifs." On garde le côté Jean-Luc derrière tout ça... Ma fierté, c'est d'avoir fait une vraie création française, d'avoir eu une idée et les moyens de la réaliser. C'est la plus belle des récompenses.

Vous reverra-t-on jouer la comédie dans un autre registre ?
Je pense que la vie est une grande fête foraine et qu'il faut essayer tous les manèges. Que je sois animateur, comédien ou improvisateur. L'année prochaine je jouerai des choses plus légères puisque je reprendrai Hibernatus au théâtre de la Michodière en janvier, avec Ingrid Chauvin et Anouchka Delon.

A voir : Léo Mattéï, brigade des mineurs , jeudi 11 décembre à 20 h 55 sur TF1.


Le service METRONEWS

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info