"Jurassic World", "Batman", "Avatar" : les franchises sont-elles le dernier espoir des salles de cinéma ?

Jérôme Vermelin
Publié le 8 juin 2022 à 13h19, mis à jour le 8 juin 2022 à 15h28
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

En salles ce mercredi, "Jurassic World : le monde d’après" s’apprête sans surprise à croquer le box-office français.
Malgré une qualité très inégale, c’est ce type de blockbuster hyper calibré qui permet aux salles de limiter la casse.
Une tendance qui n’est pas près de s’inverser dans les prochains mois, malgré quelques exceptions à la règle.

Et de six pour les dinosaures de Jurassic Park ! 29 ans après le premier volet signé Steven Spielberg, la saga inspirée du roman de Michael Crichton fait son retour ce mercredi sur les écrans. Une suite poussive qui manque d’imagination et d’enthousiasme, devant comme derrière la caméra malgré le plaisir qu’auront les nostalgiques à retrouver les vétérans Sam Neill, Laura Dern et Jeff Goldbum, convoqués pour une réunion de famille bien dans l’air du temps. 

Dans un contexte post-Covid encore très incertain pour les salles de cinéma, avec plus de 30% de baisse de la fréquentation depuis le début de l'année, les "franchises" sont devenus la bouée de sauvetage des producteurs comme des exploitants. Casting célèbre, histoire connue, effets spéciaux spectaculaires… Sans cette recette gagnante, parfois simpliste, difficile de faire revenir des spectateurs captivés par les plateformes et les réseaux sociaux.

Il n’y a qu’à voir le classement du box-office en France pour bien comprendre l’ampleur du phénomène. Sur les dix films les plus vus depuis le début de l’année, six sont des suites ou des films dérivés d’un "univers cinématographique" comme on dit chez Marvel. C’est-à-dire centrés sur un personnage qu’on a vu dans un autre blockbuster ou dans une série sur une plateforme quelques mois auparavant.

Si l’on se penche d'un peu plus près sur les chiffres, trois de ces superproductions occupent le podium : The Batman avec Robert Pattinson (3 millions d’entrées), Doctor Strange 2 (2,9 millions) et Les Animaux Fantastiques 3 (2,7 millions). Un top qui sera bientôt bouleversé par Top Gun : Maverick, la suite du film de 1986 qui a atteint 2,4 millions d’entrées en moins de deux semaines.

Encore plus édifiant : chaque semaine, un seul de ces films attire plus de 50% des spectateurs en moyenne, ne laissant que des miettes à la concurrence. Et aux films français en particulier. Trois seulement ont franchi à ce jour la barre du million d’entrées : Qu’est-ce qu’on a tous fait au Bon Dieu ? (2,3 millions), Maison de retraite (2 millions) et En corps (1,2 million), la bonne surprise signée Cédric Klapisch. Pour les autres, c’est déception sur déception.

C'est quoi, l'alternative ?

Difficile, dans ces conditions, de ne pas repenser à la désormais célèbre prophétie de Ben Affleck. Dans une interview accordée à Entertainement Weekly en janvier dernier, l’acteur annonçait, mi-philosophe, mi-résigné : "Il n’y aura bientôt plus que 40 films par dans les salles de cinéma, surtout des franchises, des suites et des films d’animation".

À l’époque, l’acteur commentait l’échec du dernier film de Ridley Scott, Le Dernier Duel, boudé par le public des salles malgré une critique enthousiaste. Selon lui, tous les films plus "pointus" seront désormais destinés – condamnés ? – à une sortie en streaming, là où se trouve un public plus adulte, plus exigeant. Plus cinéphile, tout simplement.

La tendance n’est pas près de s’inverser au regard du calendrier des prochaines sorties, avec en point d’orgue le mastodonte Avatar 2 de James Cameron, attendu comme le Messie, le 14 décembre prochain. Heureusement il y a quelques exceptions à la règle comme le prouve le succès outre-Atlantique de la comédie d’action Everything Everywhere All At Once.

Cet ovni cinématographique qui casse les codes des superproductions a reçu un accueil unanime de la part du public et de la critique. Il est réalisé par Daniel Scheinert et Daniel Kwan, un duo qu’on avait découvert en France avec le génial clip de "Turn Down For What" de DJ Snake. Ce sont eux aussi qui avaient transformé Daniel "Harry Potter" Radcliffe en cadavre qui pète sur une île déserte dans Swiss Army Man, en 2016. Oui, oui, vous avez bien lu.

Lire aussi

Cette fois, ils ont fait appel à la comédienne chinoise Michelle Yeoh pour incarner une mère de famille au bout du bout du rouleau, soudain plongée dans le multivers où elle va vivre d’incroyables aventures. Décrite comme foisonnante et jubilatoire, cette alternative aux blockbusters, qu’on découvrira en France le 31 août, a déjà engrangé plus de 56 millions de dollars de recettes au box-office. Et devinez quoi ? Une suite est déjà en préparation. 


Jérôme Vermelin

Tout
TF1 Info