"Koh-Lanta" : un internaute soupçonné d’avoir détourné la cagnotte en hommage à Bertrand-Kamal

par Jérôme VERMELIN
Publié le 6 novembre 2021 à 10h06
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

JUSTICE – Après la mort de Bertrand-Kamal, le candidat de "Koh-Lanta" emporté par un cancer du pancréas en septembre 2020, un site avait été créé pour récolter des dons en faveur de la recherche. Un internaute accusé d’avoir acheté un nom de domaine au nom similaire sera jugé en novembre prochain devant le tribunal judiciaire de Paris.

Son destin a bouleversé les téléspectateurs de "Koh-Lanta". Le 9 septembre 2020, Bertrand-Kamal décédait des suites d’un cancer du pancréas pendant la diffusion du programme auquel il avait participé quelques mois plus tôt. Pour rendre hommage au candidat, la production de l’émission et la Fondation Arc, spécialisée dans la lutte contre la maladie, avait décidé de créer un fonds destiné à récolter des dons en faveur de la recherche.

Le Parisien révèle ce vendredi que cette belle initiative pourrait être à l’origine d’une escroquerie qui sera jugée dans quelques jours devant le tribunal judiciaire de Paris. Le quotidien explique que le 4 décembre 2020, après l’annonce de la création d’un site de dons par Denis Brogniart lors de la finale sur TF1, un internaute a acheté pour un an le nom de domaine "Pour Bertrand-Kamel" moyennant une dizaine d’euros. 

Ce Monsieur a tout de suite tenté de monnayer à vil prix ce transfert et a voulu négocier une publication afin d’obtenir une reconnaissance sur les réseaux sociaux

L'avocate de l'Arc

Quelques jours plus tard, la société prestataire du vrai site, PourBertrandKamal.fr, informe l’Arc d’une "manœuvre malveillante" permettant de détourner l’argent et les données personnelles des internautes. "Je voulais juste éviter qu’un escroc achète ce nom de domaine", se défend auprès du Parisien Sylvain B., un ancien journaliste qui dit avoir connu le candidat lors d’un voyage en Grèce.

Lire aussi

De son côté l’Arc affirme qu’elle s’est rapprochée de l’internaute en question pour qu’il retire ou lui transfère le nom de domaine. "Ce Monsieur a tout de suite tenté de monnayer à vil prix ce transfert et a voulu négocier une publication à propos de lui de la part de la Fondation Arc, afin d’obtenir une reconnaissance sur les réseaux sociaux", déplore l’avocate Me Hélène Lecat. "Notre santé n’est pas un commerce."

"Si j'avais voulu me faire de l'argent, j'aurais vendu ce nom à des Chinois qui m'en proposaient une belle somme", rétorque Sylvain B. pour qui ce sont les organisateurs de la cagnotte qui "se sont mis en faute en ne réservant pas ce nom de domaine". Dans l’attente du procès prévu le 23 novembre prochain devant le tribunal judiciaire de Paris, l'internaute a redirigé le site en question vers son propre compte Twitter.


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info