Angelina Jolie rejoint Instagram pour alerter sur le sort des femmes menacées en Afghanistan

La rédaction de LCI
Publié le 21 août 2021 à 10h53
Angelina Jolie est une comédienne très engagée pour la cause des femmes.

Angelina Jolie est une comédienne très engagée pour la cause des femmes.

Source : AFP

ENGAGEMENT - L'actrice américaine, envoyée spéciale des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), s'est inscrite pour la première fois sur Instagram. Son premier post a été publié pour sensibiliser la communauté internationale aux risques encourus par les femmes afghanes.

L'actrice et réalisatrice américaine Angelina Jolie s'est créé ce vendredi un compte Instagram pour y partager une lettre reçue d'une adolescente afghane. "Voici une lettre que m'a envoyée une adolescente d'Afghanistan", écrit-elle en légende de photos de la lettre et de jeunes filles voilées, affirmant rejoindre le réseau social "pour partager leurs histoires et les voix de ceux qui, à travers le monde, se battent pour leurs droits humains fondamentaux."

"Nous pensons que nos droits ont été violés, peut-on lire notamment dans la lettre manuscrite. Nous ne pouvons pas sortir. Étudier et travailler, c’est hors de portée." "Nous avons tous perdu notre liberté et nous sommes à nouveau emprisonnés", conclut la jeune auteure.

Un échec presqu'impossible à comprendre

Angelina Jolie

"Il est écœurant de voir les Afghans déplacés une fois de plus à cause de la peur et de l'incertitude qui règnent dans leur pays, écrit également Angelina Jolie, envoyée spéciale du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Dépenser autant de temps et d'argent, verser du sang et perdre des vies pour en arriver là est un échec presque impossible à comprendre." 

 À la fin de son message, l'actrice, qui était à la frontière de l'Afghanistan deux semaines avant le 11-septembre 2001, appelle les internautes à se mobiliser à ses côtés.

Dans une contribution publiée le même jour dans Time, Angelina Jolie écrit : "en tant qu'Américaine, j'ai honte de la manière dont nous sommes partis. Cela ne nous grandit pas. Nous avons perdu le pouvoir d'influencer sur ce qui se passe maintenant en Afghanistan. Nous n'avons pas de stratégie pour surveiller et soutenir les femmes et la société civile en Afghanistan. Ceux-là même que les talibans ont historiquement ciblé : en interdisant aux filles d'aller à l'école, en confinant les femmes à la maison et leur infligeant des châtiments corporels brutaux, y compris des coups de fouet en public". 


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info